anipassion.com
The Haunting Of Hill House :: 
Hill House
 :: Ground Floor :: The New Wing :: The Employees Wing
Partagez | 
 

 Karma's a bitch (Cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Allowin Dudley


Messages : 141

ft. : Cole Sprouse


MessageSujet: Karma's a bitch (Cole)   Mer 5 Déc - 17:25

Karma's a bitch

La nuit est à la fois mon terrain de jeu et ma nemesis. Mon esprit est plus à l’aise la nuit, comme si l’absence des bruits ambiants de la journée me rendait plus apte à la réflexion. C’est durant la nuit que j’ai le mieux travaillé mes devoirs, que j’ai le mieux retenu mes leçons de math (la plaie je vous jure), que j’ai le mieux fait le lien entre les différents récits sur le manoir...Mais ce n’est pas gratuit, ce n’est pas un cadeau et c’est en cela que la nuit est aussi ma bête noire. D’une part, les heures que je passe éveillé sont des heures en moins dans mon sommeil. D’autre part, mon cerveau naturellement (visiblement) plus actif aux heures nocturnes se fait un malin plaisir de m’empêcher de dormir. Que ce soit parce que dix milles théories, idées ou note to self tourbillonnent dans mon esprit, ou tout simplement parce que mon cerveau n’envoie pas le message d’aller dormir au reste de mon corps, c’est pareil. Je me fait me tourner trente-six fois sous ma couverture, avant de me résigner à faire une nuit blanche, puisque je ne peux pas faire autrement. Parfois c’est autre chose; ce sont des micro-réveils, ranimant mon corps pour cinq minutes, juste le temps de comprendre ce qu’il m’arrive avant de me replonger dans le sommeil. Ou alors je dors une nuit entière, mais mon corps cherche à rattraper les heures perdues de la veille ou l’avant-veille, et je dors trop. On pourrait penser qu’on ne dort jamais trop en soi, mais chez moi si, et si c’est le cas, je me balade pour la journée avec un mal de crâne qui refuse de partir même avec un antalgique puissant. Voilà ma malédiction (jeu de mot volontaire).

Ce soir n’échappe pas à cette putain de malédiction. J’ai passé les trois dernières heures à me tourner sous ma couette, et là c’est bon, j’en ai marre. Fixant le plafond que je ne vois que strié à cause des volets, je pousse un lourd soupir, et rejette la couette de sur moi. j’enfile des chaussette et un t-shirt et sort, une lampe torche à la main. Oui, short, t-shirt et chaussette alors qu’on est début Novembre. Tout va bien. Non je suis pas fou, j’ai juste rapidement chaud et je préfère avoir un peu froid que trop chaud. Fermant la porte à clé derrière moi, je descend les étages et navigue les couloirs jusqu’à atteindre le coin des employés, et surtout, l’outil magique, le saint graal de tout insomniaque qui se respecte, la machine à café. Je vous jure qu’un jour j’ai vu une lumière divine sur cette chose. Un coup de la maison? Peut-être. Allez savoir.

Allumant la lumière dans la salle (maintenant que je ne risque pas de réveiller quelqu’un en illuminant un couloir), je pose ma lampe, sort un mug, le café en poudre, un filtre et lance la machine à café pour me faire un pot entier. J’en aurai besoin. Qu’est-ce que je pourrais bien faire ensuite? Lire un bouquin? J’en ai pas pris de ma chambre, j’ai été con. Boarf, il doit bien y avoir un journal de la veille qui traine avec des mots croisés, ou fléchés ou des sudoku pas faits. Ca m’occupera quelques heures.

J’entends du bruit dehors et je tend. Encore une illusion de la maison? Ceci étant une grande possibilité, je me tourne vers la porte de la salle, attendant de voir si elle s’ouvre ou si la forme qui approche ne restera que cela, une forme. Par instinct de survie (je suppose), je prend le premier objet contondant qui me passe par la main, à savoir: un annuaire (ne pas sous-estimer le pouvoir de l’annuaire). Mais quand la porte s’ouvre, je me fige. Pas de terreur, de surprise. Déjà c’est une vraie personne (enfin j’espère sinon ça serait particulièrement tordu), mais surtout, c’est mon frère, Cole. Ah. Après quelques secondes à se regarder en chien de faïence, je finis par pousser un soupir et un joli:

“Merde…”

Avant de reposer l’annuaire sur la table et mon cul sur la chaise, attendant de savoir ce qu’il vient faire là, et surtout, attendant la possible réprimande qui arrivera. Puis ça percute dans mon cerveau. S’il est là...Merde en effet.

“Depuis quand t’es là?”

Parce que s’il vient juste d’arriver, il y a peut-être encore des chances de le sauver, et je l’espère vraiment. Mais quelque chose me susurre que c’est peine perdue.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Allowin Dudley le Dim 13 Jan - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cole Dudley


Messages : 1008

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: Karma's a bitch (Cole)   Jeu 6 Déc - 9:59

Karma's a bitch
Al & Cole 
Assit sur l’une des chaises berçantes, Cole tentait de ne pas s’endormir. Il ne voulait pas qu’un cauchemar vienne briser son expérience. S’il est resté au manoir ce soir : c’est pour se prouver à lui-même que ses dernières mésaventures n’ont rien à voir avec l’hôtel et cette prétendue malédiction. Il préférait nettement mettre ça sur le compte de la culpabilité - ou du traumatisme - que sur les rumeurs qui planent autour du manoir. Parce que s’il en vient à croire la légende : il donnerait raison à son père, à toute la folie qu’il rabâche depuis des années. Alors oui, il manque de sommeil, il a du mal avec les dates et certaines choses semblent aussi floues qu’improbables. Mais ce soir, il voulait se prouver que le problème venait de lui. Pas de cette bâtisse. Alors le solarium avait été son premier choix de cachette. Il doutait qu’un client de l’hôtel vienne passer la nuit entouré de fleurs tropicales. Mais quand on y réfléchissait, c’était l’endroit idéal pour le jeune Dudley. Il se sentait dans son élément ici, une pièce qui a son goût était largement sous-estimée.

La batterie de son téléphone approchant dangereusement les 10%, le jardinier savait qu’il ne pouvait plus utiliser les jeux pour se tenir éveillé. Se passant la main sur le visage pour effacer les traits de fatigue, il se força à se lever pour ne pas sombrer dans un sommeil qui ne serait de toute manière pas réparateur. Comme pour se moquer de lui, l’hôtel était d’un calme légendaire ce soir. Cole n’avait pas entendu une seule porte claquer, un bruit sans en trouver la cause. Aucune ampoule n’avait scintillé, aucune vision pour qu’il en vienne à croire les mots de son père. Soufflement las. C’était absolument ridicule. Qu’est-ce qu’il attendait au juste ? Qu’un fantôme pousse la porte et lui propose une tasse de thé pour passer le temps ? Il en venait à se demander si ce n’étaient pas les histoires rocambolesques de son père qui le rendait fou au final.Quittant le solarium dans l’idée d’explorer les autres pièces, Cole décida d’utiliser le reste de la batterie pour mettre la lampe torche sur son téléphone. Si les hôtels modernes avaient de la lumière automatique dans les couloirs pour les clients tardifs, Hill House ne connaissait pas ce luxe. Le brun souffla quand sa tentative d’allumer l’ampoule échoua, l’interrupteur devant être cassé. Faudrait qu’il en parle à son père, il y avait de la maintenance dans the old wing.

3h27, et toujours aucun fantôme en vue. Cole devait se rendre à l’évidence : ce manoir n’était qu’une vieille bâtisse inoffensive. Alors il décida d’aller se prendre une tasse de café bien corsée et de se poser au salon en espérant que le câble accepte de jouer un film à la télévisons. Poussant la porte de la salle des employés, il s’arrêta net en voyant son frère. Il serait mentir de dire que son cœur ne fit pas un bond en voyant une personne déjà présente dans la salle. Mais non, toujours quelqu’un de vivant. Et pour cause…Il s’agissait de son cadet. « Merde… » Cole arque un sourcil, surprit de trouver Al ici. Que faisait-il au manoir en pleine nuit ? Avait-il aussi décidé de jouer les rebelles ? « Depuis quand t’es là ? » Sur toutes les phrases qu’il aurait pu lui dire, son cadet avait choisit celle-là. Étrange.

Et contre toute attente, Cole se mit à rire. Cela devait être à cause de la fatigue, ou peut-être de l’ironie de la situation. Posant ses doigts à la racine de ses cheveux pour les tirer en arrières, il se décida enfin à répondre, ignorant cependant la question sur le temps. Allowin devait vraiment se demander quelle mouche l’avait piqué. « Si Tom, papa ou Khloé apprend que tu as passé la nuit ici, tu vas passer un sale quart d’heure » Il n’allait quand même pas lui faire le moral alors que lui-même avait dormi ici plusieurs fois. Ce serait l’hôpital qui se fou de la charité. « Moi j’me suis fait lyncher mais alors toi… » Heureusement, Cole n'avait pas la place du cadet. Un autre sourire prit possession de ses lèvres « J’aimerais pas être à ta place » L’idée qu’Al soit bloqué ici, ou que cette nuit ne soit pas sa première ne lui effleura même pas le cerveau. C’était impossible pour lui, tout bonnement impensable. Avançant le plus sereinement du monde jusqu’à la machine à café pour se servir une tasse, Cole regarda son frère. « Dis-moi tout. T’as trouvé un joli minois et t’as pas résisté à la tentation des draps ? » Après tout, c’était ce qui lui était arrivé lui.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Allowin Dudley


Messages : 141

ft. : Cole Sprouse


MessageSujet: Re: Karma's a bitch (Cole)   Jeu 6 Déc - 11:45

Karma's a bitch

Je hausse un sourcil à son éclat de rire. Déjà c’est pas commun que je le vois rire comme ça. pas faute d’avoir essayé quand on était gosse et c’est arrivé quelques fois, mais on a toujours été dans cette relation un peu bancale lui et moi. Un jour ça passe, le jour d’après ça casse. Encore aujourd’hui, j’essaie de ne pas trop pousser, mais j’ai envie de connecter avec Cole. Il est le frère le plus proche en âge que j’ai, et je me dis que si quelqu’un peut me comprendre, m’aider ou simplement...avoir des intérêts commun, ça doit être lui. Mais hey, mauvaise pioche, retente ta chance une autre fois. D’autant plus depuis la mort de maman et moi qui me suis maudit comme un abruti…Passons.

Je le regarde rire, le regard las quelque part, parce que putain, il est trop tôt pour ces conneries. J’attend qu’il finisse tranquillement, et lève les yeux au ciel si fort à sa remarque…

“Merci Captain Obvious, que ferais-je sans toi…” puis je tique au reste de sa phrase “Comment ça tu t’es fait lyncher? A quel propos?”

Oui bon, on va être honnête, la communication dans notre famille c’est pas exactement ça. Mais si je lis bien entre les lignes, ça voudrait dire...Et merde. Triple merde même. Oh, je ne m’en veux pas, c’est pas ma faute s’il a décidé de passer la nuit dans ce manoir alors que notre père nous l’a formellement interdit. Et puis je serais bien mal placé pour lui faire la leçon vu que je suis dans le même bateau que lui. Bateau que j’aurais bien aimé quitter en fait, mais c’est trop tard, comme on dit, le capitaine coule avec le navire.

Je le regarde se servir du café et me rappelle qu’à la base, j’en ai fait pour moi. Je me lève, lui fais signe de se pousser et me sers aussi une tasse avant de me rassoir. Un rire passe mes lèvres à sa question.

“Si seulement...au moins ça vaudrait le coup de se prendre une soufflante par la famille.”

Même si je doute que la famille soit très heureuse de savoir que j’ai jeté mon dévolu sur le dernier Hill. Déjà parce que...Bah c’est un Hill, mais en plus, Raphael est toujours mineur techniquement. Oui ça m’a posé des problèmes il y a quelques temps et puis je me suis rappeler que c’est lui qui a commencé le rentre dedans. Je l’ai accepté avec plaisir c’est vrai, mais disons que j’ai vite laissé coulé l’aspect mineur de notre relation. Je pousse un lourd soupir, c’est clair que je préfèrerai être dans les draps de Raphael à cet instant. Bon, il faut que je trouve une bonne explication à ma présence ici, une qui n’indique pas que je dors ici...bah toutes les nuits. J’ai bien une idée, mais c’est un peu tordu, enfin, tant pis.

“Insomnie. En désespoir de cause je me suis dis que faire un tour au cottage me donnerait peut-être envie de dormir. Avec toutes les histoires de papa…” je hausse une épaule “sauf qu’arrivé, je me suis rendu compte qu ej'ai oublié les clés. La flemme de refaire la route, et pas envie de réveiller le paternel. Au final je me suis endormi dans ma bagnole. La suite? Somnambulisme je suppose. Tout ce que je sais, c’est que je me suis réveillé dans le salon y’a une demi-heure.”

….Okay, quand je manque de sommeil, je suis mais alors d’une nullité intersidérale pour les excuses. Duly noted.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Allowin Dudley le Dim 13 Jan - 17:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cole Dudley


Messages : 1008

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: Karma's a bitch (Cole)   Dim 9 Déc - 11:42

Karma's a bitch
Al & Cole 
Le pire dans toute cette histoire ? Cole était plutôt content de trouver son frère dans ces lieux après la tombée de la nuit. Peut-être qu'ainsi il se sentait moins coupable d'avoir brisé la règle familiale étant donné qu'il n'était plus le seul. Ne plus se sentir comme le vilain petit canard avait quelque chose de salvateur pour son esprit déjà bien torturé. Penser de cette manière est égoïste, le jardinier le sait, mais c'était un reflex psychologique qu'il ne peut changer. Après tout, il n'a aucune idée du danger réel dans lequel il se trouve actuellement, alors la présence de son cadet ne l’inquiète pas plus que cela. S'il savait que les murs de cet hôtel étaient la prison de son frère, bien entendu qu'il réagirait différemment.

La surprise le fit d’ailleurs rire, chose étonnante lorsqu’on connait le personnage d’ordinaire bougon devant sa famille. Ce n’est pas qu’il ne les aime pas – bien sûr que Cole s’en fait pour chacun de ses frères et sœurs – mais il est simplement incapable de le dire. La communication n’ayant jamais été son point fort, le jardinier préfère paraître froid et distant pour ne pas partir sur une conversation trop difficile. Il parle et révèle même un secret qui ne semble plus en être un désormais. L’ainé sait pertinemment que Khloé n’a pas vendu la mèche, il lui fait bien trop confiance pour en douter. Et si c’était le cas, sûr que Thomasina ne l’aurait pas laissé quitter le cottage en vie. Haussant les épaules d’un geste las, il répond tout en se servant un café, tout comme si c’était le sujet le plus banal du monde. « Khloé m’a choppé dans le lit d’une cliente un matin. J’pensais qu’elle était en repos et du coup j’me suis pas levé » Grave erreur qu’il avait eu le temps de regretter depuis. Cole n’avait pas eu le reflex de vérifier les emplois du temps avant de visiter les draps de Meadow. Celui de sa sœur avait du changé durant la journée, remplaçant sa journée habituellement de congé par une autre. Manque de pot, c’est le soir où Cole avait décidé de braver les interdits en restant près de Meadow toute une nuit. Ce n’était pas la première fois qu’ils étaient intimes tout les deux, mais avant ce fameux jour, ils se contentaient des bois ou d’autres endroits…. Pendant les horaires de boulot du brun. Avant qu'Al puisse réagir, Cole ajouta  «Je sais, j'ai déjà une copine, c'est mal. Ça aussi Khloé me l'a dit» Il n'avait pas envie de se reprendre une leçon de moral de la part de son petit frère.

Le café remplissant la tasse, l’ainé se remémorait le bref instant de dispute entre lui et sa sœur. Il n’y avait pas eu de hurlements ou de cris. Juste quelques phrases blessantes et bien placées. Cole avait d’ailleurs quitté la pièce sans demander son dû. Le regard fixé sur le liquide sombre, le jardinier relève les yeux vers son frère. « Elle n’a pas aimé la découverte. Mais fallait s’y attendre hein ? » Comment lui en vouloir ? Elle était déçue, peut-être qu’elle avait l’impression de perdre un peu plus leur mère ainsi ? Cole n’avait pas voulu y réfléchir, sachant que ce serait douloureux. Il pensa alors que son frère avait fait la même bêtise. Qu’une personne avait attiré son regard et qu’il avait craqué. « Je sais pas si ça vaut le coup, mais au moins tu peux te dire que c’était agréable » Sauf si la personne en face était mauvaise au lit, évidemment.

Et alors qu’Allowin expliquait de manière bien bancale sa présence sur les lieux, Cole fronça les sourcils. S’appuyant contre le petit meuble de la salle il tourna la tête vers son frangin. «  Tu veux me faire croire que tu as conduis de ton appartement jusqu’au cottage. Qu’ensuite tu t’es endormi dans la voiture et que finalement tu t’es réveillé ici … ? » Faut dire qu’il y avait plus crédible comme histoire. Mais Cole laissa un léger moment le doute l’envahir. Parce qu’Al avait parlé de somnambulisme : chose qui touchait le brun de plus en plus depuis sa fameuse nuit avec la jeune Hill. Et contre toute attente, l’ainé s’ouvrir un peu. C’était probablement minime et insignifiant pour quelqu’un de l’extérieur. Mais pour lui, c’était déjà un pas énorme : surtout avec Al. « J’dors mal aussi » Le café le réchauffait quelque peu alors qu’un nouveau haussement d’épaule accompagna ses paroles. « J’ai les clefs du cottage dans ma veste. Prends-les et retournes-y okay ? Tu dormiras peut-être mieux. Puis ça fera une bonne surprise à papa et les filles demain matin » Du moins, c’est ce qu’il esperait.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Allowin Dudley


Messages : 141

ft. : Cole Sprouse


MessageSujet: Re: Karma's a bitch (Cole)   Mar 11 Déc - 12:57

Karma's a bitch

Des fois, j’ai envie de mettre des baffes à mon frère. Je sais que je suis particulièrement mal placé pour lui faire la leçon sur le fait que passer une nuit ici est contre la règle Number One du pater, mais je dois me faire violence pour retenir le soupir ET m’empêcher de lever les yeux au ciel tellement fort qu’on me croirait possédé. Le lit d’une cliente…C’est même pas le fait qu’il ait vu une autre fille que sa copine qui me dérange (enfin, si, un peu, mais comme je sais pas où ils en sont entre eux en vrai, si ça se trouve ils ont rompus alors bon…), mais c’est une cliente. Je ne sais pas si Sanders aurait quelque chose à redire et c’est pas moi qui vais aller cafter quoi que ce soit à l’épouvantail qui gère cet hôtel, mais quand même! Bon, en fait, en y réfléchissant, je ne vaux pas mieux avec ce qu’on fait avec Raph dès qu’on peut...C’est bien pour ça qu’à part une légère tension dans ma forme à la mention d’une cliente, je ne dis rien.

Mais il a dû la percevoir cette tension, car il se défende tout de suite en rapport à sa copine, et comme quoi Khloé l’a déjà houspiller à ce sujet. Je lève les mains de chaque côté de ma tête, l’air de dire “not my problem bro” et ajoute pour la forme.

“Tu te démerdes avec tes histoires, j’ai pas à te dire comment gérer ta vie”

D’une part parce que putain des mauvais choix j’en ai fait, le pire étant de passer une nuit dans ce manoir y’a des années. D’autre part parce que bordel, je suis pas là pour apprendre à mon grand frère comment faire avec les filles...Surtout que là en ce moment c’est pas exactement mon rayon si je puis dire. Je suis presque curieux de savoir de quelle cliente il parle, mais vu qu’on passe mon excuse au crible, je préfère me concentrer là-dessus, pour éviter de dire des conneries et de me compromettre tout seul comme un grand couillon. Je finis par hausser les épaules.

“Je te demande pas de me croire, mais c’est ce qu’il s’est passé.”


Je dis ça avec tout l’aplomb disponible, ce qui en fait, étonnamment, pas mal au final. je fais une pause en buvant mon café, le mug aux lèvres, quand il me confie que lui aussi dort mal. Ce n’est pas commun pour lui de se confier à moi. Ce n’est pas commun pour lui de se confier tout court d’ailleurs, mais encore moins à moi. Depuis qu’on est gosse, je ne sais jamais trop sur quel pied danser avec lui. Je viens m’asseoir en face et lui et ricane à sa proposition de retourner au Cottage.

“Vu comment c’est parti, je suis bon pour une insomnie. Si je retourne au Cottage, je vais pas arrêter de bouger pour m’occuper, je risque de réveiller des gens. Non, mauvais plan. Au pire si j’ai besoin de dormir il y a Nobert le canapé pour m’accueillir!”

Je désigne d’un mouvement de tête le canapé au fond de la pièce, qui m’a servi plus d’une fois pour une sieste improvisée durant la journée, pour éviter de me faire repérer à dormir dans une chambre du manoir...
© 2981 12289 0


Dernière édition par Allowin Dudley le Dim 13 Jan - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cole Dudley


Messages : 1008

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: Karma's a bitch (Cole)   Ven 11 Jan - 16:43

Karma's a bitch
Al & Cole 
De tous les Dudley, Allowin était celui que Cole s’attendait le plus à croiser à Hill House durant la nuit. Pas qu’il y ait forcement pensé, mais le cadet avait ce petit grain de rébellion. Décidant de fermer les yeux sur ce que leur père définirait comme la plus terrible des bêtises, le jardinier expliqua plutôt son altercation avec Khloé… Et comment elle avait réagi en apprenant qu’il avait défié les règles de la famille. En parlant de la nuit passée, Cole réalisa bien vite que son frère se fichait de ses histoires de jambes en l’air. Tant mieux, il n’avait pas envie d’encore se justifier quant à son comportement. Le brun avait l’impression de devoir expliquer son attirance pour Meadow à chaque personne qui apprenait ce qui s’était passé.

Sauf qu’il commença à s’intéresser à la présence de son frère sur les lieux. L’excuse bancale aurait dû lui mettre la puce à l’oreille, mais il se contenta d’hausser les épaules en se servant du café. « Je te conseille simplement de trouver une meilleure explication si quelqu’un d’autre l’apprend » Il n’allait pas lui faire la moral, bien que la curiosité le poussait à se poser des questions. Allowin avait-il quelqu’un dans sa vie ? Cette personne se trouvait-elle à l’hôtel ? Questions qui resteraient probablement sans réponses, ce n’est pas comme si les deux frères se parlaient vraiment.

Tournant le regard vers le fameux « Norbert » Cole arque un sourcil. Il porta la tasse à ses lèvres afin de boire quelques gorgées d’un café un peu trop corsé à son goût. Il pouvait bien voir que son cadet ne voulait pas quitter l’endroit, que ce n’était pas qu’une question d’insomnie qui le travaillait. Pourquoi refuser les clefs du cottage et préférer dormir sur le vieux canapé miteux de la salle des employés ? Cela ne faisait aucun sens. Le jardinier s’avança vers son frère pour attraper un sucre dans le récipient en verre avant de se caler de nouveau contre le mur. « J’sais pas bien ce que tu manigances Al’ » Il tourna la cuillère afin de faire fondre le sucre et surtout s’occuper les mains. « J’vais pas te demander trop de questions parce que je me doute que tu n’y répondras pas » Ils n’étaient pas assez proche pour se faire des confessions, ni gamins, ni adultes. Ce n’était en rien la faute d’Allowin et son ainé le savait. « Mais ne prend pas pour habitude de dormir ici ok ? Si papa l’apprend il va se faire un sang d’encre. Et je parle même pas du reste de la famille » Il ne jouait pas au grand frère voulant donner des ordres à tout va, il s’en faisait juste un peu pour son frère. « Puis peut-être bien qu’ils ont raison, sur cette maison »



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Allowin Dudley


Messages : 141

ft. : Cole Sprouse


MessageSujet: Re: Karma's a bitch (Cole)   Lun 14 Jan - 6:22

Karma's a bitch

La sollicitude de son frère le touchait, mais s’il savait depuis combien de temps ce petit jeu durait, il serait probablement estomaqué de s’être fait berner comme un bleu par son petit frère en plus.

“Tant que tu ne dis rien, ils ne l’apprendront pas. On est les deux seuls assez cons pour défier la Règle Numéro Une de papa.”

Moi parce que j’ai voulu jouer au type rebelle qui se fout des règles et Cole parce qu’il s’est laissé amadouer (ou qu’il a amadoué, mais à la limite on s’en fout) par une fille logeant à l’hôtel. Je retiens mes questions pour savoir de qui il s’agit, d’ailleurs. Les autres de la familles en ont soit rien à foutre de cette baraque, soit en sont terrifiés sans même vraiment savoir pourquoi et ils ont bien raison. Donc il y a assez peu de risques que qui que ce soit de la famille ne l’apprenne en dehors de Cole. Tant que ce dernier tient sa langue, tout ira bien. On a beau ne pas être très proches lui et moi, je sais au fond de moi qu’il ne me fera un coup pareil, pas sans une excellente raison. Comme je n’ai pas l’air d’aller plus mal que d’habitude malgré mes nuits quotidienne dans la maison, il n’a pas de raison de s’inquiéter.

En tout cas il a pas tort: il faudrait peut-être que je trouve de meilleurs excuses un jour, mais là mon frère m’a pris un peu au dépourvu, vu que je ne m’attendais pas à le croiser ici de nuit. De toute façon je passe mon temps à ça, trouver des excuses. Des excuses pour expliquer pourquoi je ne viens presque jamais manger au cottage, pourquoi je ne sors pas avec d’autres gens, pourquoi je ne les invite pas chez moi non plus...C’est fatiguant, c’est lassant, mais c’est nécessaire. Je ne veux pas faire de peine à papa plus que de mesure. Il a déjà perdu maman trop tôt, je ne veux pas qu’il croit qu’il va nous perdre nous aussi beaucoup trop tôt. Pourtant je sais que je le fais souffrir à ne plus le voir autrement que durant le travail. On a jamais été les plus proches du monde, mais j’aime mon père, quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense. Il a toujours été là pour nous quand on en avait besoin, je ne pourrais jamais l’oublier.

Au moins, Cole est lucide sur le fait que me poser des questions ne mènera à rien, et pour une fois, je suis bien content que notre relation à Cole et moi soit un peu distante. J’ai encore envie de lui lâcher un simple “No shit Sherlock, mais sa dernière phrase m’interpelle et je fronce un peu les sourcils.

“Comment ça?”

Est-ce qu’il ressent déjà l’influence de la maison sur sa psyché? Est-ce que la maison lui a déjà joué des tours comme à moi durant les années? Ca dépend depuis combien de temps il a dormi ici et du nombre de fois où il a dormi dans la maison.

“T’as dormi combien de fois ici? T’en fais pas, je vais pas le dire à la famille, je ne suis pas un suicidaire.”

Mais j’avais besoin de savoir.
© 2981 12289 0[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Karma's a bitch (Cole)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Karma's a bitch (Cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Des actions pour le maintien des filles à l'école
» une école pour apprendre la politesse...
» fringue et école
» Personnel de l'école Mahora.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-