Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
The Haunting Of Hill House :: 
Welcome to Massachusetts, Usa
 :: Whose hand was I holding? :: A house is like a body
Partagez | 
 

 When party's over | Alma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 10

ft. : Billie Eilish


MessageSujet: When party's over | Alma   Sam 22 Déc - 17:54

Alma Hardwell


« Sittin' all alone Mouth full of gum In the driveway
My friends aren't far In the back of my car Lay their bodies »



IDENTITÉ : Il paraît que je me nomme Alma Hardwell, je n'ai pas trop le choix selon ma lâche de mère. Je ne sais pas à quoi elle ressemble, elle ne doit pas aimer son petit monstre. ÂGE : J'ai atteint ma dix-neuvième année en Janvier dernier et je pars bientôt sur mes vingt ans, on aime me dire que je fais plus vieille. LIEU DE NAISSANCE : Dans le Bronx, je ne peux donner de lieu précis, je n'ai pas eu la chance de naître dans un hôpital. Quoique heureusement, je déteste cette odeur de désinfectant et ces gens malades. ORIENTATION : Je me fiche bien de toutes les définitions qui sont nées des revendications de la gente féminine et masculine, je ne veux pas faire partie d'un code ou d'un groupe, je suis solitaire. STATUT CIVIL : Célibataire depuis deux ans désormais mais je me considère comme veuve. Oui, ne venez pas juger quand vous ne connaissez pas l'histoire.  MÉTIER/ÉTUDE : Chanteuse qui a appris dans les bars tôt dans la matinée. Je n'ai pas perdu mon temps dans les lycées, je n'ai pas de diplôme. Oh et je suis ce qu'on appelle une psychopathe dans votre monde codé jusqu'au cul. FAMILLE : Une grand-mère décédée par mes soins, c'est tout ce que je peux vous fournir. MALÉDICTION : Depuis que j'ai posé ma tête sur cet oreiller, j'ai de grandes difficultés à discerner le vrai du faux. LE PIRE : Me voir tuer celle que j'ai aimé. FEAT : Billie Eilish.



I Connaissez vous ce sentiment de ne pas être désirée, d'être de trop dans un paysage parfaitement dessiné? Ce fut la première pensée qui se forgea dans mon esprit de nouveau né quand ma mère posa ses main souillées sur mon corps parfait. Elle me tendit dans ceux de sa propre mère pour ensuite prendre la fuite. Connaissez vous ces traites qui ne prennent guère en compte leurs responsabilités? Qui les fuient en pensant que les conséquences ne seront que minimes?  Je hais ces personnes. Je hais cette femme qui a osé me mettre au monde pour ensuite me jeter comme un os que l'on offre à un chien errant. Oui cette femme m'a livré dans les bras de la personne la plus sénile que je pouvais connaître. Parfois mon estomac criait famine parce qu'elle oubliait qu'un bébé mourrait de faim dans son berceau abîmé, parfois je dormais dans le jardin parce qu'elle ignorait qu'un enfant ne jouait que la journée et non la nuit sur sa balançoire. Je n'ai même pas eu la chance de connaître une véritable scolarité puisqu'elle a jugé bon de n'offrir que des livres et manuels alors que je ne pouvais lire un traître mot. Elle aussi je l'ai haï. De fil en aiguille, j'ai connu une amie très chère dont les murmures au creux de mon oreille m'ont fait prendre conscience du pouvoir que je possédais au sein de mon petit-être. Cette grande amie que j'aime prénommer Solitude. Un soir, je m'en souviens. Enfin si je peux appeler cela un souvenir. Comme tout petit enfant de mon âge, les cauchemars avaient toqué à la porte de mon sommeil, anxieuse j'étais partie quémander l'aide de ma grand-mère, mais cette dernière était bien trop occupée à aller se chercher un verre d'eau. La solitude jeta un voile noir devant mes yeux et quelques minutes plus tard, j'admirai cette poupée désarticulé en bas des escaliers.

II L'ennui se joignit à la solitude quand je me commençai à grandir. C'était étrange de voir mes traits se durcir, s'embellir alors qu'au fond de mon être brûlait uniquement un feu d'agressivité que je ne pouvais contenir. La solitude ne cessait de me dire que c'était ordinaire de senti ses poings se serrer dans l'unique envie de battre à mort un parfait inconnu. Pourtant elle finit par se faire moins présente quand je franchis la porte d'une famille d'accueil. Je fis la connaissance d'une poignée de jeunes délinquants et d'une jeune femme qui m'apprit à lire et écrire. J'étais si sage et muette dans la journée alors que la nuit je glissais de l'autre côté du mur pour suivre ces délinquants. Ils m'ont fait découvrir le monde, cet immense terrain de jeu qui puisait dans mon impulsivité et ma colère pour faire de moi une étoile dans ce ciel voilé. Un jour je suis rentrée avec des vêtements abîmés et des phalanges en sang, je me souviens encore du cri effrayé de celle qui jouait le rôle de ma mère, je ne pouvais malheureusement lui fournir aucune information. C'est le lendemain que j'appris que le batteur d'un groupe était hospitalisé. On m'a fait goûté à la morphine pour soigner mes maux physiques mais je constatais que la Solitude se taisait également et que seul l'ennui susurrait à mon oreille. les petites bouteilles furent glisser alors sous mon matelas. Je pense que c'est cette période qui m'a donné l'amour de la musique, malgré mon pauvre langage j'ai commencé à rédiger quelques paroles que je chantais secrètement avant de dormir. Qui aurait cru que je puisse devenir une chanteuse à succès dans ce monde empli de hyènes et autres rapaces sans cœur? Il faut croire que je suis comme eux, après tout je ressens peu de choses, à me demander si ma mère biologique ne m'a pas volé mon cœur avant de me confier à feu ma grand-mère. Je vis toujours chez elle qui m'a appris à me comporter comme un être humain et qui soigne mes poings quand je rentre le soir sans pouvoir expliquer mon état. Celle qui ne dit rien quand elle me voit me piquer dans la baignoire, qui croise mon regard vide de tous sentiments. Parfois je me demande si elle possède la moindre protection contre un monstre comme moi. Elle me protège sans que personne ne l'y oblige, elle est même venue admirer ma prestation. Pourquoi l'ai-je tué?

III La morphine ne me suffit plus désormais, j'ai toujours besoin de plus et consomme sans vraiment en connaître les conséquences. Je vole des anti-dépresseurs chez mes supposés amis, volent dans les armoires à pharmacie de leurs parents et avale tout ce beau monde pour me perdre dans un monde que je ne peux décrire. Un Univers qui empêche toujours la Solitude d'y faire son foyer, je ne l'aime plus la Solitude, elle est dangereuse. Mais je n'aurais dû m'enfoncer dans cette confiance aveugle dans les médicaments, cela m'a trahi. Des yeux verts, des cheveux bruns, une peau laiteuse et des lèvres au goût sucré. Je l'ai aimé cette fille, celle qui m'a fait découvrir l'existence de mon cœur au creux de ma poitrine, celle qui m'a donné l'impression d'être une fille comme les autres. Elle appréciait ma voix, mes chansons, ma personnalité. Les premiers mois étaient bien trop utopiques pour que le chemin se dessine encore de la même façon. La Solitude a réussi au bout d'une longue année à pénétrer mon monde et s'est saisie des commandes. Cette belle soirée où les étoiles avaient parsemé le ciel de leurs robes argentées. Cette belle soirée où la bague reposait dans ma poche. Cette belle soirée où on rugit les sirènes des ambulances pour accueillir le corps de celle que j'aimais.

IV Ils en ont conclu à un accident mais m'ont longtemps gardé sous leur loupe, après tout je n'ai jamais été capable de raconter ce qu'il s'est passé ce soir-là. Seuls les verres brisés et la vitre éventrée témoignaient de sa mort. Je me suis haïe pendant des mois, m'empêchant de manger, de boire, je ne voulais pas rester en vie si elle ne l'était plus. Après tout, n'avais-je pas tout perdu? Je n'ai plus de famille, plus de tutrice, plus d'aimée. La chanson n'avait plus de raison à mes yeux, les mots ne voulaient plus sortir de ma gorge asséchée. Je n'étais plus qu'une coquille vide dans ce lit vide de toute chaleur. J'étais prête à passer l'arme à gauche, mais on n'en avait décidé autrement. Ma sœur, en chair et en os, fruit d'une précédente union de cette femme qui m'avait mise au monde. Le scandale de la mort de mon aimée lui avait permis de me mettre la main dessus. Elle m'avait sorti de beaux discours, de nouveaux objectifs qui chassèrent la Solitude pour faire renaître la colère. Se venger de notre mère. Quelques semaines plus tard, j'étais de nouveau sur pieds, des pilules plein les poches et un nouvel être cher à sacrifier à mes côtés.

V Ma carrière n'avait pas cessé, je repris mon micro et mon piano pour rassurer le cœur des fanatiques qui répondaient toujours présents. L'argent que j'accumulais permettait à ma sœur d'embaucher pléthore de détectives privés pour que notre mère apparaisse enfin. Une période assez douce et calme, les médicaments faisaient effet, je me pardonnais peu à peu mes crimes et découvrais avec curiosité le lien fraternel. Malheureusement toute bonne chose avait une fin dans mon monde maudit par ma maladie. Un fanatique avait réussi à pénétrer dans notre maison pour dormir dans mon lit, la Solitude n'avait pas accepté de nouvelle compagnie. Quand j'eus repris mes esprits, j'avais un corps sans vie sur mon tapis et aucune idée de comment m'en débarrasser. La frangine aussi étrange que cela puisse paraître m'avait aidé dans notre fuite. Des bagages rapidement effectués et un départ sans retour en arrière, un cadavre dans notre coffre. Nous l'avions brûlé en plein cœur du désert. Qu'est-ce que ça m'ennuyait. Les médias avaient déjà commencé à parler de ma subite disparition et quelques jours plus tard des avis de recherche concernant le fanatique avaient fait le tour des réseaux sociaux. Elle m'avait dit de ne pas m'inquiéter, que tout allait rentrer dans l'ordre. Je m'étais contentée d'hocher la tête et d'avaler une poignée de calmants. Notre route nous avait mené dans une petite ville non loin de Los Angeles, là où celle qui nous avait abandonné séjourné. Nous avions passé deux jours entiers à dormir dans la voiture en attendant un signe de vie. Un mari, deux enfants et de quoi faire rougir une artiste aussi riche que moi. Elle avait refait sa vie mais ne l'avions pas accepter. Je me souviendrai toujours de ce coup de feu que ma sœur avait tiré et de ce crissement de pneus. Nous n'étions plus sages, le sang avait coulé sur nos mains.  

VI Un hôtel, elle voulait disparaître aux yeux des caméras et des journaux. Elle n'avait rien à craindre, c'était plutôt à moi de m'en faire, ma tête et mon nom étaient connus de tous, pourtant je ne ressentais rien. Seulement de l'agacement, de l'indifférence face à tout ceci, la mort de ma mère ne me fit ni chaud ni froid, seulement une mort de plus sur une liste que je n'avais jamais voulu rédiger. Elle finit par mettre la main sur une adresse connue et loin de tout. Un hôtel pourtant réputé pour être hanté, étrangement mon cœur avait tressauté à cette révélation et l'excitation avait rejoint l'ennui. J'étais à court de médicaments depuis déjà plusieurs semaines, les crises étaient fréquentes mais non violentes, j'avais débuté une phase où réalité et illusion se mêlaient. Ma sœur s'inquiétait de mon état, qu'est-ce que je m'en fichais, j'étais née avec cette maladie dans mon crâne, j'allais mourir avec. Ma seule faute avait été d'empirer les symptômes à force de me goinfrer de médicaments, l'addiction, le manque rendaient les crises bien plus violentes qu'elles ne devaient l'être.

VII Cet hôtel m'intrigue, je ne vais pas le cacher. Longtemps, j'ai essayé de donner un sens à ma vie et n'ai fait que me planter royalement. Je suis tombée amoureuse, ai connu le deuil et la colère. Mais ces lieux font vibrer en moi quelque chose de nouveau qui me rend on ne peut plus humaine. Il est surprenant de savoir que j'arrive à sourire et à communiquer désormais, à prétendre être un être des plus normaux. J'explore de part en part cette bâtisse aux murs hantés qui me susurrent des douces paroles. Je redécouvre le contact humain avec le reste des clients et apprends à enfiler plusieurs masques, à devenir comédienne. La colère se manifeste dans mes rêves mais ne viens plus importuner ma vie quotidienne. Loin de moi l'idée de vous effrayer, mais va venir un jour où elle éclatera de nouveau. Après tout, je suis une psychopathe.



« They'll be here pretty soon Lookin' through my room for the money I'm bitin' my nails I'm too young to go to jail It's kinda funny »


What about ghost?
J'y crois à ma manière. Je me moque des draps blancs que l'on jette sur des personnes ou des photographies trafiquées pour faire croire à l'au delà. Mais je crois à ces voix et ces frissons qui peuvent importuner un Homme. Je crois au traumatisme d'un décès prématuré qui empêche une âme torturée de trouver la paix. Vous savez pourquoi j'y crois? Parce que je souhaite me faire pardonner auprès de celle que j'aime, de retrouver l'endroit où elle a chuté et a trouvé la mort pour l'entendre et la sentir une dernière fois.


Your quiet room?
Dans une cabane perchée dans un arbre à l'abri de tous les regards où je peux être moi-même, entendre le vide de mon cœur et retrouver ma Solitude sans que cette dernière ne s'évertue à semer le chaos. Cette même cabane qui était dans le jardin de ma grand-mère où je me cachais quand elle me cherchait. Cette cabane que j'avais décoré d'objets trouvés, dérobés.



Pseudo : Georgie - Pays : Baguette - Inventé/Pré-lien : Inventé - Où avez-vous connu le forum? : Bonne question - Commentaires : Je reviens vous hanter



Dernière édition par Alma Hardwell le Mar 25 Déc - 6:23, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 1242

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Sam 22 Déc - 18:17

Une autre tête que je connaissais pas
Re-bienvenue à toi!!
Amuse toi bien avec nouvelle, j'ai hâte d'en savoir plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 421

ft. : Jeremy Renner


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Sam 22 Déc - 18:23

J'aime beaucoup trop cette tête tu le sais

Heureux de voir ta nouvelle tête  Hâte d'en savoir plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 392

ft. : Francisco Lachowski


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Sam 22 Déc - 18:26

Blblblblb re-bienvenue à toi

Cette tête est trop magnifique et ce perso va envoyer à mort omg Trop hâte d'en apprendre plus sur ta demoiselle Courage pour rédiger la fiche et amuse-toi bien avec elle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 10

ft. : Billie Eilish


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Dim 23 Déc - 5:43

Vous allez trembler de peur mes loulous What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 1008

ft. : Richard Harmon


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Dim 23 Déc - 7:39

Re bienvenue ici avec ce personnage qui promet déjà de belles choses!!! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 64

ft. : Ben Barnes


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Dim 23 Déc - 8:15

C'est donc elle, ton DC ? Sa nouvelle tête envoie du lourd, oui Bon courage pour la suite de ta fiche et re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 1440

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Dim 23 Déc - 8:52

Re bienvenue à toi la belle amuse toi bien avec ton nouveau perso !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Dim 23 Déc - 10:43

Re-bienvenue parmi nous avec la demoiselle qui promet dit donc courage pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 28

ft. : Christian Serratos


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Dim 23 Déc - 14:28

Re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 27

ft. : Timothée Chalamet


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Lun 24 Déc - 5:08

Rebienvenue ! Je ne connaissais pas cet avatar, mais elle envoie du lourd en effet Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 176

ft. : Light


MessageSujet: Re: When party's over | Alma   Mar 25 Déc - 9:42

Welcome to Hill House



T u es désormais validé! Tu peux donc aller découvrir le forum, si ce n'est pas déjà fait. Pour aider voici quelques liens rapides à visiter; si tu es résidant de l’hôtel, tu peux dès maintenant aller demander une chambre. Tu pourras ensuite aller poster une fiche de liens pour trouver des connaissances à ton personnage. Si tu as déjà des idées en tête, tu peux également créer des pré-liens. Pour te lancer dans le rp, n'hésite pas à utiliser les utilitaires RP.

En cas de question, n'hésites pas à communiquer avec l'administration. Bonne chance et prenez garde à votre état d'esprit!





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: When party's over | Alma   

Revenir en haut Aller en bas
 

When party's over | Alma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Garden Party
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage
» Loups Garous Party 2011
» Murder Party "Apothéose"
» Party de Noel!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-