The Haunting Of Hill House :: 
Hill House
 :: Second Floor :: The New Wing :: The Rooms
Partagez | 
 

 le tabac, c'est tabou (jamie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 258

ft. : rebecca fox.


MessageSujet: le tabac, c'est tabou (jamie)   Mer 14 Nov - 16:42

Le tabac, c'est tabou

Trente minutes que tu tournes et retournes la chambre sans réellement savoir par quel bout commencer. Mais quel bordélique, celui-là, que tu pestes en passant sa main dans tes cheveux. Y’a des fois où tu détestes son job, et aujourd’hui en un, malheureusement. Entre le morceau de chewing-gum collé sous le bureau de la chambre voisine que t’as mis une plombe à décrocher et maintenant ça… Tu soupires, croisant les bras. Faudrait vraiment que vous organisiez une petite réunion sur Comment prendre soin de sa chambre d’hôtel, histoire que de temps en temps ils te facilitent un peu le travail, parce que là…

Une pause, t’as besoin d’une pause. Certes, la dernière datait pas de très longtemps, mais là, y’a prescription. T’as une bonne excuse, c’est trop le bordel. Après promis, tu te plonges corps et âme dans la bataille et tu ressortiras de la chambre quand elle sera impeccable. Installée sur la cuvette des toilettes que t’as pas encore eu le courage de nettoyer (tu gardes toujours ça pour la fin, la pire et la plus ingrate des tâches, au cas où, par miracle, quelqu’un vienne proposer son aide et que tu puisses lui refiler le bébé). Tu farfouilles dans tes poches jusqu’à ressortir un joint que t’as roulé avant de partir au travail. Si seulement papa savait que tu utilises une de ses boites à cigarettes pour entreposer ça… Enfin bref. Sortant ton briquet d’une autre poche, tu allumes ton joint et tires plusieurs lattes lentement. Tu prends ton temps, parce qu’il ne faut pas gâcher la marchandise. Celle-là c’est de la bonne, fraichement achetée des mains de ton dealer de Boston. Vu le bras que ça t’a coûté, t’es d’ailleurs pas prête d’y retourner, raison de plus pour y aller mollo.

Le problème, c’est que t’entends la porte claquer dans la pièce à côté. Un fantôme ? Ça serait trop facile. Non, c’est forcément lui qui revient. Pinçant les lèvres, tu alternes ton regard entre la cuvette des toilettes et ton joint. Non, non. Pas de gâchis. Alors tu le gardes résolument entre tes doigts tatoués et sertis d’un vernis noir. « Service de chambre, si vous pouviez repasser. » Tu tentes, après tout… P’têtre que de voir sa chambre dans un état encore pire qu’il l’a laissé en allant se promener ce matin le découragera et lui fera prendre la poudre d’escampette. « J’en ai pour trente minutes, promis je fais vite. Enfin, une fois que t’auras fini ton joint, et tranquillement, on a dit. Faites pas attention au bazar, quand vous reviendrez tout sera remis à sa place. » Même son caleçon que t’as balancé de la chaise par terre parce que ça te dégoutait que des fringues trainent ça et là. Après quelques secondes de silence, tu remarques que l’homme est toujours là, et que pire, il s’avance vers la salle de bain. Tu réfléchis à toute vitesse à une excuse, mais trop tard, le voilà qui apparait dans l’embrasure de la porte. « Salut, ça va ? Grand sourire hypocrite tandis que t’as toujours ton joint entre tes doigts. Tu remarques son regard qui, d’ailleurs, alterne entre lui et toi. Suivant son regard, tu finis par tendre ledit trésor. T’en veux, peut-être ? » Allez quoi, ça te détendra p’têtre parce que le regard qu’il te lance est des plus glaçants.






Dernière édition par Khloé Dudley le Jeu 15 Nov - 5:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   Mer 14 Nov - 20:47

Le tabac, c'est tabou
Khloé & Jamie  
Il n'y avait absolument rien d'intéressant à faire dans cet hôtel, même pas de gym, ni même de billard. Rien du tout. Et c'était tant mieux. Tant mieux pour ses projets de séjour. Il comptait rester là autant de nuit que son argent allait lui permettre de le faire -donc probablement pas très longtemps- et il avait l'intention de ne strictement rien faire en dehors de dormir et profiter des repas. Le minimum, rien de plus, juste ce qui était nécessaire pour rester en vie. C'était ça son ambition, être vivant, une journée de plus, une journée à la fois. Après tout chaque jour supplémentaire qu'il ajoutait à son existence l'éloignait un peu plus de ce qu'il voulait oublier, de ces ombres derrière lui, de ses souvenirs qu'il espérait voir fondre aussi. Ce manoir était chiant à mourir, mais il avait quelque chose de particulier, quelque chose de sinistre, de froid. Une indifférence qui lui plaisait. Ce n'était pas chaleureux, ni vivant, pas que plus que ce n'était un endroit accueillant ou joyeux. C'était un peu à son image et pour une fois, ça lui donnait presque l'impression de se fondre dans la masse, de pouvoir disparaître. Disparaître, c'était d'ailleurs ce qu'il planifiait de faire du reste de sa journée alors qu'il rejoignit sa chambre après être aller manger et prendre quelques minutes d'air frais à l'extérieur.

Un projet bien simple qui perdit rapidement de son charme quand il ouvrit la porte de sa chambre et qu'il se figea sur un bordel sans nom. Il aurait pu en être le coupable, un foutoir pareil n'était pas à la moitié de ses capacités, mais pourtant cette fois, ce n'était pas lui le responsable, pas entièrement du moins. Ou pas qu'il s'en souvienne. Une voix résonna alors du côté de la salle de bain, clamant être le service de chambre, lui demandant de repasser. Demande à laquelle Jem n'esquissa aucune réaction, hormis celle de tourner son regard en direction de la porte de la salle bain. Regard emmerdé alors qu'il jonglait entre l'option de repartir et celle de la foutre à la porte. Il finit néanmoins par pivoter, pas pour partir, bien qu'il aurait souhaité se voir le faire, mais pour s'avancer vers la petite pièce. Ce n'était pourtant pas qu'il avait envie de la voir, c'était plutôt l'odeur. Une de celle qu'il connaissait bien, une odeur immanquable et surtout qui se camouflait très mal. Il poussa légèrement la porte, apercevant bien vite cette femme en uniforme, installée sur sa toilette, joint à la main. Effrontée. Un défaut qu'il connaissait si bien aussi. Il ne répondit ni à sa salutation, ni à sa première question, la scrutant d'abord avant de baisser son regard vers le responsable du parfum qui flottait dans l'air. « Merci pour l'odeur. » Qu'il répondit platement, mais en tendant la main pour pincer le joint entre ses doigts et le ramener à ses lèvres, relevant son regard vers le visage de la jeune femme. « Alors? Mes chiottes étaient trop crades que t'as pas eu le choix de te défoncer pour y survivre? » S’appuyant contre le cadrage de la porte, il souffla la fumée tout en lui tendant de nouveau le joint. « Ou tu nettoies juste les toilettes aussi bien que les chambres...» Faisant référence à son ménage non existant qu'elle avait complètement défait de l'autre côté.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 258

ft. : rebecca fox.


MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   Ven 16 Nov - 17:35

Le tabac, c'est tabou

C’est risqué, ce que tu fais. Parce qu’il pourrait mal réagir, en te voyant perchée sur ses toilettes en train de fumer un joint plutôt qu’à faire ton travail. Il pourrait hurler, te foutre à la porte, et aller se plaindre au directeur.  Et tu pourrais être virée, pour sûr. Mais tu t’en fous. Et c’est ça le plus effarant, dans l’histoire. Qu’il aille se plaindre, qu’il te foute à la porte, qu’il fasse ce qu’il souhaite, ça te passe au-dessus de la tête. T’as besoin d’argent, c’est vrai. Et c’est clair que c’est un avantage d’habiter à côté de ton lieu de travail. Mais au pire, si t’es virée, et bah t’en pis. Faire la bonniche n’a jamais vraiment été dans tes intentions, et après ça t’es prête à accepter n’importe quel autre job ailleurs. Y’a Pembroke à côté, et même si tu détestes cette ville et bah faudra te faire une raison et chercher du travail là-bas. Donc t’as pas grand-chose à perdre, au final. D’où le fait, probablement, que tu te permettes d’être aussi dévergondée et aussi provocante avec lui.

Mais faut croire que ça lui plait. Contre toute attente, ce regard froid se réchauffe un tantinet tandis qu’il se penche pour prendre une latte de ton joint. Ton sourire arrogant ne fait que s’accroitre face à sa réflexion. « Un brin d’aération ne fera pas de mal de toute façon, ça sent le chacal. » Il ne l’a pas senti surement parce qu’il est habitué à son odeur, mais à toi, ça ne t’a pas échappé. Tu ponctues la fin de ta phrase par un clin d’œil rieur. Tu ne relèves pas les pics qu’il t’envoie (après tout c'est de bonne guerre), te contentant de récupérer ton joint pour tirer une nouvelle bouffée. « Pour être franche je n’ai même pas regardé, c’est le truc que j’fais en dernier. Haussement d’épaules ponctué d’une petite grimace. T’aurais préféré que j’me roule dans tes draps, peut-être ? » Jouer sur le charme, lui faire tes yeux de biche, en général ça marche, non ? « Faut croire que j’suis pas faite pour ce job, mais que veux-tu, le plus important c’est la liasse de billets à la fin du mois. » T’es une piètre femme de chambre doublée d’une branleuse, et ça tu l’as jamais caché. Mais les clients, étrangement, ne se sont pas encore plaints, donc… « Tu fais quoi toi pour te permettre une petite virée à Hill House ? » Les chambres ne sont pas très chers –merci la mauvaise PUB de l’ancienne génération Hill- mais quand même. « Laisse-moi deviner, t’es dans la police ? Le genre "fais c’que j’dis mais pas c’que j’fais" ? » Il a bien accepté son joint, après tout. Joint d’ailleurs que tu lui tends. Chacun son tour.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   Dim 18 Nov - 21:22

Le tabac, c'est tabou
Khloé & Jamie  
« Un brin d’aération ne fera pas de mal de toute façon, ça sent le chacal. » La remarque eu le mérite de lui faire légèrement arquer le sourcil. Ce n'était pas qu'il allait s'en vexer, il ne sentait pas les roses en arrivant à l’hôtel et il était le premier à l'admettre. Sa dernière semaine avait été houleuse et plutôt brutale, se laver avait donc été le dernier de ses soucis. Même à sa première journée arrivé à l’hôtel, il n'avait rien fait pour y remédier, préférant s’effondrer en rêvant d'un coma miraculeux. Un coma qui n'était pas venu, et ainsi, il avait été forcé de prendre une douche. C'était sans doute mieux ainsi, pour tout le monde. Pour ce qui était de ses chiottes, franchement, il ne pensait pas avoir été horriblement malpropre, mais ce n'était probablement pas nécessaire de lancer une discussion sur le sujet. Ça n'avait rien d'appétissant, contrairement à ce joint. « T’aurais préféré que j’me roule dans tes draps, peut-être ? » Son regard afficha un air d'indécision. « Ça aurait pu être intéressant...» Il ne lui était jamais arrivé d'ouvrir une porte de chambre pour trouver la femme de ménage en train de se rouler dans le lit. Pour tout dire, il ne savait pas trop comment il aurait interprété la chose, mais il n'était pas du genre à se formaliser facilement, alors pourquoi pas. Puis, comme elle le disait, tant que ça lui permettait d'empocher l'argent, c'était tout ce qui comptait. À ce niveau, il ne pouvait être que d'accord, il avait bien, lui-même, fait des choses complètement aberrantes  pour quelques billets.

« Tu fais quoi toi pour te permettre une petite virée à Hill House ? » Ça, c'était la question qui tue, ou du moins, une des questions qui tuent. Le genre de questions auxquels il n'aimait pas répondre. Qu'est-ce qu'il faisait? Il n'en avait franchement aucune idée. N'importe quoi, voilà ce qu'il faisait. Foutrement n'importe quoi. « Laisse-moi deviner, t’es dans la police ? Le genre "fais c’que j’dis mais pas c’que j’fais" ? » Il aurait bien aimé que ce soit le cas, mais il en était bien loin et n'avait pas cette ambition. Récupérant le joint pour en reprendre une bouffée, il secoua légèrement la tête. « Je suis tout sauf un flic. Et...honnêtement, faut pas faire ce que j'fais, mais faut pas faire ce que j'dis non plus. » Il était le contraire de tout ce qu'il fallait faire, le contraire de la raison et de la logique, juste un gars à la dérive au milieu de sa propre existence qu'il ne saurait même pas comprendre et encore moins expliquer. « En vrai, j'ai claqué tout le fric que j'avais dans cette chambre et je vais surement devoir faire le trottoir pour me payer un ticket de bus. » Et il ne le disait pas dans le but d'attirer la sympathie, encore moins pour se plaindre, c'était un sarcasme, quand bien même c'était un peu la réalité. Il n'attendait rien de personne. « La bonne nouvelle, c'est que l'hôtel est au milieu de nul part et que y'a pas de trottoir. » C'était, en effet, bien loin de ressembler à Boston, à la grande ville, loin du béton et des odeurs de kérosènes et d’égout. Il ne pouvait pas vraiment dire que la ville lui manquait, mais il devait admettre que ça lui imposait un certain dépaysement. Il tendit la main vers elle pour lui remettre le joint. « Je suppose que t'es du coin? » Si ce n'était pas le cas, c'était bien fou de se déplacer que pour venir bosser dans ce coin paumé, tout ça pour un job qu'elle ne semblait même pas apprécier.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 258

ft. : rebecca fox.


MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   Mar 20 Nov - 6:00

Le tabac, c'est tabou

Regard en coin qui devient provoquant et petit sourire qui devient rictus quand il te répond que te voir roulée dans ses draps est intéressant. Vraiment ? Tu ne le prends pas vraiment au sérieux, te disant que c’est surement son côté charmeur qui s’active. Mais pourtant, tu peux pas t’empêcher de rentrer dans son jeu et de rétorquer un « Je prends note pour une potentielle prochaine fois alors , que tu susurres sur un ton qui ne laisse pas vraiment place à l’imagination. » À y réfléchir, ça ferait d’ailleurs un merveilleux scénario pour un film érotique. Un manoir qui se veut hanter, un touriste en proie à de sombres tourments qui, dans un élan de panique, se retrouve à courir vers sa chambre pour s’y réfugier et au final tomber sur la femme de ménage en tenue des plus légères et provocantes qui l’attend en se languissant dans les draps. Cette image t’arrache un petit sourire amusé que tu chasses cependant d’un battement de cils. Les hommes et leurs fantasmes, hein…

Tu sens que ta question met un peu mal  à l’aise le garçon, sans que tu n’arrives à comprendre vraiment pourquoi. D’une manière ou d’une autre, il ne semble pas très fier de ce qu’il fait dans la vie, et ça a tendance à titiller ta curiosité. Alors y’a ton regard qui s’illumine, curieux, tandis que tu attends une réponse, qui au final, te déçoit. Mais fallait un peu t’y attendre, et tu dois le reconnaitre, il est malin, celui-là. Il jongle habilement avec les mots et finit par te donner une réponse, qui, au final, n’en est pas vraiment une. Il grimpe dans ton estime rien que pour ça. Ça et aussi le fait que, d’une certaine manière, tu te reconnais un peu (beaucoup) en lui. « Un nouveau départ pour une nouvelle vie. J’ai connu ça, une fois. Sauf que c’était pour me tirer de cet endroit. » T’es quelque peu pensive, à la fin de ta tirade. Choisir Hill House comme point d’ancrage pour une nouvelle vie n’est pas forcément le premier choix que tu aurais, bien au contraire. Toute ton enfance a tourné autour de cette maudite baraque et jusqu’à présent t’as tout fait pour t’en échapper, en vain. « Je suis une Dudley, ma famille est au service de cette maison depuis genre… toujours. Je suis née et j’ai passé mon enfance dans le cottage à côté du terrain de Hill House, et toute ma vie on m’a appris à me méfier de cette maison, et de la fuir à la première occasion. J’ai tenté de le faire, et ça a marché pendant un temps, mais faut croire que l’appel de cette baraque a été tenace car me revoilà ici. » Ça ou le fait que tu sois une mannequin complètement ratée qui au lieu de faire des études a préféré se bercer dans des illusions grotesques en pensant naïvement que tu pourrais percer là où beaucoup d’autres ont échoués. Avec une certaine lassitude te voilà qui serres le joint entre tes lèvres et qui tires une longue bouffée. Y'a un goût amer qui te reste en bouche, mais pas sûre que ça vienne du joint. « Dommage qu’on n’a pas d’alcool sous la main, on pourrait trinquer en l’honneur de nos vies de merde. » Humour sarcastique quand tu nous tiens.






Dernière édition par Khloé Dudley le Dim 25 Nov - 5:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   Mer 21 Nov - 13:55

Le tabac, c'est tabou
Khloé & Jamie  
« Je prends note pour une potentielle prochaine fois alors» Quelques secondes qu'il prend pour la jauger de nouveau du regard. Il n'existait probablement pas beaucoup d'hommes qui seraient mécontents de la trouver dans leur lit, mais pour Jamie, ce n'était pas aussi simple. Il n'était pas du genre à nourrir des fantasmes, sauf peut-être celui de la disparition de l'espèce humaine et du silence qui l'accompagnerait. Et ce n'était en aucun cas parce qu'il n'aimait pas ce genre d'activité, il restait un gars, blasé ou non, tout le monde aimait ça. Il n'était juste pas dans l'état d'esprit pour succomber à l'envie de froisser les draps -plus qu'ils ne l'étaient déjà du moins-. Il n'était pas ici pour ça. Il était ici pour se cacher, comme une bête qui se retire le temps de soigner ses blessures. Ce n'était qu'un bref arrêt sur sa fuite dont il ignorait la destination et la durée. Ceci dit, il mentirait d'affirmer que quelque part en lui, il n'en avait pas envie. Un fait qu'il n'allait certainement pas laisser entrevoir, gardant ce masque d'indifférence calculée qui était presque toujours sur les traits de son visage.

Tout comme il avait l'habitude d'habilement contourner les questions à son sujet. Ce qu'il fit dès l'instant où la jeune femme se montra curieuse de ses occupations. Il n'aimait pas parler de lui-même, il préférait de loin écouter les autres le faire et encore, ça parvenait souvent à l'emmerder aussi. « Un nouveau départ pour une nouvelle vie. J’ai connu ça, une fois. Sauf que c’était pour me tirer de cet endroit. » Jamie pinça les lèvres d'un air indéfini, il n'était pas certain que c'était bien le cas. Un nouveau départ pour une nouvelle vie? Ça lui semblait si loin de ce qu'il avait en tête. Il n'avait pas l'intention de partir pour quelque chose de nouveau, juste de partir pour ne pas revivre encore une fois ce qu'il avait déjà vécu trop de fois. Sauf qu'encore une fois, il préféra s'attarder à la partie où elle parlait d'elle, sur le fait qu'elle l'avait vécu en voulant quitter cet endroit. « Ça a pas très bien marché on dirait...» Attentif, il écouta ensuite le petit brin d'histoire qu'elle accepta de partager. Il ne pouvait s'empêcher d'être toujours un peu fasciné par les gens qui avaient cette faculté de parler d'eux avec une certaine facilité et aisance, alors que pour lui, le simple fait d'exprimer une banalité à son sujet était presque aussi pénible que de se faire lacérer la peau à coup de bâton. Inconsciemment, il regarda distraitement la pièce qui l'entourait quand elle parla de la maison, semblant dire qu'elle était responsable de son retour. Ce n'était pas un peu étrange? De croire qu'une baraque pouvait avoir un impact sur quelqu'un? Ceci dit, ça faisait déjà plusieurs commentaires étranges qu'il entendait à propos de cet endroit et il commençait sérieusement à se demander s'il n'y avait pas vraiment une couille avec le manoir. « Alors, tu penses que y'a un truc qui cloche avec l'hôtel? J'aurais peut-être dû me renseigner sur plus que le prix des chambres...» Machinalement, Jamie tendit la main vers elle, demande peu subtile pour ravoir le joint. « Je bois jamais à ma vie de merde, je survivrais pas à la quantité d'alcool que ça prendrait. » Cette fois, un sourire daigna bien se glisser sur ses lèvres. Des cuites, il en avait pris souvent et il aimait bien ces moments de répit, même s'ils étaient artificiels. « Mais je peux boire aux merdes des autres, alors...peut-être la prochaine fois. » Il ne comptait pas rester très longtemps, faute d'argent comme il l'avait mentionné, mais on ne savait jamais quand les occasions allaient se présenter.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 258

ft. : rebecca fox.


MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   Dim 25 Nov - 5:56

Le tabac, c'est tabou

Non, c’est sûr que ça n’a pas très bien marché. La preuve, tu es même en train de faire la bonniche à l’intérieur de ce manoir que tu t’étais jurée de quitter à ta majorité. Un comble. Ou un pied de nez du destin, à voir. Quand t’y réfléchis, tu te dis que y’a quand même un truc étrange, avec cette maison. Parce que quoi que vous ayez fait, tes frères et sœurs et toi, vous vous tous retrouvé ici, d’une manière ou d’une autre. Cole qui fait le jardinier, Thomasina qui aide votre père dans les petits travaux, toi qui récures les toilettes… Et pourtant vous le vouliez, vous tirez d’ici. Y’a qu’à voir Tom avec son diplôme de flic en mains. Qu’est-ce qu’elle était contente, ce jour-là, de finir son école et de pouvoir partir loin, très loin. Mais voilà, le destin en a voulu autrement, et après une balle perdue la revoilà ici, piégée tout comme vous à Hill House. Non, vraiment, y’a un truc qui cloche avec cette maudite baraque, sans que t’arrives vraiment à expliquer pourquoi.

T’arques un sourcil quand il te demande si y’a un truc qui cloche avec Hill House. Il te demande vraiment ton avis, là ? « Je sais pas trop si mon avis est objectif, parce que depuis qu’on habite au cottage nos parents n’ont fait que nous répéter que cette maison était maudite et qu’il ne fallait surtout pas y rester la nuit. Haussement d’épaules. Va savoir pourquoi. » Tu lui tends le joint qu’à présent il te demande en te tendant la main, légèrement pensive. « Après, je crois pas aux fantômes et à toutes ces conneries, mais je dois bien avouer que y’a quelque chose qui se dégage de cette maison qui est assez- Une seconde d’hésitation pour trouver le mot adéquate, intriguant. » Pour ne pas dire flippant et qui fait froid dans le dos, mais ça, tu préfères le garder pour toi pour ne pas l’apeurer plus que de raison. « Il y a eu beaucoup de drames et de souffrances dans cette maison depuis sa construction. Une branche entière de la famille Hill y est passée et mon oncle, ma tante et ma cousine ont tout bonnement disparu du jour au lendemain. Donc même si les rumeurs vont bon train sur ce qu’il s’est passé, il n’en reste pas moins que cette maison a connu de sordides histoires. D’où le fait que même si tu ne crois pas en tout ça tu n’as, jusqu’à présent, jamais bravé l’interdiction de dormir ici. Pour te faire la version courte. » Bien évidemment, parce qu’entre ça, plus les quelques morts suspectes -même si aux journaux ils disent accidentelles-, la liste des drames de Hill House serait longue comme le bras. « T’as vu des choses depuis que t’es ici ? » Et t’es curieuse de sa réponse.

Un sourire qui s’élargit sur tes lèvres et qui détend l’atmosphère quand il te rétorque qu’il ne boit jamais en l’honneur de sa vie de merde, tellement justement elle est merdique. Tu te reconnais bien dans ses paroles, encore une fois. Sourire visiblement contagieux car tu remarques un petit rictus qui apparait aux coins de ses lèvres. Une première depuis qu’il a déboulé dans la salle de bain. « Peut-être la prochaine fois, oui, que tu conclus. » S’il est encore en vie, s’il n’a pas mystérieusement disparu, ou s’il ne s’est tout bonnement pas purement et simplement tiré d’ici.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   Lun 26 Nov - 12:25

Le tabac, c'est tabou
Khloé & Jamie  
Une maison maudite dans laquelle il ne fallait pas rester la nuit? Il aurait bien aimé le savoir avant de le faire tien. Pour la plupart des gens ce n'était probablement que de la foutaise, mais Jamie lui, il aurait prit l'avertissement très au sérieux, et juste aux dires de Khloé il regrettait déjà amèrement de ne pas s'être renseigné d’avantage. Mais pourquoi l'aurait-il fait? Ce n'était dans les réflexes de personne de vérifier si un hôtel était hanté ou non avant d'y venir, ce n'était pas vraiment ce que l'on vérifiait en premier. Et quelles étaient honnêtement les chances? Que lui, atterrisse dans un lieu hanté? Non, il y avait très peu de chance que ça arrive, et ça ne manquait pas de semer un brin de panique en lui. Et si c'était elle? Si c'était Helen qui l'avait incité à venir dans cet endroit sans qu'il ne le réalise? Évidemment, Khloé spécifia que, dans son cas, elle ne croyait pas à ces conneries de fantômes. Il fallait s'y attendre, mais ça n'allait pas rassurer Jamie. Ça ne faisait que conforter son idée qu'il devait quitter cet endroit très bientôt. Certes, il n'avait encore rien vu qui sortait de l'ordinaire, même Helen n'était pas réapparue, mais il n'allait pas prendre le risque non plus. Et comme si ce n'était pas déjà suffisant, la jeune femme y ajouta une petite parcelle de l'histoire du manoir et des histoires sordides qui entouraient la demeure. Jamie tenta bien entendu de conserver son air indifférent et neutre. Il ne voulait surtout pas laisser voir que ça pouvait le terrifier, ça reviendrait à admettre qu'il y croyait et il ne voulait surtout pas que ça se sache. Dans un tel cas, ça ne ferait qu'attirer des questions auxquelles il n'aurait aucune envie de répondre. « T’as vu des choses depuis que t’es ici ? » Hésitant, Jamie tira une taffe sur le joint avant de le lui rendre, secouant finalement légèrement la tête, se prenant d'un air détaché et de dérision volontaire. « Non, j'ai rien vu...juste entendu les gens en parler...» Et bien qu'il avait peur que ça finisse par revenir contre lui, d'une manière ou d'une autre, il ajouta « Les fantômes c'est de la foutaise, j'y crois pas non plus. » Impertinence qu'il avait l'impression d'adresser directement à elle, à Helen. Et pourtant il savait très bien avec quelle violence elle l'avait toujours puni pour ça.

Il était préférable qu'il n'y pense pas, et fut bien content quand Khloé dérogea du sujet pour parler d'alcool. C'était bien moins risqué et beaucoup moins sombre. Il ignorait s'il aurait l'occasion de boire avec elle puisqu'il avait maintenant très envie de foutre le camp de cet endroit, mais au moins elle n'était pas de si mauvaise compagnie, contrairement à la majorité des gens. Ou alors ce n'était que sa mauvaise foi qui lui donnait l'impression que tout le monde était insupportable. « Si t'as pas envie de nettoyer, tu peux sauter ma chambre, j'ai l'habitude de vivre dans le bordel, ça me représente bien. » Il avait connu bien pire. Pour le coup, Jamie jeta un autre coup d’œil au désordre de la chambre derrière lui. « Tu pourras toujours la refiler à une collègue plus tard. » C'était bien de savoir déléguer.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: le tabac, c'est tabou (jamie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

le tabac, c'est tabou (jamie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vers la règlementation du commerce du tabac
» La cigale, le tabac et la fourmi
» " LE TABOU DES DECHETS "
» Journal : Jamie Langenbrunner signe avec Toronto
» Le tabac...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-