The Haunting Of Hill House :: Death is the limit :: Pembroke City
Partagez | 
 

 Can first time be the charm? (Raphael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 80

ft. : Cole Sprouse


MessageSujet: Can first time be the charm? (Raphael)   Jeu 6 Déc - 11:14

Can first time be the charm?

La nervosité, ce n’est pas un état qui m’est particulièrement familier. Evidemment j’ai connu des moments d’anxiété durant ma vie; des examens par exemple. Ou quand j’ai fait le mur pour aller dans ce satané manoir pour la première fois. Donc je sais ce qu’est l’anxiété, ça ne veut pas dire que j’en suis un client régulier, loin de là. A dire vrai, à part quand on parle de cet hôtel, ma vie va plutôt bien. J’ai une famille presque complète et presque fonctionnelle (presque était le mot déterminant ici), un boulot pas trop horrible voir carrément agréable quand mon petit ami vient piquer une tête et que je peux profiter d’un show rien que pour moi l’air de rien. Le petit-ami, venons-en.

Entre nous, ça flirtouille depuis quelques temps déjà, et on a passé le cap de la mise en couple (même si officieuse pour à peu près tout le monde), mais très récemment et ce soir, c’est notre premier rendez-vous en amoureux. Ce qui est assez paradoxal, c’est que pour se retrouver derrière la cabane à outil ou dans le local technique de la piscine, pas de problème. Déjà fait si j’ose dire. Mais un vrai rendez-vous? Non. C’est ma faute principalement…

Avec cette malédiction qui m’est tombé dessus par ma propre stupidité, quitter la maison est mission impossible. Enfin, vraiment la quitter. Car comme pour s’amuser de mon désespoir, parfois j’ai l’impression que j’ai pu lui échapper, allant en ville et flânant un peu...Avant de subitement me retrouver dans un couloir de l’hôtel ou dans ma chambre. C’est extrêmement frustrant. Et rageant. Alors j’ai repoussé au maximum le prospect d’un rendez-vous, insistant que ça fait des mois qu’on se fait la cour sans en avoir l’air, ou des obligations dans l’hôtel. Sauf qu’au bout d’un moment, d’une part je commence à être en panne d’inspiration, et d’autre part...J’en ai envie. Je veux pouvoir avoir une vie de couple (presque, encore une fois un mot déterminant) normale. Aller au restaurant, au cinéma, voir du paysage, me promener main dans main avec Raph...Bon sang, déjà qu’il y a le problème de nos familles, en plus il faut qu’il y ait une malédiction qui me prend pour un yoyo en prime. Ô joie, Ô bonheur, Ô crustacés…

Donc oui, pour le coup, je suis nerveux. Déjà parce que c’est notre premier rendez-vous, d’autre part parce que je ne sais pas combien de temps la maison va m’accorder pour cette petite escapade. Bon, pour le moment je suis surtout en train de me prendre la tête à savoir ce que je vais porter, je vous jure que les clichés des comédies romantiques sont vrais dans mon cas. Presque. J’essaie plusieurs trucs, mais je finis par opter pour un jean simple (pas que j’ai une garde-robe très fournie non plus…), une chemise bordeaux et ma veste en cuir. Je me coiffe rapidement et puis...Oh merde je vais finir à la bourre si je me bouge pas très vite.

Je sors en trombe de ma chambre, salue Sanders au passage et file dehors, parcourant quasiment la totalité du terrain attenant au manoir pour rejoindre la voiture de Raphael, un peu plus loin. sa vitre est baissée et je m’y accoude, un sourire sur le visage.

“Hey beau gosse.” je ris, parce que c’est franchement pitoyable “Okay, promis, j’arrête de faire mon lover.”

Me relevant, je fais le tour du capot pour monter côté passager, qu’on puisse enfin y aller et priant pour que la maison ait pitié de moi ce soir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 117

ft. : Tom Holland


MessageSujet: Re: Can first time be the charm? (Raphael)   Sam 8 Déc - 18:55


Can first time be the charm?

Il devait avouer que quand, enfin, Allowin eut accepté sa proposition de rendez-vous, l’étudiant l’a regardé avec un étonnement non dissimulé. Depuis leur très récente déclaration réciproque, Al avait été beaucoup moins réticent à se retrouver pour une affaire vite fait bien fait derriere le cabanon a outil, que pour quelque chose de plus consistant. Et pas vraiment que Raphael s’en plaignait : Après tout c’était aussi largement sa faute. Tout ces années a multiplier les regards mutins, à faire tomber ‘accidentellement’ des bijoux dans la piscine lui minauder que finalement ce n’était pas à lui, sans oublier les heures d’entrainement à sortir de la piscine comme un mannequin Calvin Klein, à espérer que le fameux déclic sonne entre eux.

Des années à discuter de la maison, d’échanger leur connaissances communes sur les Hill, à partager des discussions trivales ponctuées de regards langoureux,  et finalement, enfin, les voilà à être aux balbutiement d’un début de relation. Ça aurait pu suffire à d’autres, mais Raphael ne voulait pas s’arrêter la. Il voulait d’un semblant de véritable relation, même avec les fantômes de la maison qui les jaugeaient depuis les fenêtres de la maison, même avec la menace de leur famille respectives. Tant pis. Il voulait Allowin, et quitte à l’avoir, il le voulait entier. Et il est patient, alors quand les excuses douteuses sont légion, il insiste à nouveau plus tard. Deux de ses amies à la fac lui avaient prit le chou sur le fait qu’il était probablement déjà maqué ailleurs, ou qu’il l’utilisait à ses fins purement physiques. Mais Raphael est un garçon insolent, tétu, imprudent, peut-être un poil idéaliste, et pire que tout : il est amoureux. Alors il tient le coup, et finalement, il a ce qu’il veut. Comme toujours.

Sauf qu’un autre incident est venu entre temps. Précisément –tôt- dans la matinée, il reçu un appel de sa sœur, qui fit écho à un événement particulièrement traumatisant pour son petit frère. Il avait passé une bonne partie de la journée avec elle, et il comptait bien profiter de cette sortie loin de la maison pour en parler l’air de rien avec son aimé. Parce que même si c’était supposé être une soirée entre eux, il sait que le sujet l’intéressera.

Bien planqué dans sa voiture, à quelques centaines de mètres du manoir pour éviter d’éveiller les soupçons, Raphael fumait son cigarillo de Cuba en écoutant les ZZ top, jetant des coups d’œil à son téléphone en voyant l’heure tourner. Il devait avouer qu’il s’attendait à voir Al’ annulé son rendez-vous , vu sa réticente à accepter en premier lieu. Mais non, il leva le nez quand il le vit s’avancer vers lui, tout sourire.

«Salut Al ! » Il le dévisagea de haut en bas, non sans plaisir, « Awwww regardes-toi avec ta chemise, on dirait que tu vas rencontrer le président ! » Faut dire que mise à part des Tank top et des t-shirts moulants, Al’ semblait pas avoir une garde-robe spécialement fournie. Il le laissa entrer, lui vola un baiser avant de glisser le petit cigare entre ses lèvres et démarra la voiture, direction Pembroke.

«J’ai compris la leçon t’inquiètes pas : Rien de trop fancy. »
Même si on pouvait pas dire que c’était dans le coin qu’ils allaient trouver un Savoy. Et aussi parce qu’il savait qu’Allowin était pressé par le temps. Pour une raison qu’il ignorait. Il espérait qu’il lui en parlerait plus tard.  Mais pour l’heure, il préféra ignorer ce genre de détail. Peut-être un peu trop content pour s’en préoccuper. Prenant la route pour le centre-ville, il le questionna l’air de rien.

« Alors ta journée ? »
Yeux dans le retro pour l’apercevoir à la place du mort, -pauvre choix de mot- tout ravi de voir son tout récent petit copain dans son Aston Martin de luxe. « J’étais là aujourd’hui mais j’ai pas pu prendre le temps de venir te voir. » Bref silence avant qu’il ose demander. « Rien de bizarre est arrivé aujourd’hui ?... »



HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 80

ft. : Cole Sprouse


MessageSujet: Re: Can first time be the charm? (Raphael)   Dim 9 Déc - 10:15

Can first time be the charm?

Sa remarque sur ma tenue me fit lever les yeux au ciel, un sourire au lèvres s’affichant malgré tout. Je sais qu’il taquine, car je l’admet très volontier, les fringues et moi, c’est pas la grande histoire d’amour. J’en achète quand j’ai un besoin, que ce soit un besoin spécifique ou quand le vêtement en question se trouve être bon pour la poubelle à cause de l’usure. Donc sa taquinerie ne sort pas de nul part. Et que serait un couple sans un peu de taquinerie entre les deux? Un couple...J’ai encore du mal à me dire qu’on est un couple. Hormis son âge, ce qui m’a fait hésité c’est encore et toujours cette histoire de malédiction. On ne pourra jamais avoir une vie normale, pas tant que je n’ai pas trouvé une solution à cette malédiction de merde. Mais en attendant, j’en profite. Raphael...Il a ce petit truc qui fait que je n’ai jamais réussi à lui résister, qui m’a très vite fait tomber sous son charme. Alors, on va être honnête, je pourrais avoir l’impression d’être tombé dans un savant piège de la part de l’étudiant, mais je n’ai pas envie de le voir comme ça; je préfère le voir comme quelqu’un qui, malgré mon aveuglement et mes premiers refus, est resté accroché. Si ce n’est pas une preuve qu’il tient vraiment à moi...Et c’est ça qui a fini de me faire chavirer.

Je lui rend son baiser, à la limite de l’approfondir, mais il s’éloigne déjà, remplaçant ses lèvres par son cigarillo. Je souris autour des feuilles roulées. Ce n’est que partie remise, je sais que j’aurais d’autres occasions pour cela. Je prend une bouffée, deux, ls relâche dans l’habitacle et garde le cigarillo, sans pour autant tirer plus dessus que je ne l’ai déjà fait. Je ne sais pas si c’est une tentative de m’éduquer aux plaisirs plus fins de la vie ou si c’est uniquement parce qu’il est gentil comme ça, mais il arrive qu’il me fasse partager son cigarillo quand il en a un avec lui quand on se rencontre. J’aurais pu lui rendre, mais il sait très bien que s’il en a besoin, il n’a qu’à tendre la main et je le lui rend sans problème.

A sa question je hausse les épaules, ma foi ma journée…

“Pas passionnante. Surtout des petits trucs à réparer, mais chiants à atteindre. Genre...tu vois la gouttière le long du mur? Et bah dis-toi qu’il a fallu que je la refixe à plusieurs endroits dans le mur, mais alors avec les branches du lierre grimpant je ne te raconte pas la galère…Et t’en fais pas, t’es pas obligé de venir me voir chaque fois que tu mets un pieds dans le manoir.” jusque-là, conversation normale, mais sa dernière question me fait hausser un sourcil “Non, rien de spécial...Pourquoi cette question? Il t’es arrivé quelque chose?”

Je retiens le ton inquiet qui me vient quand je pose cette questions; ça serait tellement le style de la maison de provoquer quelque chose n’importe quand mais pour une seule personne spécifique et pas le reste du manoir...Alors j’attends sa réponse, espérant que tout aille bien malgré tout.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Can first time be the charm? (Raphael)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Can first time be the charm? (Raphael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (m) raphael alejandro + it is all I have left.
» La justice de Raphael [Terminé]
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Décès du papa de Raphael Tilliard
» Viens après voir vu Raphael [PV Luna]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-