The Haunting Of Hill House :: 
Hill House
 :: Second Floor :: The Old Wing :: Corridors
Partagez | 
 

 Where is my mind [JAMIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 644

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Where is my mind [JAMIE]   Mer 21 Nov - 12:03

Where is my mind ?
Jamie & Cole 
Étrange sensation d’être un pantin articulé dont on tire les ficelles, Cole se trouve dans une bulle qu’il ne semble pas contrôler. Il arpente les couloirs du manoir sans savoir comment il est arrivé là, ni depuis combien de temps. La lumière émanant des ampoules est trop forte, lui brûle la rétine sans même qu’il tourne la tête dans leur direction. Et le silence, un silence pesant qui laisse à penser qu’il est le seul dans cette immense bâtisse. Aucune porte qui s’ouvre, pas de bruit de pas, les jardins sont d’un calme alarmant pour un hôtel. Sans même que le brun ne le réalise, il se retrouve devant l’une des chambres. Il pousse la porte du bout des doigts, et elle s’ouvre sans aucune résistance, comme si elle attendait simplement d’être ouverte. Les rayons du soleil passent à travers la vitre, se reflétant sur les murs blancs. Le lit, au milieu de la pièce est impeccablement fait, tout comme le reste de la pièce d’ailleurs. Cole en vient à se dire que Khloé n’a pas dû s’occuper de cette chambre ce matin, pensée qui s’envole aussi rapidement qu’elle est arrivée. Alors il s’assoit sur les draps fraîchement repassés, touche le tissu encore chaud, comme s’il venait de sortir de la machine à laver.

Puis il y a ce bruit, cet atroce tintement de ferraille significatifs des accidents de voitures. Cole se relève, le soleil semble avoir rappelé ses rayons puisqu’un gris menaçant habite maintenant le ciel. Il a beau regarder, il ne voit aucun véhicule par la fenêtre, personne qui s’active à l’extérieur pour aider les possibles blessés. Le cœur de Cole bat à la chamade, imaginant la détresse et la douleur qui peuvent ressentir les conducteurs des véhicules si personne ne vient à les trouver.

« Cole… ? » Cette voix qui le force à décrocher son regard azur de la vitre. Un ton qu’il ne reconnaît pas tout de suite. Il se retourne pour se retrouver devant une vision d’horreur. Jamie, cet homme avec qui il a eu une rapide altercation la vieille. Ou alors était-ce il y a une semaine, il semblerait incapable de le dire à présent. La seule chose à laquelle il peut penser, c’est le sang qui s’écoule du visage du roux. Le regard presque éteint et le teint fade. Ses vêtements sont teintés du rouge carmin, contrastant avec cette chambre à la blancheur parfaite.

Cela rappelle trop de choses au jardinier, trop de scénario dans lesquels il a imaginé sa mère étant plus jeune, entraînant des cauchemars semblant bien moins réel que celui-ci. Tremblant à la vue du sang, Cole tente de s’approcher pour venir en aide au jeune homme. Mais celui-ci disparaît, laissant de l’hémoglobine partout sur le sol et les couvertures. « ATTENDS ! »  En pleine panique, Cole sort de la chambre pour le voir au fond du couloir, dans le même état. Et pour la seconde fois, à peine quelques pas dans sa direction que le jeune homme disparaît, laissant de plus en plus de sang sur son passage.

C’est après plusieurs aller-retour dans le même couloir, chassant un homme de plus en plus pale que Cole s’arrêta net. Une nouvelle voix venait d’attirer son attention, brisant cette bulle et retombant soudainement dans la réalité. Mais pour lui, tout était bien trop flou. Il se tourna de nouveau, se trouvant devant un Jamie en bonne santé, sans une seule égratignure. Les sourcils froncés, le brun s’approcha vivement de l’homme qu’il pensait blessé pour poser une main sur son visage. « Mais… » Rien ne faisait de sens non, et son regard paniqué balaya le visage du rouquin. « Comment… ? » Il pointa du doigt l’autre bout du couloir, où le sang avait maintenant disparu pour laisser place au bon vieux tapis. « Tu m’as demandé de t’aider et… T’étais là… Puis là » Il montre alternativement les deux endroits dans lesquels il venait de se rendre. Il passa ensuite une main dans les cheveux couleur feu, puis regarda sa dextre pour y chercher la moindre marque de sang. « T’étais vraiment dans un sale état… » Remarque plus pour lui-même que pour son interlocuteur qui devait se demander quelle drogue il avait ingurgité.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Mer 21 Nov - 22:12

WHERE IS MY MIND ?

Cole & Jamie  
C'était dans l'intention de comprendre en quoi les couloirs du manoir lui donnaient l'impression d'être aussi désorientant que Jamie avait décidé de les arpenter à tout hasard, quittant l'aile où se trouvait sa chambre pour aller de l'autre côté, celui qui semblait être d'origine. Ce n'était pas qu'il avait décidé de se prendre de curiosité pour le manoir, il comptait toujours partir, c'était une résolution qui continuait de tourner dans sa tête, comme un écho, alors que pourtant il n'arrivait pas à penser clairement la chose, comme si le jour de son arrivée se mêlait à travers le temps. Il n'allait pas partir aujourd'hui, puis personne n'était encore venu le foutre à la porte. Forcément, s'il était à court d'argent, on allait bien finir par venir lui dire de libérer les lieux. Si personne ne l'avait fait, il devait pouvoir en conclure qu'il ne devait pas être ici depuis aussi longtemps qu'il en avait l'impression. Faute de plus divertissant à faire, il allait donc s'autoriser cette petite exploration. D'autant plus qu'il n'arrivait pas à trouver le sommeil et qu'il était en dehors des heures de repas. Ses deux activités favorites étant impossible et puisqu'il n'avait pas envie d'aller découvrir les joies de la campagne à l'extérieur, ça allait faire l'affaire.

Ce à quoi il ne s'attendait pas, c'était que son escapade allait être d'aussi courte durée. Sur le point de tourner le coin pour remonter le couloir, il s'arrêta brusquement, apercevant Cole qui faisait des aller-retour. Dans un réflexe naturel, il chercha aussitôt à comprendre la cause de son agitation. Il semblait aux portes de la panique, si ce n'était de la folie, et pourtant Jamie n'arrivait pas à voir ce qui pouvait bien le perturber dans ce couloir complètement désert. Il fut évidemment bien tenté de tourner les talons et partir en faisant comme s'il n'avait rien vu. Après tout, considérant l'humeur dans laquelle il était la veille, ce Cole ne devait certainement pas avoir envie de le voir, encore moins de lui parler. Il hésita donc quelques secondes, mais à son grand damne, avança finalement pour le rejoindre, réaction complètement à l'encontre de ce qu'il souhaitait lui-même faire. Inexplicable, puisqu'il ne pouvait même pas mettre ça sur le compte de la curiosité. Il n'était simplement pas curieux de nature. Ou alors, il n'avait jamais eu l'occasion de l'être... Jamie s'approcha ainsi dans son dos, finissant par se stopper au milieu du couloir. « Cole? » qu'il se risqua presque nerveusement, comme s'il s'attendait à le voir se transformer en monstre ou se mettre à se tordre dans tous les sens. En un rien de temps, le brun fit volte-face, l'avisant d'un air que Jem était bien incapable de comprendre. Puis, comble de l'incompréhension, voilà que Cole releva une main pour la poser sur son visage. Un geste que Jamie suivit des yeux, complètement immobile et déconcerté. What the freaking hell? Ce garçon avait complètement perdu la tête. « Tu m’as demandé de t’aider et… T’étais là… Puis là » Toujours immobile, le rouquin arqua simplement un sourcil, le dévisageant comme on dévisagerait quelqu'un qui serait en train de parler avec une roche. Jamie pensa alors à gentiment se retirer, en reculant lentement et prudemment, mais il n'eut pas le temps de mettre le plan à exécution que Cole glissa la main dans ses cheveux, le laissant encore plus figé qu'il ne l'était déjà. « T’étais vraiment dans un sale état… » Il avait des ecchymoses et portait encore les marques de coups sur son visage oui, mais y'avait pas de quoi en faire un plat. Puis, il les avait déjà la veille et ça ne l'avait pas empêché de faire son soupe au lait pour 150$ et quelques principes. Pourquoi c'était maintenant qu'il s'en inquiétait? Jamie sortit finalement de sa torpeur médusée, lui attrapant, sans être brusque, les poignets. Juste question qu'il arrête balader ses paluches sur lui sans raison. « Cole, j'ai rien du tout. » Tout en disant, il plongea son regard dans le sien, non pas avec l'intention de scruter son âme, mais simplement pour vérifier s'il était défoncé. Étonnamment, ses yeux semblaient parfaitement normaux, du moins en dehors de la panique qui y était visible. « Jeez, qu'est-ce t'as fumé? Je t'ai pas demandé d'aide, j'étais même pas là. » Si ce n'était pas la drogue, ça ne pouvait être que la folie. Ce gars s'était craqué le bocal durant la nuit, il n'y avait pas de doute à y avoir. « Et pourquoi tu t'en souci de toute façon? Tu me détestes, tu t'en souviens? J'ai volé ton argent et gâché tes vacances...» C'était particulièrement déconcertant, doublé d'embêtant. En aucun cas Jamie ne souhaitait que les gens s'inquiètent pour lui, ce n'était pas dans l'ordre des choses de sa vie. Il était le garçon détesté sur qui on frappe gratuitement, c'était ainsi que ça devait rester. Il devait être détesté, surtout pas aimé.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 644

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Jeu 22 Nov - 14:35

Where is my mind ?
Jamie & Cole 
C’est bien la voix de Jamie qui avait sorti Cole de cette torpeur terrifiante. Entre le rêve et la réalité, son cerveau ne pu percevoir la différence entre le fruit de son imagination et ce qui se trouvait vraiment devant ses yeux. Ainsi, quand il vit le jeune homme à quelques pas de lui, il s’approcha rapidement pour le rattraper. Cela faisait de longues minutes qu’il tentait de l’atteindre sans jamais parvenir à son but premier : l’aider. Pourquoi lui ? De tous les clients de l’hôtel, pourquoi fallait-il que ce soit cet homme ? Ils n’étaient pas proches, ils étaient même en mauvais terme vu leur dernière conversation. Et pourtant voilà le jardinier à s’inquiéter de l’état du rouquin, passant une main sur son visage pour y chercher une marque prouvant ce qu’il venait de témoigner. Il y avait eu un accident, quelque chose d’assez violent pour que Cole l’entende à travers les vitres du manoir. Et puis Jamie était apparu de nul-part, à la limite du cadavre. S’il était dans l’accident, comment avait-il pu monter l’étage et pousser la porte de la chambre dans laquelle Cole se trouvait ? Absolument rien ne suivait une quelconque logique, mais le jardinier était incapable de s’en rendre compte. Encore trop prit dans la panique du moment, il ne pensa pas que les ecchymoses étaient déjà présentes la veille. Le brun arqua un sourcil, tentant de comprendre comment le visage de Jamie avait pu guérir aussi rapidement.

« Cole j’ai rien du tout » Les poignets dans les mains du roux, le concerné releva les yeux. Il devenait fou, les heures de sommeil manquantes se faisait ressentir. « Jeez, qu’est-ce que t’as fumé ? Je t’ai pas demandé d’aide,j’étais même pas là » Cette phrase ne fait aucun sens dans le cerveau du brun. Son regard se balade sur les vêtements de Jamie, n’y voyant aucune tâche de sang. Il a troqué sa chemise blanche pour un t-shirt d’ailleurs. Un long soupire et Cole reprend possession de ses mains pour les fourrer nerveusement dans les poches de son jean. « J’ai pris aucune drogue, je suis sérieux » Ou alors il ne s’en souvenait plus. Cela pourrait-il être l’effet secondaire de quelque chose qu’il avait ingurgité ? Il en doutait. « J’te deteste pas, j’voulais simplement te faire réfléchir » C’est comme s’il avait su avant même de frapper à la porte du roux qu’il n’aurait pas son argent. Peut-être qu’il y avait été pour être certain qu’il s’agissait bien de son voleur au final. Il ne voulait pas de vandetta.

« Et j’me fiche bien de ce que tu as pu faire avant. T’allais pas bien » Il n’était pas du genre à laisser une personne en détresse simplement parce qu’il ne le portait pas dans son cœur. « J’allais pas te laisser dans un tel état » N’importe que l’homme soit un Aladdin des temps moderne. Ne sachant plus quoi penser, Cole se prit la tête entre ses mains en fermant les yeux. Les images de Jamie revinrent, comme un souvenir bien trop prenant. Il releva directement la tête, la respiration saccadée à cause de son palpitant trop rapide. « T’as pas entendu un accident de voiture … ? T’étais vraiment pas bien Jamie » Inquiet, il l’est vraiment. Autant pour le rouquin que pour lui-même.  Il attrape d’ailleurs la main de son compagnon du jour afin de le tirer jusqu’à la chambre. « Regardes il y a …. » Rien. Pas une goutte d’hémoglobine sur le lit parfaitement fait. Cole s’avance jusqu’au centre de la pièce « Tu te souviens pas ? Il y avait du sang partout Jamie. T’étais juste là » Il pointe de nouveau le tapis à côté du lit. « Et t’avais du sang qui traversait ta chemise… Ton visage… » Il s’arrête de parler, conscient qu’il devait avoir l’air complètement fou.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Sam 24 Nov - 21:33

WHERE IS MY MIND ?

Cole & Jamie  
Jamie se souciait rarement des autres. Ce n'était pas qu'il était foncièrement méchant et sans cœur, non, c'était plutôt une forme de propre justice. Il considérait que puisque personne ne s'était jamais soucié de lui, il n'avait pas non plus à le faire en retour. Et c'était un problème dans cette situation précise, car même s'il était plutôt à penser que le brun était en train de perdre la tête, il semblait quand même sincèrement s'inquiéter de son état. Bon certes, il ne comprenait pas les raisons de cette inquiétude, ni pourquoi il semblait croire qu'il était supposé être aux portes de la mort, mais ça ne changeait rien au fait que pour une raison totalement obscure, il était en panique à cause de lui. Et ça, c'était particulièrement troublant et embêtant pour lui. Il préféra donc envisager la possibilité que le jeune homme soit sous l'influence d'une drogue quelconque, ça expliquerait tout, les gens pouvaient changer radicalement de comportement quand ils consommaient. Ça pourrait, entre autres, justifier le fait qu'il semblait tout à coup lui accorder de l'importance, alors que la veille, il donnait plutôt l'impression d'être prêt à le condamner aux causes perdues. « J’ai pris aucune drogue, je suis sérieux » Jamie fronça légèrement les sourcils, laissant glisser ses poignets de ses mains pour qu'il puisse en reprendre possession. Aucune drogue alors. Il n'allait pas l'argumenter là-dessus, mais ça n'expliquait pas plus son comportement totalement erratique. « J’te deteste pas, j’voulais simplement te faire réfléchir » Cette fois, un air grognon se glissa systématiquement sur ses traits. C'était de mal en pire. « J'préfère si tu me déteste, c'est beaucoup plus simple » qu'il marmonna en guise de réponse, emmerdé par cette déplaisante déclaration qui n'allait pas du tout en harmonie avec ses intentions d'être un vil moche et méchant.


« Et j’me fiche bien de ce que tu as pu faire avant. T’allais pas bien » L'air boudeur fit place à un regard beaucoup plus déconcerté. Ce n'était pas ça non plus, non. Il ne voulait pas qu'il s'en fiche de ce qu'il avait fait avant. Surtout pas. C'était sa meilleure carte avec lui, il l'avait volé, comme un ingrat, lui avait gâché son voyage à Boston sans même s'en soucier, raclure qu'il était. Voilà ce que Cole devait penser de lui. « J’allais pas te laisser dans un tel état » Jamie entrouvrit les lèvres pour répliquer mais devait s'avouer un peu à court de mots. Il ne comprenait toujours pas de quoi il parlait. Il se contenta donc de l'observer se prendre la tête et fermer les yeux. Une part de lui voulait restée confortablement installée dans son indifférence, alors que d'un autre côté, il ne pouvait s'empêcher de vouloir l'apaiser un peu. Sauf qu'il n'était pas doué pour ça, il ne connaissait pas vraiment le mode d'emploi pour calmer quelqu'un, on ne lui avait jamais enseigné l'empathie. « T’as pas entendu un accident de voiture … ? T’étais vraiment pas bien Jamie » Le rouquin secoua légèrement la tête. Il n'avait pas entendu d'accident, non. Il se sentait même plutôt bien, ou du moins, autant qu'il l'était la veille et les jours d'avant. À nouveau, il s'apprêta à dire quelque chose, mais Cole le devança en l'attrapant par la main, l'entrainement à sa suite. À ce geste, Jamie eu envie d'enfoncer les talons dans le sol et de faire la mule, comme un enfant mécontent de se faire prendre la main, un contact qui continuait d'ailleurs d'ajouter à sa confusion face à tout ça. Il n'en fit pourtant rien, suivant Cole dans la chambre, essayant de voir ce qu'il semblait persuadé d'avoir vu. « Tu te souviens pas ? Il y avait du sang partout Jamie. T’étais juste là » « Et t’avais du sang qui traversait ta chemise… Ton visage… » Le sourcil arqué, Jamie détailla attentivement le tapis au sol, puis le lit, puis le reste de la chambre. Devait-il lui annoncer qu'il ne voyait aucun sang et qu'il était résolument fou, ou valait-il mieux qu'il fasse semblant de tout voir pour lui éviter la terrible réalité? Après quelques secondes de réflexion, il finit par tourner son regard vers le brun. « C'était surement un cauchemar, Cole. Tu devais surement dormir. » Et pourtant, si quelqu'un était bien placé pour croire à ce genre de situation inexplicable c'était lui, lui qui était hanté depuis de nombreuse années par l'horreur de son enfance, sous les traits d'un fantôme. Est-ce que ça faisait de lui un hypocrite, de lui rabattre l'idée que ce n'était qu'un cauchemar? Ce n'était pas justement ce qu'un crétin de psy répondrait dans une situation pareille? Surement, et ce n'était pas son genre à lui. « En fait...je crois que y'a un truc qui cloche ici...j'veux dire, avec l’hôtel...» Il pouvait bien parler, il ne pourrait pas avoir l'air aussi fou que lui à ce moment précis. « Je sais pas pourquoi, mais juste les couloirs ici...ils me rendent dingue, et tout est juste...flou. » Il marqua un temps avant d'hausser légèrement les épaules. « Mais je vais bien, je te jure. J'ai pas eu d'accident et je perds pas mon sang. » Pour étayer ses dires et tenter de le rassurer, il tourna un tour de lui-même, relevant légèrement les bras. « Tu vois? Toujours en un morceau. »
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 644

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Mar 27 Nov - 10:28

Where is my mind ?
Jamie & Cole 
A cet instant, Cole aurait aimé pouvoir dire qu’il avait prit de la drogue. Il aurait pu mettre toute cette folie sur le compte d’une substance illicite, n’importe laquelle aurait fait l’affaire. Il préférerait nettement avoir prit une dose trop élevée plutôt que devoir se confronter à la réalité : il n’avait pas d’explication rationnelle quant à son comportement. Et vu le regard de Jamie, le roux n’avait aucune idée de quoi pouvait parler Cole. Pourtant c’était bien lui qui déambulait il y a quelques minutes, les vêtements à peine visible sous le sang. « J’prefère si tu me détestes. C’est beaucoup plus simple » C’était une réflexion plutôt étrange. Qui préfère la haine plutôt qu’un minimum de considération ? Même si le jardinier prétendait souvent l’ennui face aux autres – surtout devant sa famille – il ne voulait tout de même pas être détesté. Qu’importe, cela n’allait pas arrêter son inquiétude comme par magie.

Ne répondant rien à sa dernière phrase, Cole entreprit plutôt d’amener Jamie sur les lieux des faits. Normalement, il n’aurait pas attrapé la main du jeune homme. Mais il avait encore peur qu’il disparaisse, qu’il se volatilise une fois le dos tourné. Le jardinier ne pouvait pas laisser ça arriver, il devait confronter Jamie aux faits. Si le rouquin voyait la chambre et les draps plein de sang, il ne pourrait pas nier l’évidence. Mais en arrivant dans la pièce, c’est Cole qui fronça les sourcils, vérifiant plusieurs fois le numéro inscrit sur la porte. C’était bien la même chambre, pas de doute. « C’était surement un cauchemar Cole. Tu devais surement dormir ». Le concerné s’assit sur le matelas en hochant la tête. Jamie devait avoir raison, cela ne pouvait être que le fruit de son imagination trop sanglante. « C’était juste la première fois que ça semblait si réel… » Parce que des cauchemars il en fait depuis des années. Les accidents de voiture étant récurrents dans ses songes nocturnes.  Mais à y réfléchir, Jamie avait forcément raison. Cole s’était probablement allongé quelques secondes et son esprit avait joué de lui. Après tout, le fait qu’il rêve de l’accident après la dispute avec Khloé était normal. Le brun culpabilisait depuis que sa cadette avait tiré la carte de leur mère, et c’est ainsi que son inconscient le montrait. Et puis pour Jamie, il avait simplement été bouleversé par leur rapides rencontres : que ce soit dans le couloir ou la laverie. « Je dois faire des crises de somnambulisme » Il avait entendu que les protagonistes étaient souvent confus en se réveillant, se demandant pourquoi et comment ils se retrouvaient dans certains endroits. Voilà, en réfléchissant calmement, le jardinier avait trouvé une solution.

Il aurait été heureux d’arrêter la conversation ici, de se laisser bercer par ses douces explications logiques, mais Jamie enchaîna avec des paroles qui firent relever la tête du brun. Il avait déjà entendu ça des centaines de fois, venant de la bouche de son père. Il avait toujours eu du mal à y croire. Et encore aujourd’hui c’était le cas, malgré les cauchemars. « Je crois que j’ai passé les vingt premières années de ma vie à entendre que ce manoir était hanté » Il hausse les épaules, montrant qu’il ne savait pas vraiment quoi ajouter à cela. « J’bosse ici depuis des années, et c’est la première fois que… » Qu’il avait l’impression de voir des choses. Sauf que quelque chose lui resta à l’esprit. Ce n’était pas simplement le manoir, c’était le fait d’y rester après le coucher du soleil. Et ça, c’est la règle qu’il avait brisée. « Que tout est flou » Il répétait le mot qu’avait employé Jamie quelques secondes auparavant.

Alors que Jamie commença à tourner sur lui-même pour prouver qu’il allait bien, un sourire quelque peu nerveux se dessina sur le visage déjà crispé de Cole. « Ça va, me fait pas un strip-tease. J’ai déjà vu la marchandise et j’suis pas intéressé » Manière un peu bancale de se changer les idées alors que certaines images ne voulaient pas quitter son esprit. Le jardinier faisait référence à son entrée dans la laverie, surprenant Jamie et Meadow sans rien sur le dos, chose qu’il n’avait pas oublié non plus. Soufflant longuement, il passa une main dans ses cheveux. « D’après les rumeurs, c’est pas simplement ce manoir le problème. C’est d’y rester pendant la nuit » Il n’arrivait pas à croire qu’il en venait lui aussi à raconter ses vieilles histoires « C’est ironique pour un hôtel, je sais. Mais ça doit être la raison pour laquelle il n’y a aucun service après le couché du soleil » Du point de vue d’un employé, c’était surtout des contraintes en moins concernant les horaires. Cole pensait que Winnifred voulait garder cette réputation de domaine hanté pour les touristes, ajustant certains des services par la même occasion. « A mon avis, la déco, le manque de commodités et tout ça… C’est juste pour l’ambiance. J’ai toujours dit qu’une maison ne peut pas rendre fou, faut déjà avoir un lourd passé derrière pour que ça marche, tu crois pas ? » Ce qui devait dire que lui-même, avait des choses à se reprocher, si on suivait sa logique.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Mar 27 Nov - 21:37

WHERE IS MY MIND ?

Cole & Jamie  
Cette situation aurait été une opportunité en or, de renforcer l'idée négative que Cole pouvait avoir de lui. Il aurait pu saisir l'occasion pour lui rire au nez ou se foutre de sa gueule, comme il l'avait fait quand il était venait lui réclamer l'argent volée. Pourquoi ne pas le faire alors? Il aurait franchement du mal à l'expliquer, même à lui-même. C'était peut-être l'inattendue inquiétude de Cole envers lui qui avait désactivée le mécanisme presque automatique qu'était son habitude de répondre à tout le monde avec cette cinglante indifférence qui lui permettait d'être si aisément détesté. Étrangement, il n'avait, cette fois, pas envie d'en ajouter une couche. Il y avait déjà l'argent, puis cette courte mais désagréable histoire avec la buanderie, c'était peut-être assez. Cole n'avait pas l'air d'une mauvaise personne de toute façon, et s'il ne voulait pas qu'on l'apprécie, Jamie ne voulait pas non plus s'acharner plus que nécessaire. Il pouvait se montrer méchant et glacial, mais il n'était pas cruel non plus. Il savait trop bien ce qu'était la cruauté pour volontairement la reproduire. « C’était juste la première fois que ça semblait si réel… » Il ignorait s'il s’agissait effectivement de somnambulisme comme il le suggéra ensuite, mais il voulait bien le croire quand il disait que ça semblait très réel. Sauf qu'il ne voyait pas non plus comment le rassurer à ce niveau. Il n'avait rien d'apaisant à dire, au contraire, il commençait lui-même à croire qu'il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond. Et à sa plus grande surprise, il daigna bien vaguement partager la chose avec le brun, sur cette étrange impression qu'il avait dans ce manoir. Évidemment, la réponse de Cole n'était pas celle qui espérait entendre, au contraire, il semblait venir confirmer les dires de Khloé, qui avait elle aussi mentionné avoir entendu toute sa vie des histoires de fantômes entourant l’hôtel. Il n'en fallait pas plus à Jamie pour se décider, il allait partir plus tard dans la journée Il n'avait aucune envie de vivre sous le même toit qu'une collection toute entière de spectre en colère.

Il se garda pourtant bien de le dire et préféra tenter de conforter Cole sur le fait qu'il allait bien et ne sortait pas d'un horrible accident de voiture. « Ça va, me fait pas un strip-tease. J’ai déjà vu la marchandise et j’suis pas intéressé » « You wish » qu'il souffla aussitôt tout en finissant de pivoter pour revenir face à lui, roulant les yeux au passage, mais d'un air qui se voulait plus amusé qu'emmerdé. Il n'avait pas l'intention de lui faire un strip-tease, ce n'était pas dans ses cordes, du moins, pas sans musique. Ce qu'il y avait de moins amusant, c'est qu'il savait très bien que Cole faisait, par ce commentaire, référence au moment bizarre de la buanderie. Jamie ignorait s'il avait eu l'occasion d'en discuter avec cette Meadow et préféra donc passer le sujet sous silence. Il ne savait pas grand chose de leur histoire et ne voulait pas s'en mêler, ni risquer d'empirer les choses. Il osait seulement espérer que, si la jeune femme ne lui avait pas déjà expliqué qu'il ne s'était rien passé, elle allait le faire quand elle lui parlerait. Et pour le coup, il fut presque soulagé quand Cole revint sur le sujet du manoir. Jamie recula de quelques pas pour prendre appui sur le mur derrière lui, plus confortable ainsi qu'à l'idée d'aller aussi s’asseoir sur le lit. « D’après les rumeurs, c’est pas simplement ce manoir le problème. C’est d’y rester pendant la nuit » Il ignorait comment et pourquoi il ne fallait pas y rester la nuit, selon les rumeurs, mais dans tous les cas, ça voulait dire qu'il était déjà fichu. « A mon avis, la déco, le manque de commodités et tout ça… C’est juste pour l’ambiance. J’ai toujours dit qu’une maison ne peut pas rendre fou, faut déjà avoir un lourd passé derrière pour que ça marche, tu crois pas ? » Le regard fixé sur celui de Cole, Jamie resta un moment silencieux. Peut-être qu'il avait raison, le manoir n'y était surement pour rien, ceux qui avaient l'impression de perdre la tête étaient simplement en train de la perdre, pas à cause de l'hôtel, mais à cause de ce qu'ils traînaient avec eux, à cause de leur passé. « Je suis peut-être juste fou alors, ouais...» qu'il répondit dans un haussement d'épaule. « Est-ce que ça veut dire que t'es resté dormir ici? » Bien qu'il semblait connaitre la règle de ne pas le faire, il semblait aussi dire qu'il avait l'impression que quelque chose avait changé. « Et l'histoire, elle dit pas ce qui arrive au gens qui le font? Qui restent la nuit...Parce que si on est foutu de toute façon...ça change beaucoup de chose...» Encore fallait-il que ce soit réel, mais Jamie était particulièrement disposé à croire ce genre d'histoire, il n'avait pas le choix, car si les fantômes n'existaient réellement pas, ça voulait simplement dire qu'il était bien cinglé, et depuis longtemps. Et il n'avait pas envie de l'être, d'être simplement fou. « Fallait bien que ça m'arrive...» qu'il ajouta finalement d'un ton plus marmonné. Il était abonné à la malchance et aux tragédies, c'était déjà confirmé comme une sérieuse constante dans son existence.  
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 644

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Lun 3 Déc - 14:36

Where is my mind ?
Jamie & Cole 
Cole n’avait jamais cru à toutes ses rumeurs. Les paroles de son père s’étaient-elles imprégnées inconsciemment dans son esprit pour que la malédiction soit la première explication vers laquelle il penche ? Le jardinier mit plutôt cela sur son cœur battant à la chamade et sa panique l’empêchant de penser rationnellement. Il était bien plus simple de faire des suppositions surnaturelles que de voir la vérité en face : il pensait bien trop à l’accident de sa mère, provoquant des cauchemars de plus en plus réels. C’était difficile pour lui d’avouer que le traumatisme était toujours aussi présent, ravivant les blessures du passé, mais il fallait se rendre à l’évidence à présent. Mais l’intérêt de Jamie concernant les murs de la bâtisse attira l’attention du brun. Avait-il réellement pris une chambre dans cet hôtel sans connaître les histoires le concernant ? C’était peu de chance en effet, Cole espérait simplement que Jamie n’avait pas peur des histoires de fantômes. Tentant de le rassurer – et lui aussi par la même occasion – le jardinier affirma que pour devenir fou, il fallait déjà avoir quelques problèmes en arrivant ici. La réponse du roux le laissa cependant surprit. Ce n’est pas ce qu’il voulait dire non. « J’dis pas ça. Je pense que les lieux sont propices à faire marcher l’imagination… » Un long soupire lorsqu’il réalise qu’il n’est même plus certain de croire ces mots lui-même. « Et puis si tu es bel et bien fou, on le sera à deux faut croire » Un petit sourire qu'il lance un roux, valait mieux en rire qu'en pleurer. Car c’était bien lui qui venait de gambader dans les couloirs à la poursuite d’un Jamie qui sortait de son imagination.

« Est-ce que ça veut dire que t’es resté dormir ici ? » Une grimace qui répond pour lui, expression faciale qu’il ne peut pas refouler. Il avait passé la nuit ici oui, en compagnie de la jeune Hill, il y avait une semaine environ. Bien qu’en y réfléchissant, Cole n’était plus vraiment sûr de la chronologie, les dates semblaient floues. Il se souvenait des événements : la nuit avec Meadow, la dispute avec Khloé, la sortie en ville, la rencontre avec Jamie… Mais il lui semblait ben difficile de savoir dans quel sens ça c’était passé. Relevant les yeux vers le rouquin, Cole se décida enfin à répondre. « Ouais » Court et précis, il n’avait pas le cœur à donner d’avantages de détail concernant sa partie de jambe en l’air avec Meadow. « J’ai dérogé à la règle familiale » Passant sa main dans les cheveux pour les tirer en arrière, le jardinier haussa les épaules. « Un Dudley qui reste à l’hôtel et perd la tête… ça va faire la une des journaux » Son nom était malheureusement lié à l’histoire de cette bâtisse, sa famille ayant vécu à la bordure du terrain depuis des années. Et puis il y avait son oncle, sa tante et sa petite cousine évidemment.

La question de Jamie lui fit arquer un sourcil. Le jeune homme semblait réellement inquiet suite à ses révélations. Cole décida alors de rester vague afin de ne pas alimenter ses peurs. Si au départ c’est le rouquin qui le rassurait, il semblait que les rôles avaient été échangés. « Des histoires qui ont été exagérées, médiatisées et modifiées. Cet hôtel attire les amateurs de frissons et ils jouent évidemment sur ça le plus possible ». Il aurait pu parler de sa propre famille : de son oncle qui s’était évaporé sans laisser de trace. Mais encore une fois, il n’y eu que le silence. « On dit simplement que les gens perdent la tête, t’as pas à t’inquiéter »

« Fallait bien que ça m’arrive… » ce ton utilisé, ce regard perdu au sol. En voyant Jamie ainsi, Cole est soudainement prit d’empathie. C’est son problème à lui, il se met trop facilement à la place des autres et cela lui joue des tours. Trop bon trop con, ce proverbe s’applique totalement au Dudley. « J’suis désolé pour la dernière fois » Et voilà que pour comble de l’ironie, c’était lui qui s’excusait auprès de Jamie pour lui avoir demandé l’argent. Mais en y réfléchissant, il lui avait trouvé des excuses : il avait une condition de vie difficile, il n’avait pas eu le choix. En somme il n’en savait rien, le rouquin venait peut-être d’une riche famille et voler des portefeuilles était l’un de ses passe-temps favoris. Mais Cole en doutait. Tout ça pour dire qu’il lui avait pardonné même s’il n’aurait probablement aucune explication concernant son geste. « Enfin j’veux dire qu’on s’connaît pas et t’avais sûrement une bonne raison au final. Personne vole du fric par plaisir. Quand on en a, on se contente de le dépenser »Ou de partir en vacances à Boston, comme lui. Le jardinier haussa les épaules avant d’le regarder « Bref. Tout ça pour dire que j’aurais pas dû t’faire la moral »


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Mar 4 Déc - 20:40

WHERE IS MY MIND ?

Cole & Jamie  
La tentative de Cole pour le rassurer sur les lieux et son hypothèse de folie par la même occasion était très honorable. Il n'était pas certain qu'il en aurait fait autant. Disons simplement que l'altruisme n'était pas l'une de ses principales qualités. Et du fait qu'il souhaitait avant tout être exécrable aux yeux des autres, il aurait plutôt été du genre à se moquer, ou encore à envenimer la situation en renforçant la peur de la personne face à lui. Que devait-il en conclure? Surement que Cole était une bien meilleure personne que lui et ce n'était en rien pour l'aider dans sa résolution de se faire détester par ce dernier. Une résolution qu'il gardait en tête malgré que ses agissements semblaient plutôt indiquer le contraire, car en effet, les dernières minutes manquaient cruellement de commentaires déplaisants de sa part. Au fond, peut-être qu'il n'avait pas tellement envie que Cole le déteste, mais c'était une possibilité qu'il préférait ignorer. Ce n'était certainement pas le moment pour développer un sens de la morale et encore moins de l'intérêt pour ses semblables. Et pourtant, le voilà qui ne pouvait s'empêcher de le questionner, alimentant cette discussion qu'il aurait normalement du couper court. « J’ai dérogé à la règle familiale » « Un Dudley qui reste à l’hôtel et perd la tête… ça va faire la une des journaux »  Visiblement, être un Dudley ça n'avait pas l'air particulièrement amusant et pour Jamie, ça restait plutôt abstrait. Lui, il n'avait pas d'histoire, il n'y avait rien de rattaché à son nom. Rides n'était rien pour personne et ne ferait la une des journaux que s'il trouvait une façon vraiment époustouflante de crever. Et encore, ce n'était pas dit qu'on en aurait quelque chose à faire quand même. « Ta tête c'est pas le pire truc que tu peux perdre s'tu veux mon avis...» qu'il lâcha en guise de réponse, incertain à savoir si c'était de l'humour ou une tentative un peu pâteuse de le rassurer à son tour.  

D'ailleurs, niveau paroles rassurantes, Cole s'en sortait mieux que lui, ça ne faisait pas de doute. Le brun qui tenta d'ailleurs de le conforter sur le fait que les histoires de Hill House n'étaient justement rien de plus que des histoires et qu'il n'avait rien à craindre. C'était à se demander s'il était si transparent que ça dans ses inquiétudes à propos de la maison, mais il fallait dire que, contrairement à Cole, il y croyait aux fantômes. Ce qui voulait aussi dire qu'il n'aurait aucun mal à croire que ce manoir puisse être maudit d'une quelconque façon et ça ne lui plaisait pas du tout. Le problème étant que s'il continuait à poser des questions et à se montrer curieux sur le sujet, on risquait de le comprendre et il n'avait pas spécialement envie de passer pour un illuminé, même devant Cole qui s'était plutôt bien ridiculisé quelques instants avant. Un moment de silence s'en suivit, alors que Jamie jonglait avec ses pensées, ne réalisant à peine le commentaire qu'il souffla. Ce sont finalement les mots de Cole qui le ramenèrent brusquement à la réalité. « J’suis désolé pour la dernière fois » Le rouquin redressa systématiquement le nez pour toiser Cole comme si ce dernier venait de dire la plus terrible des grossièretés. Il était désolé? Surtout pas. Il n'avait aucune raison de l'être. C'était lui le voleur, c'était sa faute et en plus, il lui avait rit au nez. Il n'avait aucun droit de lui pardonner, c'était complètement illogique. « Enfin j’veux dire qu’on s’connaît pas et t’avais sûrement une bonne raison au final. Personne vole du fric par plaisir. Quand on en a, on se contente de le dépenser » Jamie continua de le fixer, complètement pris de court par ce revirement de situation. Et c'était d'ailleurs visible sur les traits catastrophés de son visage, alors qu'il avait l'impression de regarder quelqu'un détruire son château de carte qu'il avait construit si méticuleusement. « Bref. Tout ça pour dire que j’aurais pas dû t’faire la moral » Dans son instant de confusion, Jamie chercha désespérément la vacherie parfaite à répondre, question de lui faire revoir sa position, mais pour une fois, son répertoire sembla rester stagnant. « Non. » Ce fut d'abord tout ce qu'il parvint à répondre, avant de se redresser de son appui sur le mur pour s'avancer légèrement vers Cole. « Tu me pardonnes pas. Tu peux pas faire ça. » Ce n'était pas dans les règles du jeu, c'était de la triche, c'était injuste. Il se devait de rétablir la situation. « J'avais aucune bonne raison de te voler ton argent. Je suis juste un voleur...je profite de la distraction des touristes pour leur piquer leur argent. C'est ce que j'ai fait, Cole. J'ai profité de toi. » Évidemment, ce n'était pas entièrement vrai, il avait effectivement volé son argent parce qu'il en avait besoin, mais il allait se garder de le confirmer. Il ne voulait pas qu'on lui pardonne, la haine c'était beaucoup mieux, c'était prévisible, et avec elle, il savait toujours à quoi s'en tenir. « Tu peux pas être gentil avec tout le monde, parce que si tu fais ça mec, les gens vont te dépouiller toute ta vie. » Bien qu'en vérité, être méchant n'y changeait rien non plus. Jamie s'évertuait à l'être depuis longtemps et ça n'avait jamais empêché personne de s'en prendre à lui. Ceci dit, il était peut-être la seule personne qui suppliait pratiquement les gens de le détester. « Faut que tu restes loin des gens comme moi, faut pas que tu leur pardonnes. »
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 644

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Jeu 6 Déc - 6:25

Where is my mind ?
Jamie & Cole 
« T’as tête, c’est pas le pire truc que tu peux perdre à mon avis » Cole fronça les sourcils, pas vraiment certain de comprendre où Jamie voulait en venir. Le jardinier ne voyait rien de pire que de perdre la tête, le contrôle de ses émotions et aussi de ses actes. Il n’y avait qu’à voir ce que la société pensait des fous, des marginaux et de ceux ne marchant pas sur la même route que les autres. En suivait des regards accusateurs, la solitude et bien souvent une fin peu enviée. Bien sûr, perdre un membre de sa famille semblait encore plus douloureux : Cole en savait quelque chose. Mais pour lui, l’un ne venait pas sans l’autre. Depuis la mort de sa mère, il avait lui-même l’impression que tout ne tournait pas rond dans sa tête. Les cauchemars, les insomnies…Tout était relié. Il suffisait de voir l’épisode désastreux dont Jamie venait de témoigner pour réaliser que l’accident avait laissé des séquelles irréparables sur le jeune Dudley. Cole en vint d’ailleurs à se demander si Jamie n’avait pas perdu ses parents – ou du moins que sa situation familiale soit catastrophique – pour répondre ainsi. Jamais il ne poserait ce genre de question à voix haute, sachant trop bien les réactions que cela peut provoquer, mais il garda cette idée en tête. Le brun était plutôt bon pour cerner les gens en général, il savait écouter et lire entre les lignes. Parfois il se trompait totalement, mais étant donné qu’il gardait ses hypothèses pour lui-même et ne colportait pas de rumeurs… Cela ne faisait de mal à personne. C’est ainsi que Cole s’attachait aux autres, en s’imaginant toute leur histoire dans sa tête, jusqu’à ce qu’il apprenne finalement la vérité au fil des conversations.

Dans un élan d’altruisme qui le définissait bien, Cole commença à s’excuser pour son comportement envers Jamie. Ce n’était pas de la pitié, loin de là. Il n’aimait pas être jugé au premier regard : il était bien facile de lui mettre l’étiquette du Dudley un peu taré, qui parle à ses fleurs plus souvent qu’aux clients. Et pourtant c’est ce qu’il avait fait avec le rouquin. Son « non » résonna dans la pièce, ce qui fit relever le regard de Cole. Encore une fois, il eu du mal à comprendre la réaction de son interlocuteur. Depuis quand une personne refuse-t-elle des excuses sincères ? Il semblait même vouloir le forcer à ne pas tourner la page. « On profite tous des autres Jamie. C’est comme ça que le monde marche. Dans n’importe quel domaine tu en auras toujours un qui prend à l’autre » Il haussa les épaules comme si cette explication donnait un sens aux actes du voleur. « Si on devait s’éloigner de tout ceux qui profite… On finirait bien seul, tu crois pas ? » C’était sa théorie en tout cas. Puis il avait lui-même besoin de tourner la page. C’était ennuyeux de constamment relier Boston à son vol et son week-end gâché. Maintenant il connaissait plus ou moins le rouquin, il pouvait simplement oublier et espérer que sa prochaine escapade en ville serait meilleure.

Jamie s’étant approché, le jardinier releva légèrement les yeux avant de se laisser tomber en arrière sur le matelas en soufflant. « Puis j’suis pas doué pour détester les gens de toute façon. J’crois que j’ai usé mon quota avec toi la dernière fois » Même avec sa famille il n’arrivait pas à montrer des émotions aussi négatives. Il leur en voulait sur beaucoup de points, il était incapable de communiquer sereinement avec eux…Mais il ne les détestait pas. « Peut-être que ce serait plus simple pour moi. Si tu t’attaches pas, tu peux pas souffrir hein ? » Il pensait que cela devait être la méthode de vie de Jamie. C’était la seule solution possible à ses yeux. Mais encore une fois, rien ne le prouvait. « Faut pas que je m’endorme là. Si ma sœur me trouve en faisant le ménage elle va me tuer » Il y avait échappé la première fois, la seconde signerait sa mort.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   Sam 8 Déc - 20:18

WHERE IS MY MIND ?

Cole & Jamie  
À nouveau, Jamie brûlait d'envie d'argumenter, de lui dire que ce n'était pas vrai, que ce n'était pas ainsi que la vie fonctionnait, mais il aurait d'abord fallu qu'il puisse s'en convaincre lui-même. C'est que le roux, il n'y croyait pas vraiment à ses propres mots. Il savait bien que Cole avait raison, qu'à s'éloigner de tous, on finissait seul, très seul. Sauf que c'était plus facile ainsi, du moins, c'était ce que Jamie s'était toujours répété. C'était plus simple d'être seul que de devoir vivre avec les autres. Il se convainquait que c'était la bonne façon de faire, alors qu'en vérité, ce n'était pas plus facile, ce n'était pas moins douloureux non plus. Il n'y avait simplement pas de solution miraculeuse. Jamie l'écoutait, son regard scrutant le brun comme s'il essayait de déchiffrer une énigme. Et c'en était une, pour lui. « Puis j’suis pas doué pour détester les gens de toute façon. J’crois que j’ai usé mon quota avec toi la dernière fois » Il refusait d'y croire. Il ne pouvait se résigner à croire que Cole était purement gentil, qu'il n'y avait pas quelque chose de cacher derrière. Il devait certainement planifier une vengeance et ne cherchait qu'à l'amadouer, à lui faire baisser sa garde pour mieux attaquer ensuite. C'était comme ça que ça fonctionnait. Il ne devait surtout pas se laisser berner, il était adulte désormais, il n'était plus ce petit garçon qui voulait désespérément des amis à l'école et qui finissait la tête dans les toilettes. Il avait appris de ses erreurs, il avait compris qu'il y avait des gens qui n'étaient simplement pas fait pour être aimé, ni même apprécié. C'était inutile de croire le contraire, ou d'essayer d'en changer. Et pourtant, il y avait toujours cette part de lui, qui voulait tellement lâcher prise, qui aurait voulu s'avancer vers lui et lui demander, avec la plus grande stupidité, s'il ne voulait pas, par hasard, qu'ils soient amis, et même moins, il se conterait de moins que ça. Sauf qu'il n'allait pas le faire, oh non, il avait bien trop peur du résultat. Bien trop peur de voir cette étincelle de cruauté s'allumer dans ses prunelles et ce sourire moqueur se dessiner sur ses lèvres. Il ne pourrait pas le supporter. Il ne voulait pas l'entendre encore une fois, ce rire, ne voulait pas entendre les mots résonner de nouveau dans sa tête, ceux d'Helen, qu'elle lui avait répéter tellement de fois; oh Jamie, stupid boy, comment t'as pu croire que quelqu'un voudrait de toi?

« Peut-être que ce serait plus simple pour moi. Si tu t’attaches pas, tu peux pas souffrir hein ? » Cette fois, Jamie détourna les yeux, faisant mine de porter son attention sur la fenêtre de la chambre. Il ne savait plus comment s'échapper de cette discussion. Il aurait normalement dû lui cracher une méchanceté au nez et tourner les talons comme un ingrat, mais il ne pouvait pas s'y résoudre. Pas cette fois. Peut-être que c'était bel et bien un piège et que Cole jouait un jeu, mais si c'était le cas, il était vachement doué, parce que Jamie, il arrivait presque à y croire à son numéro du gentil garçon qui pardonne. « C'est pas plus simple, crois-moi, » qu'il laissa finalement glisser entre ses lèvres, sans pour autant regarder le brun qui s'était laissé tomber contre le lit. « Faut pas que je m’endorme là. Si ma sœur me trouve en faisant le ménage elle va me tuer » Cette fois, Jamie daigna bien lui jeter un nouveau coup d’œil. « Tu devrais peut-être te prendre une chambre à toi...si tu squattes ici de toute façon...» Il marqua un temps, hésitant à ses mots. « Merci, je suppose, pour...ne plus être fâché. Je peux pas te rembourser, mais si jamais t'as besoin...» Il haussa vaguement les épaules, tripotant inconsciemment et presque nerveusement le rebord de son chandail. «...d'aide...ou je sais pas quoi, et que je suis encore dans le coin...tu peux demander, je verrai ce que je peux faire. » Ce n'était certes pas grand chose, mais ça lui faisait quand même vachement mal au cul de le proposer. C'était complètement contre ses principes d'en avoir rien à branler de personne.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Where is my mind [JAMIE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Where is my mind [JAMIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Journal : Jamie Langenbrunner signe avec Toronto
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-