The Haunting Of Hill House :: 
Hill House
 :: Second Floor :: The New Wing :: The Rooms
Partagez | 
 

 Lose the mind, lose the self > Meadow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jamie Rides


Messages : 1305

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Lose the mind, lose the self > Meadow   Sam 15 Déc - 21:26

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
Dormir était impossible. Ça n'avait jamais été simple pour Jamie, mais cette fois c'était au-delà de ça. Il y avait quelque chose qui n'allait pas et il pouvait le sentir jusqu'au fond de ses entrailles. Il pouvait sentir cette panique qui se tortillait en lui, essayant de gagner son esprit, la réalité qui essayait de s'y frayer un chemin, de combattre le déni. Une fois de plus, il avait tenté de partir. Il en avait fini avec cet endroit soit disant hanté. Il en avait fini avec les rencontres qu'il y avait fait. Il en avait fini avec Hill House, point. Et pourtant, une fois de plus il était toujours là, une fois de plus il ne se l'expliquait pas, parce qu'il était vraiment parti, jusqu'à Pembroke même. La première fois, il avait cru à un rêve, mais maintenant, c'était différent. Il n'y croyait pas, c'était trop réel. Le problème étant qu'il n'y avait pas d'autres explications, si ce n'était pas un rêve, ça voulait dire...Il ne savait même pas ce que ça voulait dire pour être honnête. Était-il simplement en train de devenir complètement fou?  Il préférait éviter d'y réfléchir, ça ne ferait que le rendre encore plus cinglé, non? Il préférait ignorer les indices qui se multipliaient, ça, le fait que personne ne le mettait à la porte alors qu'il n'avait pas d'argent pour rester, les histoires, les bruits étranges, ça commençait à faire beaucoup trop de choses qui n'allaient pas. Sauf que cette nuit là, ce n'était pas ça non plus qui l'empêchait de dormir, c'était plus profond, plus violent. Elle était là. Il le savait, Jamie, il pouvait le sentir, la sentir; cette présence maléfique, celle d'Helen. Il n'était pas assez stupide pour croire qu'il avait finalement réussi à se débarrasser d'elle en quittant Boston, mais il avait prit goût à ces derniers jours de répit. Sauf qu'elle était toujours en colère, il pouvait le sentir, elle lui en voulait toujours autant, même plus peut-être. Le rouquin faisait tout pour l'occulter, s'il parvenait à la chasser de son esprit, elle n'aurait pas d'emprise sur lui, elle n'allait pas réapparaître.

D'une main presque tremblante, Jamie coupa l'eau de l'évier dans la salle de bain de sa chambre, relevant les yeux vers le miroir face à lui. Il pouvait aisément distinguer la fatigue sur ses traits, mais il remarquait surtout les ecchymoses qui commençaient à s'estomper, à disparaître. Ça lui semblait presque bizarre de voir son visage guérir, sans que personne ne vienne y ajouter des marques supplémentaires. C'était un peu comme s'il manquait quelque chose, et c'était stupide de le penser, il le savait, mais ces marques qui coloraient sa peau, elle faisait un peu parti de lui, de sa vie, de son histoire. Et Jamie s'y perdit, dans ses pensées, jusqu'à ce que quelque chose le ramène brutalement à la réalité. L'eau qui se remit à couler dans l'évier, d'elle-même, alors qu'il n'avait rien touché. Et là où la majorité des gens auraient essayé de comprendre comment cela pouvait être possible, Jem ne se posa pas la question. Il le savait. En une fraction de seconde son cœur s'emballa, alors que ses yeux quittèrent l'évier pour remonter de nouveau vers le miroir. Il savait parfaitement à quoi s'attendre, et il la vit, derrière lui, dans le reflet de la glace. Quelques secondes seulement, juste assez pour que son regard croise le sien. Il n'attendit pas qu'elle puisse faire le moindre mouvement, il se rua aussitôt hors de la salle de bain, puis de la chambre, déboulant dans le couloir comme s'il avait tous les démons de l'enfer à ses trousses. Et pour lui, c'était un peu le cas. Il devait partir, fuir, mais c'était le milieu de la nuit et il n'avait nul part où aller. Tentant de lutter contre la panique qui lui coupait le souffle, Jamie s'arrêta après quelques pas dans le couloir. Il pivota sur lui-même, embrouillé, alors que son esprit bataillait pour trouver une idée malgré le bordel d'émotions qui s'y entremêlaient. Il pensa à Sebastian, mais c'était hors de question. Cole? Sauf qu'il ignorait totalement si le brun était là ou pas. Puis, sans même vraiment le réaliser, il avança en automate jusqu'à la chambre 14. Il n'avait pas la moindre envie d'y cogner, mais il était hors de question de retourner dans ses quartiers.Pendant il ne sait combien de secondes, ou minutes, il resta là, à fixer le numéro de la chambre avant de se décider à y cogner. Il n'osait pas croire qu'il était désespéré au point de se pointer à la porte de cette pimbêche, surtout qu'il avait très clairement dit qu'il ne le ferait pas. Sauf que voilà, il préférait affronter milles petites poules de luxe comme elle plutôt qu'Helen. Et puis, si ça se trouvait elle dormait et ne viendrait peut-être pas ouvrir, ou alors elle l'enverrait chier de l'avoir réveillé. Dans l'attente, Jamie prit une profonde inspiration, il devait reprendre contenance, elle ne devait surtout pas voir la terreur sur ses traits, ce serait une invitation à poser des questions et il ne souhaitait donner aucune réponse. Nerveux, il jeta un coup d’œil vers le couloir pour s'assurer qu'elle ne l'avait pas suivi, quand la porte s'ouvrit finalement sur la brunette. Jamie reportant aussitôt son regard sur elle, dans un instant de bug où il resta silencieux, se demandant lui même ce qu'il foutait là. « Ton offre tient toujours? Pour...passer le temps. » À ce point, il était prêt à n'importe quoi, c'était son jour de chance.  
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meadow Hill


Messages : 1555

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Dim 16 Déc - 16:22

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
Appuyée contre le bord de sa fenêtre de chambre, Meadow observait le croissant de lune qui brillait dans le ciel. Elle était incapable de compter avec exactitude combien de nuits avait-elle passé dans cet hôtel exactement. Lorsqu'elle y réfléchissait attentivement, elle ne savait pas non plus quelle était la date et le jour de la semaine. C'était flou, comme un détail qui ne voulait juste rien dire et dont elle ne parvenait pas à réellement s’inquiéter. Elle était ici, point final. C'était normal, c'était comme ça un point c'est tout. Sauf que l'envie de rester ici commençait à drôlement s'effriter dernièrement. D'abord avec l'apparition de Charlie, son amie imaginaire d'enfance qui était en fait... une Hill. Une vision désagréable certes, mais profondément troublante. Dérangeante. Que lui voulait-elle exactement? Rien de bon, elle était prête à mettre sa main au feu. Le manoir se jouait d​'elle, c'était certainement cet endroit qui la poussait à s'imaginer tout ça. Charlie ne pouvait pas être réel, et même si elle avait un jour existé, c'était il y avait bien longtemps déjà. Une fillette si jeune ne pouvait tout de même hanter quoi que ce soit, c'était dans les films que de telles choses se produisaient. Ou dans la tête des gens, parce que la santé mentale n'était pas donnée à tout le monde. Perdre la tête était d'ailleurs l'une de ses plus grandes peurs. Finir avec une camisole de force sur le dos, enfermée entre quatre murs capitonnés pour le reste de ses jours. Non merci, plutôt mourir. Il y avait déjà des antécédents de cas de ce genre dans sa famille, elle le savait très bien, mais elle se battrait pour ne pas finir comme eux. Ce n'était pas le destin qu'elle méritait. La brunette lâcha un énième soupire, avant de se diriger vers la salle de bain. Mea fit couler l'eau de la douche, avant de récupérer son pyjama et se peignoir qu'elle accrocha derrière la porte. Rien de mieux que l'eau chaude pour évacuer les pensées sombres. Pour préserver sa santé mentale, elle devait justement ne pas focuser sur ses problèmes et se forcer à oublier tout ça.

Une demi-heure plus tard, elle quitta le confort de l'eau chaude dont elle avait amplement abusée, se roulant dans son peignoir blanc le temps d’éponger et de brosser sa longue chevelure rebelle. Observant son reflet, elle analysa les cernes bleutés sous ses yeux comme s'ils avaient toujours fait partie d'elle. À force, elle arrêtait même de les camoufler avec du maquillage. Les lunettes de soleil faisaient l'affaire au besoin. Une fois ses boucles brunes démêlés, elle tenta de les faire sécher de peine et de misère avec son petit sèche cheveux bon marché qui plantait aux deux minutes. Stupide accessoire de voyage bon marché. Une fois le plus gros de l'humidité envolé, elle le débrancha avant d'enfiler son petit pyjama. Elle avait choisi la camisole de soie noire avec le shorty identique. Simple, mais classe. Un bruit de cognement la fit soudainement sursauter. Tournant la tête en direction de la porte de la salle de bain, elle l'ouvrit tout doucement. Hum. La chambre était vide. Elle s'avança jusqu'à la porte principale, hésitant quelques instants avant de l'ouvrir. Et si c'était Charlie qui l'attendait dans le couloir? Secouant la tête, elle tourna la poignée. À sa plus grande surprise, elle tomba sur Jamie. Lui, ici? Étonnée, elle attendit une forme d'explication logique, curieuse de savoir ce qui l'amenait à sa chambre au beau milieu de la nuit. « Ton offre tient toujours? Pour...passer le temps. » Doublement surprise, elle lui fit signe d'entrer, avant de refermer derrière eux ensuite. « Fait comme chez toi » La chambre ne devait pas être si différence de la sienne de toute façon, mis à part que celle-ci était encombrée de valises et de fringues dans tous les coins. Sans parler des chaussures. S'il ne voulait pas se poser sur le grand lit king, il pouvait toujours utiliser le petit sofa vieillot dans le coin de la pièce. Mea fouilla dans son garde-robe pour récupérer son petit kimono, question de se couvrir légèrement plus au cas où il n'était pas venu ici pour la voir à poil. « J'espère que rien ne cloche avec ta chambre... parce que l'hôtel ne cesse de se remplir, mais bizarrement, elle ne se vide pas » Elle lui lança un petit sourire avant de poser ses fesses sur le coin du matelas. Repoussant ses cheveux par-derrière, elle l'observa plus attentivement. Hum. Avait-il vu des choses étranges ? « Tout va bien ? T'es pâle... » S'il était malade, elle se débarrasserait aussitôt de lui, parce qu'elle détestait les gens malades, surtout ceux qui vomissaient. Mignon ou pas, elle ne voulait pas attraper de virus. « Vrai que ça ne me regarde pas, mais pour passer le temps, l'option la plus silencieuse ne semblait pas t'intéresser au départ, alors discutons un peu » Elle étira un large sourire amusé avant de lui lancer un oreiller s'il voulait s'installer confortablement. Elle aimait bien la visite, vrai que c'était moins chiant et moins emmerdant que d'endurer le silence de la nuit.   
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jamie Rides


Messages : 1305

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Mar 18 Déc - 20:55

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
Il se doutait bien que ça allait finir par arriver. Helen revenait toujours, quoiqu'il fasse, peu importe ce qu'il tentait pour se débarrasser d'elle. Il en venait même à croire que les moments de répit qu'il avait parfois étaient prémédités, qu'elle le laissait en paix, en sachant que ce serait encore pire quand elle reviendrait le hanter plus tard. Et ça fonctionnait bien. À chaque fois, ça lui semblait encore plus horrible, plus insoutenable. C'était tellement injuste, il n'avait pas mérité ça. Elle n'avait aucun droit d'être en colère, c'était elle le monstre, pas lui. Sauf qu'il avait beau se le répéter, ça ne suffisait pas à la faire disparaître, jamais bien longtemps. Pour tout dire, il n'était même pas étonné de sa présence dans ce manoir, c'était même miraculeux qu'elle ne soit pas apparu bien avant. C'était l'endroit parfait, hanté, lugubre. S'il avait su, jamais il n'y aurait mit les pieds. Il avait lui-même conduit Helen dans ce lieu dont elle devait se délecter. Cet endroit qui jouait assurément dans la tête du rouquin, qui le rendait encore plus vulnérable qu'il ne l'était déjà. Il se transformait en véritable buffet pour celle qui fut sa tutrice, elle n'avait plus qu'à se servir, s'abreuver de ses angoisses et de ses peurs, de sa fatigue et de ses faiblesses. Ces dernières qu'il accumulait d'ailleurs depuis son arrivée, alors qu'il s'octroyait le droit de fraterniser avec les autres, de même vouloir se lier à certain. C'était complètement stupide, et dangereux. Il était une menace pour quiconque oserait l'apprécier, car Helen, elle n'allait jamais accepter qu'il soit heureux, ni même qu'il ose seulement espérer l'être. Elle s'en était fait une mission, de son vivant et dans la mort aussi. Et c'était peut-être vraiment stupide de venir à la porte de cette fille, parce qu'il ignorait si Helen était bien revenue ou si ça n'avait été qu'un mauvais tour de son esprit. Certes, il n'était pas le plus grand fan de la riche brunette, mais il ne lui souhaitait pas de se retrouver nez à nez avec cette marâtre. Il ne le souhaiterait à personne d'ailleurs, même pas à ceux qu'il détestait le plus. Pendant une fraction de seconde, il envisagea même la possibilité de rebrousser chemin, de rester seul surtout. Il n'en avait pas envie, mais c'était sans doute le meilleur service à rendre à l'humanité. Sauf qu'il n'eut pas le temps de se décider, la porte de la chambra s'ouvrit sur la brunette dans un pyjama des plus légers. S'il était encore temps de tenter une sortie en prétextant s'être trompé de porte, il n'en fit pourtant rien, se contentant de vérifier si l'invitation qu'elle lui avait fait à la buanderie tenait toujours.

« Fait comme chez toi » qu'elle déclara simplement en le laissant entrer, ce qu'il fit, mais non pas sans une pointe de réticence, car en avançant dans la chambre, il avait définitivement l'impression d'être en train de s'avancer dans un guêpier. La jeune femme récupéra un vêtement pour se couvrir un peu et Jamie se contenta de rester sur place. Comment avait-il fait pour penser que tout ça serait une bonne idée? C'était le truc le plus stupide qu'il avait fait de sa vie. Bon, peut-être pas, il avait fait des trucs particulièrement débiles, mais disons que dernièrement, c'était le pire. « J'espère que rien ne cloche avec ta chambre... parce que l'hôtel ne cesse de se remplir, mais bizarrement, elle ne se vide pas » Se prenant un air désintéressé, il haussa simplement les épaules. « Ma chambre est bien, j'étais juste...je dormais pas, et je sais pas...» Il s'emmerdait? Il détestait l'endroit? Il ne voulait pas rester seul? Il était complètement terrorisé? Rien qu'il n'allait dire à haute voix. « Tout va bien ? T'es pâle... » Presque qu'avec l'air d'un raton sur lequel on viendrait de braquer une lumière, Jamie roula les yeux, tentant le jeu de la désinvolture pour cacher au mieux la vérité. « Je suis toujours pâle, y'a jamais aucun soleil dehors. » Et il ne sortait pas dehors de toute façon, sauf pour griller quelques clopes. Il s'était auto-séquestré dans ce manoir et le pire, c'est que de toute évidence, il y était vraiment prisonnier. Ou alors il était simplement aux portes de la folie. Aucune des deux options n'étaient intéressantes. « Vrai que ça ne me regarde pas, mais pour passer le temps, l'option la plus silencieuse ne semblait pas t'intéresser au départ, alors discutons un peu » Un poil blasé par la situation Jamie se laissa choir dans le petit fauteuil de la chambre, dévisageant aussitôt Meadow à sa réplique. « Je suis pas ici pour coucher avec toi. T'es la petite-amie de Cole...ou quelque chose dans le genre. Et il est plutôt sympa en fait, je vais pas me taper sa copine. » À savoir s'ils étaient réellement en couple ou non, ça ne le regardait pas tellement, mais en règle générale, les mecs n'aimaient pas partager leur conquête et il allait s'en tenir à cette idée. Pour ce qui était de discuter, il n'en avait pas tellement envie non plus, maintenir une conversation avec quelqu'un était un exercice particulièrement pénible. Sauf que voilà, il était là maintenant, et ce serait un peu bizarre de ne simplement rien faire ou dire. Le problème était de savoir quel sujet aborder. Distraitement, il observa la chambre et les vêtements qui y traînaient ici et là. « Pourquoi tu dormais pas? »
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meadow Hill


Messages : 1555

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Lun 24 Déc - 11:17

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
Apparemment, même lui ne savait pas trop ce qu'il faisait ici, dans sa chambre à elle, ni même pour quel raison il avait frappé à sa porte. Il ne dormait pas, elle pouvait bien comprendre, mais c'était tout de même bizarre qu'il se soit pointé à sa porte. Dans tous les cas, ça ne lui posait pas tellement problème, parce qu'elle n'avait pas rien de mieux à faire également. Sa douche était prise, son pyjama enfilé et personne à ses côtés pour la distraire. Jamie tombait donc à point. Elle ne le connaissait pas particulièrement bavard, mais peut-être ferait-il l'effort pour combler le silence de la pièce. Assise sur le bout du matelas de son grand lit king, elle l'observa plus attentivement, lui trouvant un teint disons plus pâle et inquiétant qu'à l'habitude. D'ailleurs, elle lui en fit rapidement la remarque. « Je suis toujours pâle, y'a jamais aucun soleil dehors. » La brunette arqua un sourcil, avant de laisser tomber un simple haussement d'épaules. Oh well, s'il ne voulait pas en dire plus, elle n'était pas d'humeur à creuser le sujet de sa santé ou lui tirer les verres du nez. Après tout, elle s'en fichait. Valait mieux changer de sujet et partir sur un ton plus léger et amusant par exemple. C'était ce qu'elle préférait, fuir le sérieux d'une conversation. C'était trop ennuyeux et trop du genre à tuer l'ambiance dès le début. Elle détestait d'ailleurs profondément la phrase "faut qu'on parle" qui ne devrait même pas exister dans la vie. C'était le meilleur moyen pour qu'elle se ferme aussitôt et refuse de dire quoi que ce soit ou entendre quoi que ce soit.

« Je suis pas ici pour coucher avec toi. T'es la petite-amie de Cole...ou quelque chose dans le genre. Et il est plutôt sympa en fait, je vais pas me taper sa copine. » Dix points pour le rouquin dans la catégorie tuer l'ambiance à même l'oeuf. Elle pinça aussitôt les lèvres, avec l'urgente envie de grogner. Au lieu de ça, elle leva les yeux au ciel sous un air hautement exaspéré. Parler de Cole, vraiment? C'était vraiment ce qu'il voulait? Savait-il seulement sur quel genre de terrain il s'aventurait? « Cole? Ne soit pas si stupide Jamie... il a déjà une petite amie, ce pourquoi il m'a jeté dès qu'il en a eu marre » Elle plongea son regard dans le sien, avant de poursuivre sur un ton qui laissait transparaître sa colère et son amertume. « Si tu le trouves sympa c'est ton choix, mais je te préviens tout de suite que dès qu'il en aura terminé avec toi, tu ne représentera plus rien à ses yeux » Elle se releva avant de s'installer contre la tête de lit, repoussant quelques oreillers pour se faire de la place et se mettre confortable. « J'aurais du faire plus attention, c'est mon erreur oui » Elle s'était fait avoir, elle en avait conscience et elle comptait bien ne pas retomber dans son piège une deuxième fois. L'éviter le plus possible semblait être la meilleure solution pour le moment. Jamie s'en fichait sans doute, mais elle se montrait généreuse en le prévenait de ce qu'il risquait avec ce Dudley. C'est-à-dire, finir à la poubelle. Jouant avec une mèche de ses cheveux, elle poursuivit doucement. « Pourquoi je ne dors pas? Voilà une question intéressante dont peu ont la réponse » Elle lâcha un petit rire désabusée, avant de tourner la tête dans sa direction. « Insomnie, troubles du sommeil, cauchemars en boucle et... Charlie » Elle. Cette gamine dont elle ne parlait à personne, sauf avec Raphael parce qu'il était son frère et qu'il la comprenait bien. Elle savait aussi qu'il ne se moquerait jamais d'elle et Meadow avait pleinement confiance en lui.  
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jamie Rides


Messages : 1305

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Jeu 27 Déc - 11:20

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
C'était très honorable de sa part, non? De ne pas vouloir toucher à la copine d'un autre. Et c'était vraiment rare qu'il se donnait le mal de faire des trucs honorables, peut-être même qu'il aurait mérité des félicitations pour ça. Pour une fois, il pensait à quelqu'un d'autre au lieu de se reposer sur sa formule magique du "j'en ai strictement rien à chier". Ceci dit, il ne s'attendait pas non plus à ce que la jeune femme lui jette des lauriers pour son geste, encore moins quand il la vit pincer les lèvres, visiblement mécontente de son commentaire. Est-ce qu'il venait de faire une bêtise? Pas étonnant qu'il ne voulait jamais se mêler des histoires des autres, ça ne tournait jamais en sa faveur.  « Cole? Ne soit pas si stupide Jamie... il a déjà une petite amie, ce pourquoi il m'a jeté dès qu'il en a eu marre » Jamie plissa légèrement les yeux, d'un air à la fois pensif et dubitatif. Cole avait déjà une petite-amie? Et ce n'était pas la brunette visiblement, alors qui? Étrangement, il ne s'était pas imaginé que le jeune jardinier était du type coureur de jupons, à croire qu'il était vraiment mauvais pour lire les gens. Ceci dit, si ça ne semblait pas plaire à la brunette, dans son cas, ça ne lui faisait ni chaud, ni froid. Le pauvre gars pouvait bien coucher avec qui il voulait, ce n'était pas lui qui allait juger. « Si vous étiez pas en couple alors...c'était qu'un plan cul...et y'a pas de règle pour interdire d'avoir plusieurs plans cul en même temps, non? C'est sa vraie copine qui devrait être fâchée, pas toi...» Ou peut-être pas, qu'est-ce qu'il en savait? Le rouquin serait bien incapable de juger de ce qui était moralement correct ou non dans une relation de couple puisqu'il n'en avait jamais eu, du moins, aucune véritable et encore...le mot couple n'avait jamais été adapté à aucune de ses situations. Et puis de toute façon, il s'en fichait bien des histoires de fesse des autres. C'était la meilleure façon de se créer des problèmes et c'était d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles il appréciait bien de s'en passer. Et à la lumière de cette nouvelle information, il n'avait toujours pas l'intention de coucher avec elle. Il ne voulait surtout pas s'embrouiller avec Cole alors qu'il semblait être sur la bonne voie pour se faire pardonner sa petite arnaque de Boston. Et c'était vrai qu'il le trouvait plutôt sympa. Il n'allait certainement pas l'admettre à voix haute, mais il ne pouvait s'empêcher d'espérer s'en faire un ami, et ce même si la voix d'Helen continuait de résonner en lui, lui crachant que personne ne voudrait jamais d'un garçon aussi minable. Et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle les paroles de Meadow, qui suivirent, le heurtèrent si douloureusement. « Si tu le trouves sympa c'est ton choix, mais je te préviens tout de suite que dès qu'il en aura terminé avec toi, tu ne représentera plus rien à ses yeux » Jamie ne broncha pas, conservant son regard dans celui de la brunette et ce même si de l'intérieur, il avait l'impression qu'une fois de plus, il venait de s'écrouler comme un château de carte, fragile et précaire. Et ce n'était même pas Helen qui le disait, c'était une étrangère. Profiter de lui, c'était la seule raison pour laquelle on pouvait s'intéresser à son cas, et une fois de plus, il se prenait cette réalité de plein fouet, comme une brûlante gifle en travers du visage. Évidemment que Cole n'en avait rien à foutre, comment pouvait-il s'imaginer le contraire? Elle avait raison.

La brunette s'écarta pour aller se poser sur le lit et Jamie baissa quelques instants les yeux vers le sol, se maudissant de l'intérieur d'être si stupide. Et si la riche princesse l'avait invité à venir dans sa chambre, c'était sans doute pour la même raison aussi; profiter de lui, coucher avec lui. Pour le coup, la seule chose qui le retenu de se lever et de quitter la chambre en vitesse, c'était sa détermination à ne pas laisser voir qu'il pouvait être affecté. « Pourquoi je ne dors pas? Voilà une question intéressante dont peu ont la réponse »  Blessé malgré lui, Jamie releva finalement les yeux sur la brunette, son regard de nouveau fermé, il était prêt à mordre en retour, si elle lui donnait l'occasion de le faire. « Insomnie, troubles du sommeil, cauchemars en boucle et... Charlie » Le rouquin hocha légèrement la tête. « Ou peut-être que tu dors pas bien parce que t'en as trop sur la conscience, tu sais...» Comme une sorte de karma pour la punir d'être une riche prétentieuse. « Et c'est qui Charlie? Ton ex? » Peut-être était-ce la raison de sa présence dans cet hôtel, une cure pour oublier un garçon, recommandé par son psychologue. Et c'était pour ça qu'elle était si mécontente d'avoir été jouée par Cole...Il n'était pas spécialement curieux de connaitre la réponse, mais au moins ça meublait la conversation.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meadow Hill


Messages : 1555

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Dim 30 Déc - 12:22

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
Parler de Cole avec Jamie n'était peut-être pas le meilleur sujet de conversation et elle le savait très bien. Elle était persuadée qu'il ne s'y connaissait pas du tout en matière de relation de couple ou de relation tout court en fait. Il était plutôt le genre de gars chat errant qui se contente de ce qu'il peut trouver sur son chemin sans avoir d'attache nulle part. Elle n'avait rien contre ça, il était bien libre de vivre sa vie sentimentale comme il l'entendait, mais elle croyait bon de le mettre en garde contre Cole, puisqu'elle s'était elle-même fait avoir. Pris au piège d'un Dudley. Le genre d'information qu'elle ne devrait jamais au grand jamais divulguer à ses parents. De toute manière, elle était vite amère dès qu'elle abordait le sujet. C'était plus fort qu'elle, la rancune remontait et elle était incapable de se contrôler. Ce n'était pas contre Jamie, puisqu'il n'avait rien fait de mal, mais Mea était tout bonnement incapable de ne pas démontrer son mécontentement. « Si vous étiez pas en couple alors...c'était qu'un plan cul...et y'a pas de règle pour interdire d'avoir plusieurs plans cul en même temps, non? C'est sa vraie copine qui devrait être fâchée, pas toi...» Rien pour l'aider ! Ce n'était pas vraiment ce qu'elle avait envie d'entendre là maintenant. Oui, ils étaient libres de fréquenter qui ils voulaient, puisqu'ils n'étaient pas un couple, sauf que de savoir qu'il avait une copine aurait peut-être changé bien des choses pour elle. La brunette n'aurait pas fait la stupide erreur de s'attacher à lui! Maintenant elle le regrettait oui! Elle tenait à lui et en échange, elle avait eu le droit à une scène de séparation digne d'un mauvais télé-roman. Un genre de c'est pas toi le problème, c'est moi le malhonnête. Fuck off! C'était trop tard pour ne pas la blesser, qu'est-ce qu'il croyait? Il lui avait donné beaucoup d'attention et d'affections pour ensuite se débarrasser d'elle. Jamie avait tord, ce n'était pas qu'un plan cul, même si ça avait débuté de la sorte. Elle avait des sentiments pour lui et à présent elle le regrettait parce qu'il avait déjà une vie amoureuse avec une autre fille qu'elle.

Assise dans le lit, dos contre le mur, Meadow souffla avant de déplacer quelques oreillers pour se mettre confortable. Pourquoi elle ne dormait pas? Et lui, hum ? Il avait une raison ou c'était juste parce qu'il n'avait pas sommeil ce soir? Qu'importe, elle détestait aborder le sujet, ce pourquoi elle cracha simplement la strique vérité, sans mentir ou contourner le sujet. Des épisodes d'insomnie et autres troubles du sommeil l'affectaient depuis presque deux ans déjà, si ce n'était pas plus et c'était presque pire ici, dans ce stupide manoir. « Ou peut-être que tu dors pas bien parce que t'en as trop sur la conscience, tu sais...» Elle leva les yeux au ciel, avant de tourner la tête dans sa direction d'un air détaché. Non ce n'était pas pour ça. Elle savait que ça n'avait rien à voir avec la conscience même si son psy avait déjà envisagé la chose lors de précédentes consultations. « Et c'est qui Charlie? Ton ex? » Elle fronça les sourcils, l'air outré par le commentaire. Son ex? Il se croyait où lui, dans une série télé ? Elle secoua la tête pour démentir. « Non pas du tout, t'es à côté de la plaque...» C'était bien pire qu'un ex petit-ami, c'était une sorte de cauchemar ambulant. Lentement, elle attrapa un coussin pour le serrer dans ses bras, fixant le fond de la chambre en cherchant une explication à lui fournir. « C'est une longue histoire et j'en ai jamais parlé à qui que ce soit avant, parce que... » Elle risquait d'avoir l'air complètement dingue et bonne pour le département de la psychiatrie d'un hôpital. «...au début, quand j'étais gamine, c'était mon amie imaginaire. Du genre avec qui tu prends le thé et joue à la cachette quand ya personne pour le faire avec toi. Ça n'avait rien de bien méchant, sauf que dernièrement, ici, dans cette chambre, j'ai vu Charlie à nouveau » Ça y est, elle osait à peine jeter un coup d’œil en direction de Jamie, de peur de sentir qu'il la jugerait ou se moquerait d'elle aussitôt. Nerveusement, elle tira sur une mèche de ses cheveux, reprenant la parole. « et ce n'était pas une illusion, je l'ai pas imaginé non plus... c'est parce qu'en fait... Charlie est une Hill, la dernière de la fratrie qui est décédé ici, dans ce manoir. Je le savais pas, jusqu'à ce que Raphael me montre une photo d'elle » Lentement, elle glissa une main contre son visage, lâchant un long soupire désespérée. Bordel que c'était complètement dingue comme truc. De quoi avait-elle l'air ? Une folle ? Une fille en manque d'attention peut-être? La gorge sèche, elle osa un regard vers le rouquin. « Je te demande pas de me croire, je sais de quoi j'ai l'air en ce moment... mais ce fanto...esprit ou... je sais pas quoi, elle me suit, m'observe peut-être, je le sens » Pourquoi diable discutait-elle de ce sujet-là avec lui? Qu'est-ce qu'il en avait à foutre de tout ça anyway. Ce n'était pas son ami, ni même son frère, alors elle ferait bien mieux de se taire. C'était compliqué et elle-même ne savait pas du tout quoi penser de tout ça. Est-ce qu'elle dérapait ? Est-ce qu'elle était victime de la malédiction de la famille Hill? Aucune idée.
 
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jamie Rides


Messages : 1305

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Mer 2 Jan - 11:10

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
Son opinion, il pouvait bien se la garder. Et il était le premier à être prêt à le dire. La relation entre Cole et Meadow pouvait très bien se passer de ses commentaires, et si miraculeusement la brunette ne se chargea pas de lui dire, il le fit lui-même, intérieurement. Se mêler de la vie des autres était une autre de ses règles d'or qu'il enfreignait. Et il fut donc soulagé que la princesse coupa court à cette conversation délicate en ne relevant rien à ses derniers mots. Ça l'arrangeait, Jamie, il ne se serait pas vu tenir une discussion sur le sujet, il s'y connaissait autant en relation qu'il pouvait s'y connaitre en jardinage. Alors qu'est-ce qu'il en savait, hein? De la différence entre un plan cul et un couple, de ce qui était permis ou non, de ce qui fâchait ou non. Il n'avait jamais été en couple, et n'avait jamais été un plan cul non plus, enfin, vaguement, peut-être. Encore là, il n'était même pas capable de déterminer la nature des quelques coucheries qu'il avait pu avoir. S'il les avait réellement désiré, ou s'il n'avait cherché qu'à prouver, ou se prouver, quelque chose. Peut-être parfois, on n'avait fait que profiter de sa stupidité et de son désir de se faire apprécier. Il avait beaucoup appris de la méchanceté des gens, et pourtant il se laissait encore si facilement berner. Quelques belles paroles, petites promesses, un sourire chaleureux et quelques compliments, des pièges dans lesquels il trouvait encore moyen de se laisser prendre. Voilà pourquoi il préférait être face au désintérêt, au dédain, à la cruauté. Ça ne cachait rien, c'était ce qu'il y avait de plus honnête. Et à ce niveau, il ne pouvait rien reprocher à la jeune riche. Elle n'avait pas l'air de s'alourdir avec de belles palabres, elle disait ce qu'elle pensait et ne semblait guère de soucier du résultat. Un point positif pour elle donc, et c'était rare qu'il en accordait.

Fort heureusement, la conversation dériva plutôt sur l'insomnie de la jeune femme, et le nom d'un certain Charlie qui fut évoquer. « Non pas du tout, t'es à côté de la plaque...» Pas un ex, donc. « C'est une longue histoire et j'en ai jamais parlé à qui que ce soit avant, parce que... » Jamie eut alors très envie de l'interrompre, de lui dire que si elle n'en avait jamais parlé à personne, elle n'était surtout pas obligé de le faire maintenant. Il avait posé la question, mais franchement, il n'était pas spécialement friand de connaitre la réponse. Sauf qu'elle ne lui laissa pas vraiment le temps de l'arrêter, poursuivant les explications que Jamie n'eu d'autre choix que d'écouter. Bon, de toute façon, ce n'était pas comme s'il avait mieux à faire, ça valait toujours mieux qu'un lourd silence inconfortable, non? «...au début, quand j'étais gamine, c'était mon amie imaginaire. Du genre avec qui tu prends le thé et joue à la cachette quand ya personne pour le faire avec toi. Ça n'avait rien de bien méchant, sauf que dernièrement, ici, dans cette chambre, j'ai vu Charlie à nouveau » Une amie imaginaire? Y'avait que les gamins riches pour s'inventer des trucs pareils. Enfin, de son point de vue, mais encore une fois, comment le savoir? Il savait que lui n'en avait jamais eu, mais il n'avait jamais vraiment eu d'enfance non plus. Pour lui, se cacher n'avait jamais été un jeu, c'était une nécessité. Et il n'aurait certainement jamais prit le thé non plus, sauf peut-être, la tasse en pleine figure. Il avait donc un peu de mal à comprendre en quoi tout ça pouvait être la cause d'une insomnie. Certes, revoir son amie imaginaire une fois adulte devait être un peu troublant, mais ça restait imaginaire, sauf si... « et ce n'était pas une illusion, je l'ai pas imaginé non plus... c'est parce qu'en fait... Charlie est une Hill, la dernière de la fratrie qui est décédé ici, dans ce manoir. Je le savais pas, jusqu'à ce que Raphael me montre une photo d'elle » Jamie continua de la fixer, se calant inconsciemment un peu plus dans le fauteuil. Un fantôme, juste comme Helen, mais...comment aurait-elle pu connaitre une des enfants Hill qui étaient mort dans ce manoir? Il était pourtant certain que c'était une très vieille histoire. Pourquoi serait-elle hanté par une personne avec laquelle elle n'avait aucun lien? Sauf celui du sang apparemment. Est-ce que c'était assez? Quand la brunette ramena finalement son regard sur lui, Jamie détourna rapidement le sien, tentant de dissimuler au mieux son malaise. « Je te demande pas de me croire, je sais de quoi j'ai l'air en ce moment... mais ce fanto...esprit ou... je sais pas quoi, elle me suit, m'observe peut-être, je le sens » Que pouvait-il répondre à ça? Il ne pouvait pas parler d'Helen, même si dans un sens, il ne pouvait pas avoir l'air plus fou qu'elle à ce moment. Sauf que c'était différent, Helen, c'était lui qui l'avait tué, elle n'était pas simplement morte dans une vieille histoire. Après un moment de silence, il finit par la regarder de nouveau, haussant légèrement les épaules. « Si c'était ton amie, elle veut surement pas te faire de mal, alors...» Alors quoi? Ça rendait pas le truc moins terrifiant. « C'est surement juste...cet endroit, tu sais? Ça a l'air d'avoir été construit pour rendre les gens fous. C'est même pas surprenant que les vieux Hill...je connais pas vraiment l'histoire, mais n'importe qui pourrait péter un câble à vivre ici trop longtemps. » Et il aurait bien voulu croire que l’apparition d'Helen n'était qu'un mauvais tour de son esprit, explicable par sa présence dans ce manoir maudit. Sauf que voilà, il la voyait déjà bien avant ça et n'était donc même pas certain de croire à ses propres mots. « Tu devrais partir. Je devrais aussi...» Il marqua un instant de silence, semblant se perdre dans les dédales de ses pensées. Pourquoi était-il encore là, malgré les deux fois où il était justement persuadé d'être parti? Cet endroit le terrorisait, et pourtant, il avait quand même l'impression d'y être confortable. N'était-ce pas totalement contradictoire?
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meadow Hill


Messages : 1555

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Mar 15 Jan - 11:28

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
Parler de Charlie avec le rouquin l'embêtait tout de même un peu, parce qu'elle se doutait qu'il pouvait porter rapidement un jugement sur elle du genre, t'es folle, tu hallucines, tu joues à faire l'intéressante ou pire encore, faudrait qu'on t'enferme. Si elle prenait le risque, là maintenant, d'être honnête avec lui et de ne pas lui cacher la raison véritable de son insomnie ce soir, c'était parce qu'elle se sentait capable d'encaisser ses critiques au besoin et parce qu'elle ne tenait pas assez à lui pour se soucier du fond de sa pensée. Ça lui était égal si Jamie la pensait timbré. Elle savait que c'était faux et qu'elle ne perdait pas la tête, parce qu'elle avait réellement vécu quelque chose qui n'était pas le fruit de son imagination. Pour une fois dans sa vie, elle avait vraiment eu peur de quelque chose. Ça l'avait secoué et rien que ça prouvait qu'elle ne mentait pas en disant avoir vu Charlie cette nuit-là. Par chance, son frère avait réussi à lui obtenir deux ou trois réponses, mais sans plus. Charlie Hill demeurait un mystère et Meadow ne voulait en aucun cas devenir sa victime ou pire encore, son amie à nouveau. Elle n'avait plus 5 ans. « C'est sûrement juste...cet endroit, tu sais? Ça a l'air d'avoir été construit pour rendre les gens fous. C'est même pas surprenant que les vieux Hill...je connais pas vraiment l'histoire, mais n'importe qui pourrait péter un câble à vivre ici trop longtemps. » Là-dessus elle hocha la tête avant de se redresser légèrement. Oui, il avait raison. Ce fichu manoir avait de quoi rendre fou le plus saint des esprits. Elle y croyait maintenant qu'elle avait passé quelques... jours, ici. Jour ou semaine ? Bref. « Ouais c'​est clair... je suis du même avis » La brunette se glissa ensuite hors du lit, le temps de récupérer un verre d'eau à la salle de bain. Elle avala une gorgée avant d'en ressortir et de s’appuyer dos au mur. À coup sur le manoir était le problème principal dans le tableau. Rien de tout ceci ne serait arrivé si elle avait choisi un hôtel différent et plus récent également. Sa psychologue avait cru bon de conseiller cet endroit uniquement pour qu'elle renoue avec ses racines. Une idée totalement stupide et désagréable. Et encore, elle ne pouvait même pas s'en plaindre à son père, lui qui ne croyait rien des histoires que l'on racontait sur ce manoir, il aurait tôt fait de lui rire au nez et de lui dire qu'elle inventait tout ça.

« Tu devrais partir. Je devrais aussi...» La brunette conserva le silence, tout comme lui. Partir. Vrai qu'elle devrait le faire, elle en avait eu envie aussi et pourtant... elle était persuadée l'avoir déjà fait. Hum. Un autre problème qu'elle ne parvenait pas à expliquer. « T'as vraiment mieux à faire ailleurs ? » Elle étira un petit sourire amusée, avant de boire son eau. Bien qu'elle plaisantait, elle savait aussi qu'un truc clochait sur le fait que jamais personne n'étaient réellement partie depuis son arrivée ici. Elle revoyait sans arrêt les mêmes visages. Certes, il y avait parfois quelques nouveaux, mais les clients ne semblaient pas partir définitivement. C'était assurément très bizarre oui. « Fuir est sûrement la solution facile, je ne dis pas que je n'y ai pas songé, sauf que...» Elle haussa les épaules en cherchant les mots juste, question de ne pas encore passer pour la plus dingue des deux. « ...je sais pas, un truc m'en empêche on dirait...» C'était vague, mais elle-même ne savait pas comment l'expliquer autrement. Elle se sentait prisonnière de ce manoir, comme si on la retenait de force. Glissant une main dans ses cheveux, elle s'approcha ensuite de Jamie qui reposait toujours dans le petit fauteuil de sa chambre. Lentement et sans gêne, elle se posa sur ses genoux, déposant son verre vide sur la petite table à côté. Oh il pouvait bien endurer un peu de proximité, non? Rien de bien méchant après tout. Par gentillesse, elle lui épargnerait ses mains baladeuses. Plongeant son regard sombre dans le sien, elle étira un léger sourire. « Et toi alors ? Quelle est la vraie raison de ta présence ici? Le besoin de compagnie ne te ressemble pas beaucoup après tout, tu m'as l'air plutôt confortable avec la solitude, chose que je respecte bien entendu...» Ça lui arrivait aussi d'être plus indépendante, mais la majorité du temps, elle préférait recevoir de l'attention plutôt que d'en offrir. Ça faisait tout simplement partie d'elle et ça l'aidait surtout à se tenir loin des problèmes. Son humeur pouvait rapidement devenir exécrable avec le manque de sommeil et ça avait le dont de faire fuir les gens de son entourage. Cependant, là, tout de suite, elle tentait plutôt de comprendre ce qui avait poussé Jamie à vouloir d'une autre présence humaine à ses côtés et pire encore, la sienne. Oui elle lui avait proposé de passer s'il le souhaitait, mais ce ne devait pas être l'unique raison de sa visite, elle refusait de l'avaler. C'était autre chose, elle pouvait le sentir. « Je suis personne après tout, tu risques quoi de me parler ? » Rien, puisque lui aussi se foutait totalement de son opinion. Voilà qui était pratique, non ?
 
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jamie Rides


Messages : 1305

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Sam 26 Jan - 10:31

Lose the mind, lose the self

Meadow & Jamie  
. « Ouais c'​est clair... je suis du même avis » C'était presque miraculeux, qu'ils en viennent à être du même avis sur quelque chose. Cette fille lui donnait pourtant l'impression d'être le genre à ne jamais être du même avis que personne, question de faire chier la population en bonne et due forme. Oui, il ne s'était pas gêné de la cataloguer dans cette catégorie, ne s'étant fatigué à lui trouver une bien haute estime après leur rencontre de la buanderie, mais force était d'admettre qu'elle n'était peut-être pas aussi idiote qu'il se l'était imaginé. Bien qu'il n'avait pas l'intention de lui partager cette pensée. Faire des compliments, ce n'était pas son genre, il maîtrisait bien mieux les insultes. Puis, ça ne servirait à rien, comme il finit par en conclure lui-même, la solution était de partir, de quitter cet endroit. C'était ce qu'il avait de mieux à faire, lui et probablement tous les autres qui se trouvaient dans cet hôtel, avant qu'ils ne finissent tous morts, empoisonnés ou pendus à des plafonniers comme le voulait l'histoire des lieux.« T'as vraiment mieux à faire ailleurs ? » Était-ce le cas? Pas vraiment. Jamie haussa légèrement les épaules. Il ne voulait pas non plus simplement admettre qu'il n'avait pas la moindre vie ailleurs, qu'il n'avait ni destination, ni endroit où retourner. « C'est pas tellement compliqué d'avoir mieux à faire ailleurs....y'a rien à faire du tout ici. » Ce qui répondait et ne répondait pas à la question en même temps. Puis au fond, cet endroit n'était pas si terrible, en dehors des fantômes et de cette apparition d'Helen...il était quand même logé gratuitement, ou du moins, personne n'était encore venu lui réclamer des comptes. Il mangeait bien, presque à volonté s'il le souhaitait. Et puis c'était l'hiver, personne n'avait envie de prendre la route en hiver, surtout quelqu'un qui devait marcher, faute d'avoir l'argent pour un taxi. Encore aurait-il fallu qu'il soit capable de le faire, mais tout comme la brunette le souligna, quelque chose semblait l'en empêcher. Il n'était donc pas le seul à avoir cette impression, de ne pas pouvoir partir.

Jamie s'apprêta à répliquer quand Meadow s'avança vers lui. Un mouvement qu'il tenta de contrer en reculant aussi, du moins en pensée, parce que le fauteuil ne lui permettait malheureusement pas cette manœuvre d’échappatoire. Il aurait mieux fait de rester debout, et il regretta d'autant plus de ne pas l'avoir fait quand la brunette s'installa sur ses genoux, comme la pire des intruses. Une intrusion indésirable qui explosa littéralement la bulle démesurée du rouquin en terme d'espace vitale à respecter. Quel cauchemar. Il se crispa, ne sachant pas trop comment réagir, envisageant même pendant quelques secondes de la pousser au sol et de quitter la pièce en courant. Sauf qu'il ne tenait pas non plus à se réduire à ce niveau de pathétisme. Il devait conserver son image, celle du gars qui ne se laissait affecter par rien du tout. Dans cette idée, qu'elle s'installe sur ses genoux, ce n'était pas supposé lui faire un pli. « Et toi alors ? Quelle est la vraie raison de ta présence ici? Le besoin de compagnie ne te ressemble pas beaucoup après tout, tu m'as l'air plutôt confortable avec la solitude, chose que je respecte bien entendu...» Des questions. Il détestait les questions. Et franchement, que pouvait-il répondre? Même si la jeune femme avait brisé la glace en parlant de Charlie, il ne pensait pas être capable d'évoquer Helen. Le fait qu'elle était pratiquement une étrangère pour lui ne changeait rien, il n'avait jamais évoqué le fantôme de son bourreau à personne, et n'avait pas l'intention de le faire non plus. Helen était son enfer à lui, son fardeau, et il ne voyait pas l'intérêt d'imposer ça à quiconque. Et puis, parler d'elle, l’obligerait à parler de son passé, d'expliquer qui elle était, d'admettre qu'elle n'était pas morte accidentellement. Sauf que forcément, s'il ne voulait pas dire la vérité, ça lui prenait un mensonge. Il ne pouvait pas simplement se contenter de la regarder et attendre que ça passe. En soit, ce n'était pas supposé être un problème, il était plutôt doué pour mentir et inventer des histoires, mais la proximité embêtant de la jeune femme semblait l'empêcher de réfléchir correctement. Jamie tenta néanmoins de conserver son air détaché. « Je voulais juste...» juste quoi? Une excuse, ça lui prenait une bonne excuse et fissa. «...tu sais...je préfère être seul, c'est vrai, mais je suis quand même...un mec...alors...» Vraiment? Pour la peine, il se serait bien collé une baffe lui-même. « Tu m'as invité dans ta chambre, c'est ta faute...j'ai juste pris l'invitation. » En toute franchise, il n'était pas certain lui-même d'où il voulait en venir. D'autant plus que l'une des premières choses qu'il avait clamé en arrivant dans la chambre était qu'il n'avait absolument pas l'intention de coucher avec elle. C'était stupide, venir cogner à sa porte était stupide. Il ne pouvait s'en sortir qu'en faisant diversion maintenant. Avec un peu de chance, elle n'allait pas chercher plus loin. Dans cette intention, il se redressa légèrement du dossier pour approcher son visage du sien et récupérer rapidement ses lèvres, l'embrassant avec l'espoir que ça allait lui faire oublier ses questions, tout en s’effondrant intérieurement de sa propre stupidité. Bravo Jamie. Il méritait définitivement le prix international de la cohérence.
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meadow Hill


Messages : 1555

ft. : Hailee Steinfeld


MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   Ven 1 Fév - 13:46

You're my boomerang

Meadow & Jamie  
Assise sur ses genoux, Meadow pouvait palper son malaise, alors qu'elle s'introduisait dans son espace sans demander la permission. Rien qui l'étonna, étant donné qu'elle se souvenait parfaitement de sa première rencontre avec lui, de ses réactions et de son attitude général. S'il voulait paraître détaché du monde entier, ça ne la regardait pas. Le mec sans attache, rejet de la société, perdu sur le chemin de son existence. Le fantôme de lui-même, en quelque sorte. Pour sa part, elle voyait ce qu'elle voulait bien voir chez lui. Ses cheveux, d'abord, d'une longueur appréciable, roux certes, mais unique, ce fait charmant. Son air de chien battu, bien caché sous l'air de j'en ai rien à foutre, qui lui plaisait bien aussi au fond. N'avait-elle pas la même attitude détachée vis-à-vis des gens qui bouffait son air lors d'une période de mauvaise humeur ? Humeur influencée par ses nuits trop courtes. Devait-elle évoquer les abdos parfaits de Jamie, dont elle avait souvenir, parce que franchement, ce n'était pas du jamais vu pour sa part. Elle n'en parlerait pas, donc. « Je voulais juste...» Plait-il ? Juste quoi? Cherchait-il une excuse pour cacher la véritable raison de sa présence ici? Elle patienta. «...tu sais...je préfère être seul, c'est vrai, mais je suis quand même...un mec...alors...» Elle arqua un sourcil, plongeant son regard dans le sien sans un mot. Un mec oui, elle avait remarqué dès l'instant où elle l'avait vu en sous-vêtement, ce fameux premier jour. En vrai, elle n'était surtout pas très convaincu par sa soudaine prestation de je suis un mec, t'es une fille, donc je suis venu pour... « Tu m'as invité dans ta chambre, c'est ta faute...j'ai juste pris l'invitation. » Sa faute ? C'était faible niveau défense, le pauvre, il n'y avait aucune chance qu'il puisse si bien s'en tirer avec ce petit discourt parfaitement contradictoire avec ce qu'il clamait haut et fort depuis le début. Sauf si. Sauf que... voilà.

Dans la vie, il y avait des bonnes et des mauvaises surprises. Une mauvaise surprise, c'était comme finir au lit avec ce beau dieu grec de sa classe, au corps d’Apollon et au sourire craquant, puis réaliser ensuite qu'il ne savait qu'offrir une très courte performance au lit de 8 secondes. Huit gênantes secondes et rien de plus. Dans le genre insatisfaisant et décevant, elle n'avait pas connu pire que ça. Une mauvaise surprise qu'elle n'était pas prête d'oublier de ci-tôt. Heureusement, il y avait aussi les bonnes surprises, comme en ce moment. Un baiser parfaitement inattendu, qu'on n’entendait pas un jour et qu'on ne voyait même pas venir. Qui surprend, certes, mais de la bonne manière. Elle se sentait comme une gamine à qui on venait de donner la permission de plonger sa cuillère dans un immense sundae au chocolat beaucoup trop sucré et trop gros pour elle. L'ivresse du sucre qui rendrait n'importe qui incontrôlable ensuite. Une occasion inattendue, si bonne et si belle que ça ne pouvait être qu'un stupide rêve ou une illusion en plein désert. Maintenant qu'elle y plongeait pleinement, répondant sans hésitation à ce baiser, elle savait qu'il serait trop tard pour s'arrêter. On ne demande pas à un enfant de recracher un bonbon qu'il a dans la bouche. Trop tard. La brunette brisa le peu d'espace qu'il y avait entre eux, se calant contre le rouquin dans un geste naturel. Le kimono de soie qui servait à la couvrir, alors qu'elle ne portait qu'un shorty et une camisole comme petit pyjama, glissa de ses épaules dans le mouvement et elle s'arrêta doucement pour étirer un petit sourire amusé. Meadow Hill aimait avoir ce qu'elle voulait. Elle aimait surtout la liberté qu'elle avait, loin de la surveillance et du contrôle parental. Libre de ses choix, de ses actions, sans décevoir personne, mis à part elle-même. N'avoir aucun compte à rendre, vivre comme elle l'entendait et profiter de sa jeunesse qui finirait bien par s'évaporer un jour avec le temps. Elle aimait ce moment, là maintenant, qui captait toute son attention. Lentement, elle glissa ses lèvres jusqu'à l'oreille de Jamie, y chuchotant quelques mots. « C'est un jeu dangereux que tu joues là... as-tu seulement ce qu'il faut pour y jouer ? » Une provocation inoffensive, alors que ses doigts experts parcouraient la peau de sa nuque, avant de descendre jusqu'à son épaule puis contre son torse. Hum, peut-être cherchait-il un échappatoire et rien d'autre. Elle était consciente que l'anguille sous roche était peut-être déjà morte et qu'il n'y avait rien d'intéressant à découvrir. Sauf qu'ils ne faisaient pas de mal à personne, en pleine nuit qui plus est. Monsieur ne voulait pas discuter et jeter cartes sur table ? Oh well. Whatever. Ce qu'elle avait en échange de l'absence d'aveux était trois fois meilleur. Ce ne serait pas elle qui risquerait de rouspéter, sauf si bien sûr, il cessait l'option bisou, parce que dans ce cas-là, elle le ferait parler oui. À lui de voir. La confession ou les câlins ? Se changer les idées ou broyer du noir ? Gentiment, trop gentiment même, la brunette reprit ses lèvres, espérant avoir bien réveillé ses sens et obtenir plus encore.
 
Made by Neon Demon #996600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lose the mind, lose the self > Meadow   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lose the mind, lose the self > Meadow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» i'm gonna make you lose your mind... Tacia Pearson, Nice to meet you..
» Taylor - I'm about to lose my mind
» Help me lose my mind (Callem)
» Jane ❝ when you have nothing, we have nothing to lose ❞
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-