The Haunting Of Hill House :: 
Welcome to Massachusetts, Usa
 :: Whose hand was I holding? :: A house is like a body
Partagez | 
 

 That's the price you pay (Jamie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 12:40

Jamie «Jem» Rides


« Ghosts are guilt, ghosts are secrets, ghosts are regrets and failings. But most times a ghost is a wish. »



I.DENTITÉ : Rides, un nom qui ne signifie rien, souvenir depuis longtemps étiolé de celui qui avait eu droit de prétendre être son père. Jamie, dont il ne connaîtra jamais l’origine, ni l'histoire, prénom dont il se contente, bien que le diminuant souvent en Jem, par habitude de l'entendre.  ÂGE : 22 ans. LIEU DE NAISSANCE : Boston, Massachusetts. ORIENTATION : Déboussolée, comme le reste de son existence. STATUT CIVIL : Il n'y a rien de plus abstrait pour lui que le concept d'une relation, capacité de faire confiance qu'il n'a jamais connue.  MÉTIER/ÉTUDE : Abonné aux crimes divers, moins que rien qu'on utilise pour ce qu'on ne veut pas faire soi-même, débrouillard et assez intelligent pour qu'on veuille de lui, mais pas assez important pour s'éviter les retours de bâton. FAMILLE : Parents négligents auxquels il fut arraché très tôt, confié à des monstres, voleurs d'enfance dont il trouva tragiquement moyen de se libérer. Tout ça pour ensuite ne voir se succéder que des étrangers, hypocrites, prétendant son bien alors qu'ils n'auront jamais rien fait de plus que les autres. MALÉDICTION : Venant à peine d'arriver à Hill House, il y sera malheureusement resté dormir.  LE PIRE : Le pire, ce sont les souvenirs, fantômes qui hantent et qui ne peuvent disparaître, la mémoire de tout ce qu'on souhaiterait effacer, ce reflet qu'on voudrait fuir. Jamie est terrifié par ses souvenirs, terrifié de voir l'ampleur des dégâts, de regarder derrière et de tout revivre, encore une fois.  FEAT : KJ Apa



I. La vie de Jamie a commencé comme celle de beaucoup trop d'enfants. Garçon de sept ans, enlevé à des parents négligents pour ensuite être perdu dans un système débordé et dysfonctionnel, celui des services sociaux. Placé sous la tutelle d'un couple qu'on lui promettait bienveillant, mais qui n'était en réalité que des monstres ayant réussit, avec une facilité choquante, à glisser entre les mailles du filet. Jamie se retrouva ainsi livré à lui-même face à un monde qu'il n'avait alors pas la capacité de comprendre, et contre lequel il n'avait aucun moyen de se défendre.

II. Il est resté avec eux durant sept ans, Frank et Helen Lorner, bourreaux cruels qui trouvaient une morbide satisfaction dans le fait de maltraiter un enfant. Sept ans de terreur et de douleur, sept ans de silence, sept ans pour l'anéantir complètement, pour déformer sa vision de la vie et détruire son avenir. Jusqu'à ce que ça devienne trop, jusqu'à ce qu'il ne puisse simplement plus le supporter.

III. Nourri de cruauté pendant trop longtemps, c'est avec une froideur réfléchie, n'ayant rien de normale chez un enfant de 14 ans, qu'il poussa la porte de la salle de bain. Frank absent pour la soirée, Helen, endormie dans son bain après avoir vidé deux bouteilles de vin, assommée par l'alcool et les médicaments. L'opportunité parfaite dont il rêvait. Il s'est avancé vers elle, le regard fermé, son corps refusant de trembler alors qu'il appuya sur sa tête pour la glisser sous l'eau, pour la maintenir ainsi jusqu'à ce qu'elle se noie, jusqu'à ce que ses yeux s'ouvrent à la dernière seconde, quand le souffle s'arracha de ses poumons et qu'il fut trop tard pour elle. On ne l'accusa jamais pour ce geste qui fut classé comme un accident, c'était le risque de s'endormir dans un bain après avoir abusé de l'alcool. L'état dans lequel se trouvait Jamie suffit à faire arrêter Frank pour maltraitance et tout le monde oublia très vite cette histoire. Tout le monde, sauf lui.

IV. Il passa le reste de son adolescence à être baladé d'un centre d’accueil à un autre, centres jeunesse dépourvu d'âme où ils gardent les enfants à problème, ceux dont personne ne veut. Des années à être suivi de près par un thérapeute qui s'acharna à essayer de faire tomber les incalculables barrières qu'il avait dressé dans son esprit, sans succès. Tout ça, pour qu'à ses dix-huit ans, il soit de nouveau livré à lui-même, évacué du système par l'obligation de la majorité. Et ils s'en lavèrent les mains de savoir qu'il n'allait probablement pas s'en sortir, de savoir qu'ils avaient échoué à le protéger.

V. Malgré tout, Jem ne se considère pas comme une victime, préférant se faire croire que s'il continu de subir, il le fait désormais volontairement. Il n'a jamais tenté de poursuivre ses études ou de trouver un emploi respectable, et ce malgré des résultats scolaires assez impressionnants au lycée. Il fait de l'argent de la même manière qu'il a appris à vivre; douloureusement, se livrant en pâture aux pires rapaces de Boston. Tantôt larbin, distraction, voleur, mule, punching-bag, là pour accomplir les tâches ingrates, prendre les risques inutiles et s'en sortir avec un talent indéniable. Tout ça sans la moindre considération pour les blessures qu'il s'inflige au passage. Il reste tapi derrière ce personnage méprisable, froid et dépourvu d'émotions qu'il se plaît à être, parce que tout ça, ça reste plus facile que d'affronter les fantômes qui le hantent.

VI. C'est sa dernière nuit à Boston qui l'aura finalement convaincu de partir, d'aller voir ailleurs. Nuit de merde, du début à la fin, fête houleuse qui avait finie par dérailler, comme son esprit qu'il avait embrouillé volontairement pour atténuer les souvenirs, pour faciliter les choses. Il aurait pu y rester, il le sait, il a été forcé d'en prendre conscience à son réveil dans cette chambre d’hôtel. Corps douloureux, son visage tuméfié, marqué par les coups dont il n'avait plus vraiment souvenir, autre que celui de la douleur. Il est parti, cette fois pour de vrai, sac à l'épaule et ticket de bus hasardeusement acheté. Un ticket pour Pembroke, ou comment troquer un mal pour un autre.

VII. Jamie est difficile à atteindre, difficile à déchiffrer, ses émotions semblent souvent complètement anesthésiées, inexistantes. Son esprit donne l'impression d'être un labyrinthe sans fin, qui dresse un nouveau mur chaque fois qu'on croit avoir réussit à en abattre un. Il maîtrise les faux semblants, fait croire que ça l'amuse, qu'il en a rien à foutre, de eux, de lui, de tout. Il a l'air solide, inébranlable et pourtant il n'y a rien en lui qui ne soit intact, rien qui n'ait pas déjà été réduit en miette, vulnérable malgré sa froideur et ses sarcasmes cinglants destinés à éloigner tout le monde, à s'assurer que personne n'osera l'aimer.



« Mom say that a house is like a body, and that every house has eyes. And bones. And skin. And a face. »


What about ghost?
Elle ne lui a jamais laissé le choix, d'y croire. Helen Lorner, toujours là, toujours quelque part. Elle hante son esprit depuis cette nuit, en colère de sa mort, en colère contre lui, contre ce monstre qu'elle a elle-même créée, artisane cruelle de sa propre mort. Jamie n'aura jamais parlé de sa présence à personne, pas même à ce thérapeute qui a tout tenté pour le percer à jour. Fantôme lui rappelant chacune de ses souffrances, chacune de ses peurs, il s'efforce de l'occulter, de l'ignorer, et parfois il y parvient, parfois elle disparaît, Helen, elle meurt de nouveau. Puis, elle revient, et c'est encore pire.


Your quiet room?
Un petit pavillon de jardin fait de bois et de grandes fenêtres avec, à l'intérieur, une large banquette où il est possible de s'allonger et un simple petit foyer au centre. Lieu paisible, presque secret, le seul refuge qu'il avait durant la pire période de sa vie, endroit où il allait se cacher, parce que personne d'autre n'y allait, dans ce vieux pavillon au fond du jardin. Seul endroit où il se sentait assez en sécurité pour s'endormir hasardeusement, surtout les jours de pluie, quand il pouvait entendre l'eau cogner contre le bois et le verre. Et même s'il détestait profondément l'endroit où se trouvait ce pavillon, s'il devait s'imaginer dans un lieu où il serait bien, ça y ressemblerait probablement.



Pseudo : cold war - Pays : canada - Inventé/Pré-lien : inventé - Où avez-vous connu le forum? : bazzart - Commentaires : j'ai tellement peur des fantômes en vrai   je sais pas ce que je fais ici.


Dernière édition par Jamie Rides le Mar 13 Nov - 19:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 23

ft. : Ian McKellen


MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 12:55

Bienvenue Mr. Rides!
Vos occupations me semblent bien peu honnêtes, sachez que je ferai justice à Hill House si vous dérogez des règles.

( ce jeune homme est bien intriguant, on a hâte d'en découvrir plus!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 149

ft. : Red Door


MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 15:10

Bienvenue à Hill House Jamie bon choix de vava, je sens qu'il sera à surveiller ce petit n'hésite pas si besoin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 643

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 18:20

top la mon pote ! Bienvenue le roux au plaisir de se chamailler avec toi très bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 18:59

@Winnifred Sanders Je déroge jamais aux règles, ce sont les règles qui me dérogent.
Merci grand majordome!

@Red Door Merci pour l’accueil

@Meadow Hill Pote? d'où t'as vu qu'on était potes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 643

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 19:04

je te retire ce privilège alors. tu iras traîner avec le concierge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 628

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 19:48

J'ai rien contre les concierges moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 200

ft. : Hangman rope


MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   Mar 13 Nov - 20:06

Welcome to Hill House



T u es désormais validé! Tu peux donc aller découvrir le forum, si ce n'est pas déjà fait. Pour aider voici quelques liens rapides à visiter; si tu es résidant de l’hôtel, tu peux dès maintenant aller demander une chambre. Tu pourras ensuite aller poster une fiche de liens pour trouver des connaissances à ton personnage. Si tu as déjà des idées en tête, tu peux également créer des pré-liens. Pour te lancer dans le rp, n'hésite pas à utiliser les utilitaires RP.

En cas de question, n'hésites pas à communiquer avec l'administration. Bonne chance et prenez garde à votre état d'esprit!





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: That's the price you pay (Jamie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

That's the price you pay (Jamie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Josh Price [TERMINE]
» Justin Gabriel Vs Mark Selling Vs Rob Van Dam Vs Alex Price Vs Curt Hawkins Vs Drew McIntyre
» Journal : Jamie Langenbrunner signe avec Toronto
» jamie ҩ pousse toi d`mon soleil tu fais eclipse avec ton gros cuuul !
» (M) Jamie Dornan ♣ William Livingstone Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-