The Haunting Of Hill House :: 
Hill House
 :: Ground Floor :: The Old Wing :: The Solarium
Partagez | 
 

 The Devil Within - ft. Mercy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Noé Clark


Messages : 54

ft. : David Mazouz


MessageSujet: The Devil Within - ft. Mercy   Lun 14 Jan - 13:36


Tu aurais été bien incapable de donner l’heure si on te l’avait demandé. Tout comme tu n’aurais pas su dire depuis combien de temps tu te trouvais là, blottit au fond d’un rocking-chair. Étrangement le Solarium n’était pas très prisé aujourd’hui. Enfin tu n’allais as t’en plaindre. Tu appréciais bien la solitude, elle ne t’avait jamais gêné, bien au contraire. La pluie était tombée sans discontinuer depuis le matin, formant une douce mélodie tandis que des centaines de gouttes venaient se briser contre les parois de verre. C’était l’alternative idéale aux étoiles. La pluie venant s’échouer contre les vitres avant de glisser le long de ces dernières en un glissement hypnotique… Tu aurais pu les observer durant des heures, vidant lentement ton esprit de ses pensées parasites. D’ailleurs c’était exactement ce que tu faisais. Perdant ton regard entre les gouttes, la peur, les idées sombres, les inquiétudes… Tu t’efforçais de vider ton esprit. D’ailleurs, plus les années passaient, plus tu te perfectionnais à cet exercice, bien pratique pour tenir les pensées sombres à l’écart. Pas toujours efficace certes, mais la plupart du temps il faisait son office et c’était bien là le principal. Tes journées étaient assez spéciales pour celles d’un ado de treize ans, mais tu n’y pensais pas. Tu avais prit conscience du décalage très tôt dans ta vie, en partie à cause de ta mère qui te le reprochait sans cesse. Et pourtant, ce décalage ne te dérangeait pas tant qu’on ne venait pas te le formuler comme un défaut. Tu n’avais jamais rien connu d’autre.

Tu aurais bien aimé avoir Citrouille sur tes genoux. Le lapin était comme une peluche vivante, débordante d’affection. Tu l’adorais et tu te plaisais à croire que la réciproque était vraie, qu’il était heureux avec toi. Tu ne pouvais pas en être certain bien sûr et certains jours, la maladie te murmurais à l’oreille qu’il aurait été bien mieux dans n’importe quelle autre famille. Mais c’était ton lapin. Et tu l’aimais, inconditionnellement. Après tout, il était un de tes seuls amis. Ami qui vivait depuis plusieurs jours enfermé dans la voiture la plupart du temps. Cette pensée déclencha rapidement une culpabilité démesurée dans ton cœur. Était-ce ainsi qu’on traitait nos amis ? Ceux qui nous étaient chers ? Non, bien sûr que non. Tes dents se serrent sur ta langue. Pourquoi fallait-il que le règlement de l’hôtel interdise les animaux ? Voilà qui ne t’arrangeais pas du tout. Ainsi, les jours de soleil ou de grisaille, tu allais chercher Citrouille pour jouer avec lui dans les extérieurs de l’hôtel. Mais les jours de pluie ? Tu étais cantonné à l’intérieur. Et la petite boule de poils aussi. Tu ne pouvais t’empêcher de l’imaginer dans sa cage, recroquevillé dans un coin, attendant ta visite qui ne viendrait pas aujourd’hui. Tout seul. Triste. Nerveusement, tu essuyais tes yeux qui menaçaient à tout instant de lâcher une série de larmes impossibles à réprimer. Tu te refusais les pleurs. On (entendre par là ta mère) te l’avait ancré dans la tête encore et encore : un garçon ça ne pleure pas. Et pourtant elles étaient nombreuses toutes les fois où tu avais envie de pleurer ne serait-ce que par jour. Tu entendis la porte du Solarium s’ouvrir et te crispais instinctivement. Le temps de la solitude était fini, la nécessité de ne pas pleurer devenait de plus en plus impossible à passer outre, tu n’allais pas fondre en larmes devant un inconnu non plus ? Après il allait te juger… Chose qui t’effrayais plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mercy Islington


Messages : 59

ft. : Anya Taylor-Joy


MessageSujet: Re: The Devil Within - ft. Mercy   Jeu 24 Jan - 10:08

The Devil Within

Je n’aime pas spécialement la pluie. C’est nécessaire, utile même, et ça permet de rafraîchir un peu l’atmosphère en général. Cependant, quand on sort sous la pluie on a un risque de chopper la mort à force de se retrouver trempé. On doit avoir une capuche (dont j’ai toujours trouvé l’utilité fort peu intéressante) ou un parapluie et c’est une véritable bataille pour passer dans certains endroits avec. D’autant plus que ça peut vite devenir encombrant quand on doit se le traîner partout. Non, je n’aime pas trop les jours de pluies. Bon il faut quand même admettre que de l’intérieur de la maison, ça peut faire de jolie photos. Mais je n’ai pas envie de faire des photos aujourd’hui. Non la pluie m’a toujours rendue quelque peu morose, rien de bien méchant, j’ai pas envie de finir en mode Bridget Jones avec du chocolat et de la glace dans mon lit, roulée comme un maki dans mon lit. Juste...Beaucoup plus de tendance à la procrastination que d’habitude.

C’est pour cela que finalement, je sors la tête de mon livre et mes fesses de ma chambre pour, au moins, marcher un peu dans le manoir. L’idée n’est pas que je devienne une grosse patate qui ne bouge plus. De toute façon, je reste encore quelques temps, et puis je repars. Je ne vais pas passer ma vie dans cet hôtel non plus. Pourtant, à force de parcourir ces couloirs, telle une âme perdue, j’ai parfois l’impression d’entendre une petite voix me dire que je suis en sécurité ici, qu’il ne me trouvera pas, certainement pas. J’ai envie d’y croire et parfois j’arrive presque à m’en convaincre puis je me dis, si j’ai réussi à trouver cet hôtel, alors lui aussi. Surtout qu’il doit savoir quelle voiture j’ai prise pour fuir et donc s’il la voit dans le parking, il n’hésitera pas une seule seconde à venir me chercher par la peau des fesses en me faisant comprendre que je lui appartiens. Un frisson parcourt mon échine à cette pensée et soudain, ce couloir me semble trop sombre, avec trop d’ombres où l’on peut se cacher et je file à travers ce couloirs, mes pas me portant vers un endroit plus lumineux, plus sécurisant en cet instant: le solarium.

Je pousse les portes ouvertes et c’est comme si l’étau qui se faisait sentir autour de ma poitrine disparaissait, me laissant à nouveau respirer. J’avance un peu dans la pièce et c’est en contournant le rocking chair que je vois qu’il y a quelqu’un.

“Oh...désolé je ne vous avais pas…” et c’est là que ça me frappe. C’est un enfant. Juste un enfant. Je regarde un peu autour de moi et ne vois personne d’autre que nous, et je n’ai croisé personne en arrivant, j’en suis certaine. Je m’approche alors, m’asseyant en face de lui et lui sourit, doucement “Tu es seul ici? Où sont tes parents?”

Je me doute qu’ils ne doivent pas être loin, peut-être simplement en train de piquer un somme dans leur chambre. Mais je préférais m’en assurer.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Noé Clark


Messages : 54

ft. : David Mazouz


MessageSujet: Re: The Devil Within - ft. Mercy   Sam 2 Fév - 16:09


Chose étonnante, la personne qui vient d’entrer vient s’asseoir face à toi en souriant. Qu’est-ce qu’elle veut ? Tu l’observes quelques instants, analysant tout ce qui ressort d’elle. De longs cheveux bruns qui te sont totalement inconnus. De grands yeux marrons légèrement écartés. Un visage semblant garder les rondeurs de l’enfance. Et un sourire qui te crispe. Que veut-elle donc ? Pourquoi elle te sourit comme ça alors qu’elle ne te connaît pas et inversement ? Tu n’aimes pas les gens de manière générale, tu préfères les animaux. Les gens tu ne les comprends pas. Tu ne comprends pas leurs codes, leurs réactions, leurs motivations. Pourquoi ainsi et pas autrement ? A ta maladie il faut ajouter un certain malaise vis-à-vis du reste du monde. Si ce malaise n’existait pas, tu n’aurais pas de mal à jouer la comédie après tout. Tu comprendrais, tu n’aurais pas besoin de te prendre la tête pour savoir le pourquoi du comment et pourquoi ça fonctionne comme ça et qu’est-ce qu’est exactement que ça. Tu te perds dans tes réflexions, mais le panneau attention continue à clignoter de toutes les couleurs sous ton crâne, accentuant ton mal de tête. Alors, n’ouvrant pas la bouche, tu te contentes de hocher doucement la tête, refusant de répondre à la deuxième question.

Où est ton père à cette heure ? Tu ne saurais pas dire. Lui sait toujours ou tu es, même si toi tu ignores qu’il fait toujours en sorte de savoir où tu te trouves. Mais toi ? Non, tu n’en sais rien. Pas parce que ça ne t’intéresse pas, non. Simplement parce que tu n’y penses pas. Quant à ta mère… Un frisson te parcourt le dos tandis que tu sembles entendre encore ses ordres percuter avec violence les parois de ton crâne, t’engourdissant le cerveau en une sensation désagréable. Tu as toujours associé la vision de ta mère aux cris et à la peur que ces derniers éveillaient chez toi. Sans doute pour ça que tu étais rassuré lorsque tu te retrouvais enfin blotti sous ta couette dans le silence de la nuit. Ici ta mère ne pouvait plus gronder et crier pour t’effrayer. Ici, tu étais sensé dormir et même si tu ne le faisais pas et bien personne n’avait besoin de le savoir. Tu n’avais pas peur que ta porte s’ouvre violemment sur des reproches une nouvelle fois.

Et ici à l’hôtel… Et bien la réflexion était un peu la même. Loin de ta mère, tu te sentais à l’aise. En sécurité. Tu n’avais pas à trembler de peur, à craindre le prochain reproche, le défaut qu’elle pourrait te trouver. Tu te sentais bien et si tu avais eu la possibilité de garder Citrouille, tout aurait été absolument parfait de ton point de vue. Ton regard pendant ce temps, n’a pas quitter le nez puis le front de la jeune femme. Jamais les yeux. Cela te mettait bien trop mal à l’aise. Tu te demandes pourquoi elle reste, ce qu’elle attend de toi et ça t’angoisse. Qu’est-ce qu’il se passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mercy Islington


Messages : 59

ft. : Anya Taylor-Joy


MessageSujet: Re: The Devil Within - ft. Mercy   Mar 12 Fév - 7:05

The Devil Within

Je n’ai pas de vrai réponses de sa part, et je ne sais pas trop comment réagir. Avec quelqu’un qui parle, ou quelqu’un qui exprime une émotion quelconque, c’est déjà quelque chose de pas si simple, mais j’ai de l’expérience. Mais qu’est-ce que je suis sensée faire si la personne en face de moi ne prononce pas un mot? Je veux dire, d’accord, il a hoché la tête pour mon dire qu’il était tout seul ici (même si cette question enfonce un peu des portes ouvertes, il faut bien le dire XD), mais quand j’ai posé la question sur ses parents, aucun son n’est sorti de sa bouche, rien, rien du tout. Le soupire qui menace de quitter mes lèvres est retenu à la dernière seconde, et j’atténue mon sourire puis, même, vais m’installer contre un pied du sofa où il se trouve, à l’opposé de sa tête. Il n’a peut-être pas ouvert la bouche, mais j’ai bien vu dans son regard qu’il n’était pas à l’aise avec moi. La logique voudrait que je m’en aille, que je le laisse tranquille, mais tant que je ne suis pas sûre qu’il y a vraiment quelqu’un avec lui dans cet endroit, je vais rester un peu.

“Tu me diras, ne pas avoir ses parents avec soi, des fois, ça fait du bien. Les miens je pourrais ne pas les revoir, ça serait encore trop tôt. Surtout ma mère.”

Cette femme qui a toujours cru que j’étais là pour faire joli, pour être celle que l’on habille comme on le souhaite et qui fera toujours ce que ma mère voulait. Jamais mes envies, mes aspirations, rien du tout. Je suis loin de me douter que lui aussi a des soucis avec sa mère, bien loin de savoir ce que cette petite phrase anodine peut provoquer chez lui. C’est toujours comme ça quand on a à faire à un ou une inconnue.

Je sors finalement mon appareil photo et, profitant de la lumière particulière de l’endroit, je prends quelques clichés. Une partie de la statue par-ci, une photo de la plante par-là, l’a verrière avec les gouttes de pluies glissant dessus...Tout cela me tire finalement un soupire entre soulagement et admiration. Pourquoi ai-je pensée que je n’étais pas sauve de ce type, ici? Il ne viendra pas jusqu’ici, ça je le sais maintenant.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The Devil Within - ft. Mercy   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Devil Within - ft. Mercy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Mercy of a Devil (KUZIMU)
» [Critique] Devil Third sur Wii U
» No Mercy - 05.10.08 (Résultats)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-