The Haunting Of Hill House :: 
Hill House
 :: The outside :: The Gardens
Partagez | 
 

 i love you more than you love yourself (cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 43

ft. : mads mikkelsen


MessageSujet: i love you more than you love yourself (cole)   Ven 7 Déc - 16:27

i love you more than you love yourself

cole & jacob

L'astre torride perpétrait ses coups sur mon épiderme devenu rigide, assommé par ce dernier. L'affliction avait fini par fuir devant tant de volonté. Peu importe la brûlure, peu importe les recommandations médicales quant à l'exposition périlleuse de mon enveloppe. Je trépasserais d'un cancer de la peau que cela me serait égal, tant que mes pieds se détournent de cette bâtisse. Mais la polyvalence fait que je dois m'y rendre pour quelconques tâches dont je m'incombe non sans désenchantement. Alors quand la possibilité s'offre à moi, je cours me dissimuler à l'extérieur, ce qui n'a aucun sens. Car l'on peut dire que je suis plus à découvert en ces jardins. Mais à l'intérieur je suis nu comme un vers, aussi délicat et désavantagé qu'un nourrisson.

Mère nature m'octroies ce sourire que j'attrape au vol. La brise fraîche parvient à mes oreilles, venant titiller mes tympans, caressant mes cheveux en friche. Je me saisis de plantes, aussi voluptueuses et sensibles soient-elles. Je rêve encore à les lui offrir. Qu'elle les amène à son doux visage, s'emparant de leur fragrance dans une moue imparable qui me faisait fondre. Puis qu'elle ornait ostensiblement sa chevelure de ce présent éphémère. Chaque nouvelle aube, je vois Elizabeth virevolter dans les herbes folles qu'elle flatte de son cotonneux toucher. Le jardin était son son lieu favori, tout comme Cole. Quand je l'aperçois, j'entrevois sa mère. Sa finesse, autant dans ses traits que dans sa façon d'être. Et Dieu m'en est témoin, Cole est ce désolant orphelin, tendre bambin ayant le plus souffert de la perte de cet être si inestimable. Car tous deux sont fort similaires et je ne peux m'empêcher de ressentir cette agréable amertume quand je vois mon fils.

L'heure est au travail et mes romanesques illusions se délitent. J'enfile mes gants et me munis d'une bêche que je suis allé chercher plus tôt dans la journée dans le cabanon. La terre se retourne, j'extirpe les racines sournoises et déniche quelques légumes gorgés de vitalité. L'on peut penser ce que l'on désire, la terre ne semble elle, pas tant exécrable que ne l'est le manoir. Je relève un instant la tête pour découvrir que je ne suis finalement pas seul, je reconnais le son que produit ses pas. « En voilà de somptueux légumes Cole. Le fruit de ton travail dûment mérité. J'irais les emmener en cuisine plus tard, si tu veux bien m'aider. » Je tourne la tête afin de tenter ne serait-ce qu'un échange de regards. Il est vrai qu'après tous les événements de ces dernières années, je n'ai eu que peu d'attention envers chacun de mes enfants. J'en regrette terriblement chaque seconde aujourd'hui.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 644

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: i love you more than you love yourself (cole)   Dim 9 Déc - 12:34

I LOVE YOU MORE THAN
YOU LOVE YOURSELF
Jacob & Cole 
Toute personne connaissant un tantinet le brun savait que le meilleur endroit pour le chercher était le jardin. Cole pouvait passer des heures, les genoux contre terre et les mains flattant les plantes pour les rendre encore plus belles. Cela lui rappelait les douces matinées de printemps. Quand la nature reprenait vie et que sa mère lui apprenait les différentes variétés de fleurs, moments privilégiés qu’ils partageaient durant quelques heures. Qu’importe le temps ou le programme de la journée, Cole enfilait toujours ses bottes dans un rire cristallin alors que sa mère pointait du doigt le jardin derrière le cottage. Il n’y avait rien de plus précieux pour l’enfant que le sourire rassurant de sa mère alors qu’il sautillait jusqu’au potager. Car si Elizabeth aimait les plantes, elle léguait aussi un savoir concernant la nourriture. Son petit arrosoir bleu entre les mains, un air fier et le regard rieur, Cole laissait l’eau couler sur les jeunes pousses en écoutant les indications de sa mère. Parfois il la laissait faire, lui racontant simplement les histoires rocambolesques qu’il avait vécu la veille avec Simon, son ami imaginaire. Et Elizabeth ne l’arrêtait jamais, poussait sa créativité en posant des questions sur l’histoire : l’aidant ainsi à trouver des détails d’autant plus importants. Parce qu’elle voyait derrière son sourire cette sensibilité qu’il ne voulait pas cacher.

Mais depuis l’accident, ces souvenirs étaient teintés de gris. Une couleur qui semblait accompagner la plupart de ses journées. Le jardin derrière le cottage n’avait plus la même odeur, les plantes manquait de légèreté. Pourtant il portait toujours une attention particulière à son travail, comme un hommage secret à celle qui lui manquait tant. C’est ainsi, les genoux salis par le labeur qu’il sentait le sourire bienveillant de cette femme si extraordinaire au-dessus de lui.

Et après une nouvelle nuit où sa mère était venue hanter ses songes, ruisselante de sang et le regard éteint, Cole avait besoin de se retrouver près des plantes. Il tentait de reconnecter avec elle après la traîtrise et la règle brisée : il avait passé la nuit à l’hôtel pour le simple plaisir de la chair : sa mère le lui faisait payer. Reconnaissant la silhouette de son père sur les lieux, il hésita quelques secondes à faire chemin arrière. Mais contre toute attente, il avança au contraire vers son géniteur. Celui-ci complimenta le travail et Cole eu une petite lueur de fierté dans le regard. Une demi-seconde, probablement pas assez longtemps pour que son père le réalise, mais elle fût là. Posant un genou au sol, il attrapa un légume avant d’hocher la tête. « On a eu le temps parfait, la tâche a été plus simple comme ça » Arrachant quelques mauvaises herbes persistantes, il releva le regard vers son père et déposa les quelques légumes dans la brouette posée plus loin. « J’ai terminé les rosiers alors… » Accord entre les deux sans qu’il ne l’avoue verbalement. Se retrouver dans ces lieux avec l’un de ses parents était salvateur.

À cet instant, il se sentait si proche et pourtant si loin de sa mère, les mots traversèrent les lèvres du brun sans même qu’il ne le réalise. « Tu crois qu’elle a souffert ? » Car c’était bien cela qui l’empêchait de dormir ces derniers jours. L’idée terrible que sa mère ait pu attendre durant des heures, souffrant le martyre. Plus jeune il avait toujours soigneusement évité les conversations concernant l’accident : s’enfermant dans son petit monde.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

i love you more than you love yourself (cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Let your love come true
» Dragon Hair ?
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-